CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Vers la sécurisation du cyberespace haïtien

mercredi 31 octobre 2012 par Administrator

Le Conseil national de télécommunications (Conatel) de concert avec l’unité E-gouvernance de la Primature a lancé ce mardi un atelier de travail de deux jours sur la cybercriminalité et la cybersécurité en Haïti en vue de protéger le cyberespace haïtien contre la menace grandissante des cyber crimes.

« Le cyberespace est revendiqué comme un lieu de liberté absolue », souligne Jean-Marie Guillaume, directeur général du Conseil national des télécommunications (CONATEL), à l’ouverture d’un atelier de travail sur la cybercriminalité. Il explique que cette nouvelle forme de liberté ouvre aussi la voie à une nouvelle ère en matière de criminalité et de délinquance. M. Guillaume rappelle que les menaces concoctées dans le cyberespace sont en constante évolution, d’où la nécessité d’assurer la protection du cyberespace haïtien en passant à la vitesse supérieure qui, selon lui, passe par la mise en place d’une stratégie nationale de cybersécurité.

Les objectifs poursuivis à travers cet atelier sont, entre, autres de sensibiliser le gouvernement haïtien, les opérateurs de services de télécommunications, le secteur privé, de promouvoir la mise en place d’un cadre légal sur la cybercriminalité et de développer des stratégies pour une prise de conscience nationale en matière de cyber sécurité. « On a déjà élaboré un projet de loi qui sera soumis sous peu au Parlement », a révélé le patron du Conatel qui espère du même coup l’intégration d’Haïti au sein des instances régionales et internationales dans le domaine de la cybercriminalité. Jean-Marie Guillaume croit important la création dans le pays d’une cellule de réponse et de riposte aux incidents informatiques.

Selon les intervenants à cet atelier, les escroqueries sur internet rapportent énormément d’argent en raison de l’effet de masse pour des risques minimes, si on les compare à un vol à main armée. Ils font remarquer que l’interconnexion des systèmes les rend plus vulnérables, l’externalisation des services et la multiplication des supports nomades facilitent les attaques malveillantes des systèmes. Ces spécialistes plaident pour une défense en profondeur avec une approche globale et une véritable éducation à la culture de sécurité qui doit concerner tout le monde, particuliers, familles, entreprises et institutions.

Cette forme de délinquance est la criminalité d’aujourd’hui et plus encore celle de demain. En effet, le téléphone portable, l’outil informatique, l’Internet ou les cartes à puce sont entrés dans l’environnement de tous, victimes ou auteurs d’infractions de toute nature », souligne le commissaire divisionnaire, Frantz Lerebours, qui participait à cette activité. Pour le porte-parole de la Police nationale d’Haïti (PNH), un cyberespace sécurisé est essentiel au maintien de l’avantage économique du pays. Il croit que cette stratégie sera un atout au développement de la population désormais interconnectée via la téléphonie ubiquitaire.

La cybercriminalité est considérée comme l’expression agressive, voire criminelle de certains comportements de cyberguerre. Recouvrant les crimes associés aux technologies de l’information et de communication, elle est considérée comme étant l’une des plus grandes menaces pour les super puissances mondiales, après les armes chimiques, bactériologiques et nucléaires.

Hansy MARS

hansymars@lenouvelliste.com

hansymars@gmail.com








Accueil | Plan du site | info visites 331257

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site FOIRE D’OPINIONS  Suivre la vie du site Textes d’Opinion   Politique de publication

Haitimonde Network