CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Quiproquos ! - Editorial - Le Matin- Vendredi 26 mars - Jeudi 2 avril 2010 No 34211- Par : Daly Valet

dimanche 28 mars 2010 par William Toussaint

Quiproquos !

Le président Obama a, mercredi 24 mars, demandé officiellement au

Congrès américain d’approuver une enveloppe d’aide supplémentaire

d’urgence à Haïti d’un montant de 2,8 milliards de dollars. Le chiffre

ne surprend pas. Les conseillers techniques des Congressmen tablaient,

depuis quelques semaines déjà, sur un montant d’aide additionnelle de

3 milliards. À Port-au-Prince, les conversations allaient aussi bon train

sur cette pactole - ô combien tentante et alléchante ! - qui nous viendrait

de l’Oncle Sam. Au Capitol Hill, la démarche du président Obama fait

sourciller certains Républicains et Démocrates conservateurs, lesquels

rechignent de plus en plus à approuver des dépenses publiques qui ne

pourront qu’aggraver l’effarant déficit budgétaire américain. La requête

de l’Exécutif américain a toutes les chances de passer les mailles des filets

de contrôle du Congrès. Obama obtiendra gain de cause, même

si l’autorisation de dépenser qui lui sera accordée dans le dossier haïtien

sera assortie de conditions de décaissement et d’évaluation sévères et

renforcées. D’ailleurs, la puissante Commission des Affaires étrangères

du Sénat présidée par le sénateur du Massachussetts, John Kerry, travaille

actuellement sur une loi qui réglementera, sur une base contraignante,

l’assistance américaine à Haïti dans le cadre de la reconstruction.

Un « Monsieur Haïti » sera également nommé pour coordonner l’aide

et veiller à l’utilisation honnête et transparente des fonds. Corruption

oblige.

C’est bien beau, tout cela ! Le hic, c’est que plus d’un tiers des 2,8 milliards

sollicités par la Maison Blanche restera à Washington. Autrement

dit, près d’un milliard de dollars ira au Pentagone et à l’USAID à titre

de remboursement des dépenses hors budget consenties par ces entités

fédérales en faveur d’Haïti au lendemain de la catastrophe du 12 janvier.

Des montants moindres, mais assez substantiels, iront renflouer les

comptes du Département d’État, de ceux de l’État de la Floride, du Département du Trésor, de l’Agriculture, de la Santé, etc. Elles sont légion

ces agences gouvernementales américaines qui se verront rembourser

à la faveur de l’éventuelle approbation par le Congrès de la demande du

président Obama.

Mais que restera-t-il de cette enveloppe à Haïti pour la reconstruction

après que les coffres des agences américaines à être intervenues en Haïti

eurent été regarnis ? Pas beaucoup, si l’on en croit les données officielles

auxquelles nous avons pu accéder. Le reliquat qui sera alloué aux plans

de relance et aux projets de reconstruction est, en fait, de l’ordre de 895

millions de dollars. Ce budget sera confié aux bons soins du Département

d’État et de l’USAID. Les chiffres sont vraiment trompeurs. Des

milliards virtuels. Et quelques millions bien réels. Le président René Préval

aura définitivement échoué à convaincre Washington de la capacité

de cet appareil d’État qu’il dirige à gérer correctement son aide à Haïti.

Washington, de son côté, devra mieux travailler à rendre cette aide

concrètement plus ambitieuse et ses engagements envers ce pays plus

constants ; et qu’il sera, à terme, improductif de persister à contourner

notre président de la République et son administration, aussi inefficaces

qu’ils puissent être.

Il y a lieu de demeurer raisonnablement et patriotiquement optimiste

quant au futur de notre chère Haïti. Il faut, cependant, admettre que la

reconstruction est déjà mal partie. Et le sommet de New York du 31

mars avec. Les prémices sont loin d’être convaincantes. D’autant que

la phase de gestion des urgences et de planification du long terme nous

laisse avec beaucoup d’insatisfaction. Faux-semblants. Faux-fuyants.

Faux pas. Efforts d’inclusion en demi-teinte. Pratiques d’exclusion à l’ancienne mode. Rien de vraiment réconfortant. Surtout quand les chiffres

astronomiques de la coopération internationale continuent de relever

largement du trompe-l’oeil.

Daly Valet








Accueil | Plan du site | info visites 316229

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site FOIRE D’OPINIONS  Suivre la vie du site Textes d’Opinion   Politique de publication

Haitimonde Network