CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Un Gouvernement mort-né

lundi 20 octobre 2008 par Erich Jean René

Un Gouvernement mort-né - par : Jean Erich René

La solution miracle dont rêve le Gouvernement Pierre Louis n’appartient
pas au domaine du possible. L’environnement international voué à un cuisant
problème financier n’offre aucun exit. La demande mondiale fixe les prix
des produits céréaliers et pétroliers. Les consommateurs ne peuvent que se
soumettre aux lois du marché. Les pays émergents formulent des demandes qui
dépassent les capacités financières des Institutions Internationales. Par
surcroît, la nation haïtienne doit répondre à de cuisantes questions
environnementales. La plus dure réalité résulte du fait que nous avons à la
tête du pays des dirigeants qui ne savent où donner de la tête. La barque
nationale est en pleine dérive. L’immobilisme du Premier Ministre met en
doute cette capacité de gestionnaire qu’on lui prêtait. Jusqu’à présent
aucune initiative n’est relevée à son actif. Elle nous laisse plutôt
l’impression d’être figée sous le coup de l’émotion. Nos concitoyens face à
son impuissance vivent plutôt en résignés.

Ce sentiment de défaitisme de la société haïtienne est la résultante des
limitations de la classe politique dirigeante traditionnelle qui n’a pas su
répondre à temps au changement inter-générationnel. Sur le plan externe,
elle n’a pas saisi les grandes modifications survenues dans les rapports de
force entre les Grandes Nations du monde tant sur le plan militaire,
politique qu’économique. Ce délire d’omnipotence qui caractérise la classe
dirigeante américaine est en voie de refroidissement. La crise financière
diminue considérablement leur appétit pour les solutions musclées. D’où le
succès presqu’unamime de la voie de la négociation choisie par Barak Obama
et saluée avec optimisme par un Républicain du calibre du Général Collin
Powell. Est-ce la fin de la politique du Biger Stick des USA ? Cette
politique extérieure est plutôt dictée par les problèmes urgents de
l’heure. Les problèmes que confronte la Maison Blanche sont réels. Le
terrorisme international constitue une menace réelle.. Parallèlement leur
image et leur capacité d’action sont grandement diminuées.

Actuellement la technologie de la Guerre est à la portée de plusieurs
Nations du Monde. Aucune superpuissance ne peut imposer un ordre nouveau
aux autres États sous prétexte de la supériorité de leur arsenal militaire.
La montée vertigineuse de la Chine comme troisième puissance du Monde et le
nouveau réveil de la Russie sous la poigne de Vladimir Poutine ont changé
les rapports entre les Nations. L’exploitation des puits de pétrole du
Venezuela, du Brésil et bientôt de Cuba les affranchit définitivement des
tutelles des Institutions de Brettons Woods Définitivement ils ont accès à
des sources de financement internes pour enclencher leur décollage
économique. L’aigle américaine a des regards perçants qui dépassent les
luttes de Partis. Le choix de Barak Obama comme Premier Président Noir
Américain est une porte ouverte sur le Monde Noir et particulièrement sur
l’Afrique avec ses gigantesques ressources pétrolières et minières. Nicolas
Sarkozy qui ne veut pas être en reste, réclame aussi la participation de
l’Afrique.

L’étoile polaire de l’économie mondiale a changé de position. Tout
gouvernement qui n’a pas rendez-vous avec l’échec devrait rectifier ses
tirs afin de tirer avantage de la nouvelle configuration économique
mondiale. La crise financière américaine a ses inconvénients et ses
opportunités. Il revient aux instances gouvernementales de faire preuve
d’intelligence afin de saisir la balle au bond. L’existence d’une nation
est étroitement à la capacité de ses dirigeants d’aménager un espace viable
à son peuple. Tant sur le plan sanitaire, environnemental, agricole etc. le
savoir est à l’origine du contrôle de la maladie, de la famine et des
catastrophes naturelles. La crise haïtienne actuelle, par le laxisme de
nos dirigeants devient ahurissante et apparemment incontrôlable.

Le Président René Préval adopte l’attitude d’un passeur crevé au milieu
d’une rivière en crue : impossible de nager pour sortir. Les conséquences
sont graves pour le reste du pays. La Société civile tant à la Capitale
qu’au niveau des villes de Province l’a si bien compris qu’elle est en
train de jeter ses barques à l’eau pour assurer le sauvetage national.
Malgré tout, leur principale entorse résulte des interventions inopportunes
de nos dirigeants inquiets de leur fin prochaine à cause de leur inaction.
En effet, la peur du lendemain hante tous les esprits actuellement en
Haïti. L’organisation de la vie sociale et matérielle, selon toute
vraisemblance, ne fait pas partie de l’Agenda du Gouvernement Pierre Louis
qui prend des mesures insignifiantes. Michèle Duvivier Pierre Louis n’est
d’aucun apport. Elle affiche sa totale impuissance en dépit de son cursus
universitaire reluisant et son cheminement de carrière. Elle joue plutôt un
rôle de figuration incompatible avec les préoccupations de l’heure des
victimes de la saison cyclonique. Elle n’a présenté aucun plan de sortie de
crise. Elle est mal armée pour relever ce défi. Qu’offre-t-elle en plus de
Jacques Edouard Alexis ? Çà va de mal en pis ! Bientôt elle aura des
comptes à rendre. Mme Duvivier se comporte comme le Chef ridicule d’un
Gouvernement mort-né. Il faut au moins un borgne pour conduire un aveugle !








Accueil | Plan du site | info visites 322798

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site GOUVERNANCE & POLITIQUE  Suivre la vie du site Politique  Suivre la vie du site Politique Gouvernementale   Politique de publication

Haitimonde Network