CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Wyclef Jean dit avoir été menacé de mort

jeudi 19 août 2010 par Administrator

Il y a des gens qui pensent que je constitue une menace pour leur pouvoir et leurs ambitions. Je ne renoncerai pas. Ma volonté est de servir le peuple haïtien et les menaces de mort et l’intimidation ne m’arrêteront pas.

— Wyclef Jean

Le chanteur hip-hop Wyclef Jean affirme avoir reçu des menaces de mort en créole depuis qu’il a annoncé son intention de briguer la présidence d’Haïti.

Wyclef Jean a précisé à Reuters qu’il avait reçu des appels téléphoniques anonymes lui enjoignant de quitter Haïti s’il tenait à la vie.

Il se cache et n’est pas apparu en public depuis deux jours, mais dit qu’il reste décidé à se battre.

« Nous avons pris des mesures de sécurité », explique M. Jean, qui a accordé l’entrevue à l’agence de presse entouré d’avocats et de gardes du corps armés de fusils mitrailleurs. « Même avec de la sécurité, tout est possible ».

Associated Press souligne pour sa part que Wyclef Jean habite dans une résidence en stucco blanc située à environ deux heures de route de Port-au-Prince.

Lundi, il se trouvait à Croix-des-Bouquets, sa ville natale, située à environ 12 kilomètres au nord-est de la capitale. C’est d’ailleurs là qu’il a reçu le photographe de l’agence de presse mercredi.

Le fondateur de l’organisation de charité Yele Haïti se trouve dans son pays d’origine dans l’attente de la décision du Conseil électoral provisoire haïtien, qui doit annoncer vendredi le nom des candidats autorisés à se présenter à la présidentielle.

L’annonce devait être faite mardi, mais les membres du Conseil ne sont pas parvenus à s’entendre au sujet des 34 candidatures reçues, même s’ils ont poursuivi leurs délibérations jusque tard en soirée.

M. Jean dit être sûr que le Conseil acceptera sa candidature, mais avance d’ores et déjà qu’il demandera à ses partisans de demeurer calmes si elle devait être rejetée.

La candidature de Wyclef Jean est contestée, principalement en raison du fait qu’il habite à New York, aux États-Unis, et non en Haïti. La Constitution haïtienne stipule clairement à l’article 135 qu’un candidat doit avoir vécu dans le pays depuis cinq années consécutives avant la date des élections.

Article 135 de la Constitution haïtienne

Pour être élu Président de la République d’Haïti, il faut :

* être haïtien d’origine et n’avoir jamais renoncé à sa nationalité ;

* être âgé de 35 ans accomplis au jour des élections ;

* jouir de ses droits civils et politiques et n’avoir jamais été condamné à une peine afflictive et infamante pour crime de droit commun ;

* être propriétaire en Haïti d’au moins un immeuble et avoir dans le pays une résidence habituelle ;

* résider dans le pays depuis 5 années consécutives avant la date des élections ;

* avoir rendu charge de sa gestion si on a été comptable des deniers publics.

Me Joël Petit-Homme, un des avocats de l’artiste de 37 ans assuré plus tôt cette semaine que la cause de l’artiste était solide. « Nous avons prouvé que M. Jean possédait une résidence en Haïti, où il est en plus actionnaire majoritaire d’une chaîne de télévision », a-t-il dit.

Le chanteur avance en outre qu’il est dispensé des dispositions sur le lieu de résidence en raison de sa nomination en 2007 à titre d’ambassadeur de bonne volonté de la République d’Haïti.

Amender la Constitution pour la diaspora

Trente-trois autres personnes sont en lice pour succéder au président René Préval, qui ne peut se représenter pour un deuxième mandat consécutif en vertu de la Constitution.

Parmi eux se trouve un autre chanteur, Michel Martelly et l’ambassadeur d’Haïti aux États-Unis, Raymond Joseph.

Ce dernier, qui est l’oncle de Wyclef Jean, a déclaré mercredi qu’il était en faveur d’amendements à la Constitution afin de permettre aux quelque quatre millions de membres de la diaspora du pays de participer aux élections, que ce soit en tant qu’électeurs ou en tant que candidats.

« Les Haïtiens de l’étranger contribuent pour deux milliards de dollars chaque année à l’économie nationale, vous ne pouvez pas les maintenir à l’écart de la politique », a déclaré le diplomate lors d’une conférence de presse à Port-au-Prince.

Dans une allusion à son neveu Wyclef Jean, qui s’exprime essentiellement en anglais, M. Joseph a ajouté : « Certaines personnes devraient d’abord s’immerger dans la culture haïtienne et apprendre les langues du pays, le créole et le français », avant d’aspirer aux plus hautes fonctions.

Les scrutins, dont le coût est évalué à 29 millions de dollars, seront financés en grande partie par la communauté internationale, qui a promis 10 milliards de dollars sur cinq ans pour la reconstruction d’Haïti.

Le prochain président d’Haïti aura la lourde tâche de diriger la reconstruction de la capitale et de plusieurs villes environnantes, qui ont été grandement détruites par le puissant séisme du 12 janvier dernier. Des centaines de milliers de personnes vivent sous des tentes et doivent être relogées.








Accueil | Plan du site | info visites 319741

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site FOIRE D’OPINIONS  Suivre la vie du site Haiti - Elections Présidentielles du 28 Novembre (...)   Politique de publication

Haitimonde Network