CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

S’il fait beau temps - Par : Jean Erich René

lundi 14 septembre 2009 par Erich Jean René

S’il fait beau temps !

Jean Erich René

L’action par la parole ou par la plume est le résultat d’un long processus de réflexion. Dans la mare aux crapauds, l’onde de choc des idées n’est pas mesurable et les résultats difficilement prévisibles. Tout combat est d’abord idéologique. « Et Verbum caro factum est : et le Verbe s’est fait chair » paroles de St Jean. Encrassé dans un traditionalisme desséchant et stérile, souvent nos vues sont bornées à la programmation du jour de la scène politique, montée de toutes pièces pour épater la galerie. Sans nous en rendre compte, ce sont les mêmes scénarios et les mêmes génériques qui défilent sur l’écran à chaque fin de gouvernement.

La division des classes demeure le sempiternel levier actionné par nos rusés hommes politiques qui n’ont aucune marchandise ficelée à livrer. Haïti est un pays détruit par la maladresse de nos élites. La génération présente de manière spontanée se pose les questions suivantes :

1. Quels sont les mécanismes à mettre en place pour réconcilier la nation avec elle-même ?
2. Comment tirer Haïti de sa honteuse situation du seul PMA de l’Amérique ?
3. Comment nourrir, loger vêtir, blanchir nos compatriotes ?
4. Haïti peut-elle retrouver sa splendeur d’antan ?
5. De quoi sera fait l’avenir d’Haïti ?

Autant d’interrogations qui chiffonnent la jeunesse mais dont les réponses sont encore beaucoup plus tragiques, compte tenu des attitudes comportementales de nos dirigeants politiques actuels. L’attentisme béat de nos élites augmente davantage nos inquiétudes. Aucune initiative nationale n’est en vue. Elles s’en remettent seulement aux organisations internationales. Par un accord insolite signé entre le Président René Préval et l’ONU, Bill Clinton a été reconnu comme envoyé spécial chargé de tirer Haïti de sa situation économique difficile. Il s’était donné pour tache de motiver les bailleurs de fonds internationaux en vue de promouvoir la croissance économique d’Haïti. 700 millions de dollars ont été promis. De sources onusiennes nous venons d’apprendre que la montagne a accouché d’une souris d’un ordre de grandeur de 21 millions de dollars.

« Haïti n’est pas une cause perdue, mais un pays qui a droit à un avenir meilleur », estime Bill Clinton. La délibération sur la problématique haïtienne actuelle nous oblige à faire appel à la théorie de la causalité historique fondée sur des calculs rétrospectifs de probabilité, pour avoir un tantinet d’explications sur notre échec. Sous le Gouvernement de Bill Clinton, l’administration américaine a dépensé 4 milliards de dollars et déplacé 20.000 hommes de troupe en Haïti. Quels sont les résultats ? L’indicateur économique le plus significatif de la croissance c’est le PIB. Exception faite de l’éclaircie économique de la primature avec Gérard Latortue les taux de croissance du PIB sont négatifs ou bien encore déclinent de 1994 a 2009. A quoi doit-on s’attendre de Bill Clinton ?

La charité n’a jamais développé aucun pays du monde. Les Hommes d’Affaires ne sont pas embrigadés dans l’Armée du Salut. Ils ne peuvent pas se comporter en Bons Samaritains puisqu’ils sont à la recherche d’un profit pour leurs investissements. Les conditions dans lesquelles évoluent actuellement la Nation haïtienne ne sont pas favorables à attirer les capitaux étrangers. L’insécurité constitue un handicap majeur à l’octroi des prêts des Banques de financement. Dans un pays continuellement en crise il serait difficile de récupérer les fonds investis à longue échéance. D’où l’augmentation du taux d’intérêt afin de recouvrer plus rapidement le capital.

Nous croyons évoluer en vase clos en ignorant les progrès extraordinaires de la communication en ce début du 21e siècle. Les informations circulent à la vitesse des ondes hertziennes et sont conservées sur divers supports physiques, bandes à enregistrer, CD Rom, disques durs, mémoires mortes, vidéo etc. Il n’est un secret pour personne en Haïti ou à l’étranger que l’insécurité est assurée en toute impunité par le Gouvernement. Qui ne se souvient pas de la déclaration du Premier ministre Jacques Edouard Alexis invitant les chimères au Palais National à la veille des fêtes de fin d’année pour recevoir leurs prébendes pour le travail bien fait. Bonne note est prise par les bailleurs de fonds.

Des agents dominicains et américains ont coincé le militant Lavalas Amaral Duclona dans la station Casa de Campo, La Romana, à l’Est de Santo Domingo. Il est accusé d’avoir assassiné des citoyens français et haïtiens. Le Quai d’Orsay réclame son extradition en France afin de lui soutirer les informations indispensables à la remontée des filières. A qui profitent ses crimes ? Les tractations diplomatiques sont en cours. Les autorités haïtiennes sont sur des charbons ardents. Comme une souris dans une souricière le 55e Président d’Haïti ne voit aucune autre porte de sortie que sa permanence au pouvoir.

Contrairement aux autres Présidents d’Haïti, il n’aura pas la chance de l’exil. Aussi se débat-il pour avoir la majorité au Parlement afin de briguer un 3e mandat. Dans cet ordre d’idées, on vient d’assister à un coup de théâtre politique digne des effets spéciaux des studios d’Hollywood. Le Président du Sénat s’est éclipsé pour un laps de temps afin de laisser la tache ingrate à Féquière Mathurin qui a déclaré malicieusement : « Au nom des pouvoirs qui me sont conférés…….. » Par qui ? Sinon que le Chef de l’Exécutif. Ce coup fourré n’est pas admissible. Le quorum de 2/3 n’a pas été respecté.

L’arithmétique de la majorité absolue, compte tenu des absents, n’est pas complète. Si on doit compter les récipiendaires, la cérémonie de validation n’a aucun sens. Cette pirouette n’a qu’un but, le vote de principe de l’amendement de la Constitution de 1987. Aux prochaines élections pour le renouvellement de la Chambre des députés au complet et d’un autre tiers du Sénat, ce même CEP va permettre à Préval de chevaucher le Parlement à sa guise. Le cas échéant une Assemblée Constituante sera convoquée en Janvier 2010 pour une nouvelle Constitution. Il veut coûte que coûte bénéficier d’un 3e mandat afin de continuer à folâtrer dans les Jardins du Palais National. « S’il fait beau temps, disait un papillon volage. »








Accueil | Plan du site | info visites 404374

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site FOIRE D’OPINIONS  Suivre la vie du site Textes d’Opinion   Politique de publication

Haitimonde Network