CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Synthèse de la journée du 27 octobre - par : lematinhaiti.com

jeudi 27 octobre 2011 par Administrator

Libye/ Otan.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté jeudi à l’unanimité une résolution qui met fin au mandat autorisant le recours à la force en Libye, en dépit des appels du gouvernement de transition libyen pour sa prolongation. Le Conseil national de transition (CNT) a demandé mercredi le maintien de l’Otan en Libye au moins "jusqu’à la fin de l’année", assurant que même après la mort de Muammar Kadhafi ses derniers fidèles représentaient une menace pour le pays. La résolution du Conseil ordonne la fin de l’autorisation d’une zone d’exclusion aérienne et de toute action militaire pour protéger les civils à partir du 31 octobre.

Turquie/ Séisme.

Selon le dernier bilan fourni jeudi par les autorités turques, le séisme qui a secoué dimanche la province de Van a fait 534 morts et 2300 blessés. Les secours et les sinistrés doivent affronter l’arrivée de la neige alors que l’aide internationale s’organise. Au total, ce sont quatorze pays et deux agences de l’ONU qui doivent fournir de l’aide car la Turquie a actuellement bien du mal à assurer un logement provisoire aux sinistrés. Le vice-président de l’AKP, le parti au pouvoir en Turquie, a chiffré jeudi à 115’000 le nombre de tentes nécessaires pour les sans-abris.

Amérique/ Violence.

L’Amérique centrale est la région la plus violente du monde, révèle un rapport, publié jeudi 27 octobre, du secrétariat de la Déclaration de Genève sur la violence armée et le développement. "Un quart de toutes les morts violentes a lieu dans quatorze pays seulement", pointe la deuxième édition du "Fardeau mondial de la violence armée", dont la première édition ne disposait pas de statistiques par pays. Six de ces pays se trouvent en Amérique latine (Salvador, Honduras, Colombie, Venezuela, Guatemala et Belize), où les groupes armés, souvent liés au trafic de drogue, font des ravages, selon le rapport, dont les statistiques datent de 2009.

Brésil/ Gouvernement.

Le ministre des sports brésilien, Orlando Silva, vient de donner, mercredi 26 octobre, tard dans la soirée, sa démission. Il était en charge de l’organisation du Mondial de football 2014 et des jeux Olympiques 2016, et a été accusé de détournements de fonds. Le départ de M. Silva fait suite à une vague de démissions depuis juin de quatre ministres et du chef de la Maison civile – l’équivalent local du premier ministre –, tous lâchés, un à un, par la présidente Rousseff. Parmi eux, le ministre des transports Alfredo Nascimento et le ministre du tourisme, Pedro Novais, accusés de détournements de fonds publics, et le ministre de l’agriculture, Wagner Rossi, soupçonné de malversations.

États-Unis/ Économie.

Selon la première estimation du département du Commerce, le produit intérieur américain a progressé au troisième trimestre de 2,5% en rythme annualisé par rapport au deuxième. Le chiffre du gouvernement traduit une nette amélioration par rapport au printemps qui avait vu la croissance remonter à 1,3% après sa chute à 0,4% relevée au premier trimestre. Selon le ministère, la croissance a été portée par l’accélération de la consommation des ménages et de l’investissement privé hors logement, dont la progression conjuguée à apporté 3,3 points de hausse au PIB du pays. Le principal frein à l’amélioration du produit intérieur brut a été le ralentissement, très fort, de la hausse des stocks des entreprises, qui a fait perdre 1,1 point de croissance.

Argentine/ Justice.

La justice argentine a condamné mercredi l’ancien officier de marine Alfredo Astiz, surnommé "l’ange de la mort", et onze autres officiers de l’armée et de la police argentines à la prison à perpétuité, pour crimes contre l’humanité, commis sous la dictature entre 1976 et 1983. Agé de 59 ans, Alfredo Astiz était jugé pour avoir torturé et tué deux religieuses françaises, Alice Domon et Léonie Duquet, et Azucena Villaflor, toutes trois membres des Mères de la Place de Mai, qui recherchait les "disparus". Ces trois femmes avaient été torturées à l’Ecole de mécanique de la Marine (ESMA) et jetées à la mer depuis des avions militaires, au cours de la "sale guerre". Les accusés étaient jugés pour 86 crimes notamment enlèvement, torture et meurtre de militants de gauche. Environ 5.000 personnes sont passées par l’ESMA et moins de la moitié a survécu.








Accueil | Plan du site | info visites 330596

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités Nationales et Internationales  Suivre la vie du site Synthese du jour   Politique de publication

Haitimonde Network