CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Un séminaire pour prévenir la fraude dans les institutions haïtiennes

vendredi 13 mars 2015 par William Toussaint

« Mieux comprendre le rôle de l’audit interne dans la prévention et l’investigation de la fraude », c’est sur ce thème que se tient un séminaire de trois jours, à partir du 11 mars 2015, à Pétion-Ville, sous les auspices de l’Institut des auditeurs internes (IAI)-Haïti. Selon le président de l’institution organisatrice, Thomas E. Blot, ces assises se tiennent dans but d’aider les auditeurs, les responsables d’entreprises, les responsables financiers à prévenir la fraude dans les institutions haïtiennes

Plus d’une centaine de cadres issus de plusieurs institutions publiques et privées, dont des membres actifs de l’Institut des auditeurs internes d’Haïti, prennent part à ce séminaire. Animé par deux experts belges, Tommaso Capurso et Philip Mariscal, ce séminaire se propose d’atteindre plusieurs objectifs dont la sensibilisation des cadres des institutions locales aux méfaits de la fraude. Aussi comptent-ils mieux outiller ces professionnels afin de faire face à ce fléau.

Un plan bien détaillé a été élaboré et présenté par les formateurs. Des rapports internationaux sur la question devraient être présentés. La fraude sera traitée dans ses divers aspects. Les experts recommandent, d’entrée de jeu, que les responsables financiers et auditeurs internes des entreprises mettent en pratique une culture antifraude. Si tout est bien assimilé, M. Blot croit que l’objectif principal de ces séances de formation sera attaint, car les participants seront, dit-il, à même de réduire la vulnérabilité de leurs institutions face à ce fléau.

Les concepteurs de cette activité partent de l’idée qu’aucune institution n’est exempte de la fraude. Ce phénomène, croient-ils, prend des proportions inquiétantes à travers le monde. Le président de l’IAI-Haïti a pris l’exemple des chiffres rendus publics dans le rapport annuel 2014 de l’ACFE (Association of Certified Fraud Examiners). A la lumière de ces données, rappelle-t-il, 5% du chiffre d’affaires des entreprises sont volatilisés à cause de la fraude. Rapprochant ces chiffres au PIB mondial en 2013, poursuit-il, la perte serait de 3,7 milliards de dollars. De plus, dans 22% des cas, les pertes financières encourues par les institutions, conclut M. Blot, dépassent le million de dollars US.
Il a pris des exemples concrets concernant la fraude. De nos jours, l’une des manifestations de la fraude qui prend de plus en plus d’ampleur est la cybercriminalité. Le numéro un de la IAI-Haïti enjoint les responsables d’entreprises à prendre les mesures appropriées afin de faire échec aux éventuels fraudeurs. Car, argumente-t-il, en plus de pertes financières, cette situation engendrerait, à coup sûr, des dégâts collatéraux non négligeables qui font de la mauvaise publicité pour cette entreprise.

La fraude est un mal transversal. En plus qu’elle ronge les institutions, elle a une incidence très négative sur la perception des taxes. Donc, un manque à gagner tant pour les investisseurs que pour le pays. En se dotant de cadres biens imbus des méfaits de la fraude, les institutions du pays font un pas géant et décisif dans la réduction de leur vulnérabilité face à ce mal qui ne cesse de répandre la terreur.

Auteur : Jose Flecher

jflecher@lenouvelliste.com








Accueil | Plan du site | info visites 275013

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site GOUVERNANCE & POLITIQUE  Suivre la vie du site Gouvernance  Suivre la vie du site La Fonction Publique   Politique de publication

Haitimonde Network