CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Une semaine décisive - par : Frantz Duval, Le Nouvelliste

mardi 3 août 2010 par William Toussaint

Haïti : Jusqu’à ce samedi 7 août, les candidats à la présidence vont se dévoiler en faisant les derniers pas qui vont les conduire dans les locaux du Conseil Electoral Provisoire pour y déposer leurs pièces et affirmer leurs ambitions.
La dernière ligne droite semble pourtant intimider les postulants. S’attendant sans doute à une avalanche d’aspirants à la magistrature suprême, le CEP avait avancé de trois jours la date officielle des dépôts de candidature. Peine perdue. Les 29, 30 et 31 juillet, personne ne s’est présenté.
Dimanche 1er août et lundi 2 août, même scénario. Pas un chat n’a passé la porte du local de Delmas pièces en main.
Les demandes d’informations se multiplient, assure un conseiller. De potentiels candidats remplissent des formalités au tribunal, à la DCPJ, aux Archives Nationales et à la Direction Générale des Impôts. D’autres attendent une hypothétique décharge par la grâce présidentielle.
Les rumeurs enflent sur la nationalité de certains, sur la provenance de la richesse d’autres. Il y a des doutes sur la virginité de certains casiers judiciaires ou la signification juridique de l’obligation de résider dans le pays cinq ans avant les élections.

La vraie raison de la baisse des appétits électoraux de certains candidats réside dans un ensemble de facteurs. L’arrivée de deux chanteurs populaires dans la liste des possibles marathoniens dérange les plans de course de plus d’un. Les incertitudes que laisse planer la présidence sur la distribution de ses appuis inquiètent de gros joueurs. Les grands électeurs qui tardent à faire leur choix n’arrangent pas les choses, non plus.

Les réunions décisives fleurissent. Pour faire connaissance, prendre le pouls, tâter le terrain, évaluer les affinités. Il y a des plateformes à vendre, à louer, à affermer. Des partis prêts à servir de mule, de vaisseau, de chaise à porteurs. Des candidats cherchent mur de soutènement, des mouvements s’offrent au plus offrant. Il y en a même qui désespèrent de se faire courtiser.

C’est dans ce désert d’action que le sénateur de l’Ouest, Jean Hector Anacasis, a lancé dans la mare sa pierre. Il est candidat pour la plateforme INITE sous la bannière d’un autre parti qu’il ne veut pas nommer. Ira-t-il jusqu’à déposer vraiment sa candidature. On ne le sait pas.

Le cas Ana - surnom de l’élu - serait plutôt comique si le sénateur n’avait pas la réputation d’être le porte-parole officieux le plus fidèle des souhaits réels du président René Préval depuis des années.
De par sa fonction, le président n’intervient pas en public - pas encore tout au moins - sur les batailles que se livrent les candidats à la candidature au sein de INITE, la plateforme proche de la présidence.
Le chef de l’Etat laisse libre choix aux postulants. Mais, comme dit Anacasis, tout le directoire du parti se voit dans la chaise du président l’an prochain. Difficile dans ce cas de trouver le meilleur. Parfait panier à crabes, s’il en est.

Pour compliquer le tout, le président, en demandant à chaque cacique du parti s’il se voyait ou voulait être candidat, semble être celui qui a allumé bien de flammes et fait naître des ambitions démesurées qui, aujourd’hui ne veulent pas mouri toufe.

C’est l’ancien Premier ministre Jacques Edouard Alexis qui risque gros dans cette querelle de chapelle dont les échos parviennent à la presse. Candidat de son camp depuis des mois, premier parti en course, l’agronome rencontre embûches et chausse-trappes amicales sur sa route. Et aussi des adversaires déterminés à ne pas le laisser revenir aux affaires au premier poste élu, celui de président de la République.
Dans cette partie, Michel Martelly et Wyclef Jean font figure de jokers. Visiblement mal armés pour convaincre certains de leur capacité à diriger le pays même s’ils ont pu mener à merveille leur carrière artistique, les deux chanteurs ont la popularité nécessaire pour être des alliés de choix. Pour rallier des partis en manque d’adhérents.

Seront-ils des jokers pour faire rire, pour inquiéter ou pour paniquer le petit monde de la politique à l’haïtienne ? Ou bien seront-ils des jokers d’appoint pour faire gagner ?
L’avenir le dira.
Cette semaine est décisive et des revirements sont à prévoir. De croustillants inédits en perspective pour des élections qui s’annonçaient, il n’y pas quinze jours incolores, inodores et sans saveur.

Frantz Duval

duval@lenouvelliste.com








Accueil | Plan du site | info visites 331257

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site FOIRE D’OPINIONS  Suivre la vie du site Haiti - Elections Présidentielles du 28 Novembre (...)   Politique de publication

Haitimonde Network