CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Quelle compétitivité ! - Par : Jean Erich René

dimanche 11 janvier 2009 par Erich Jean René

Quelle compétitivité ! - Par : Jean Erich René

« Là où il n’y a pas de vision, le peuple est sans frein, mais heureux
sont ceux qui gardent la loi ! » Proverbe 29 :18 (Les Saintes Ecritures,
Traduction du Monde Nouveau)

La République d’Haïti doit faire peau neuve si elle veut que son économie
soit compétitive. D’abord commençons par nous défaire de nos pratiques
rétrogrades en instaurant un système méritoire c’est-à-dire en
reconnaissant l’importance du savoir et surtout du savoir-faire dans le
développement durable. Ipso facto on va assister à l’émergence d’une
nouvelle élite pour guider la nation dans la bonne direction. Les chimères
et leurs polymères ont détruit Haïti. Il n’y a que la science et la
technologie qui puissent rendre notre économie compétitive en augmentant
notre productivité c’est-à-dire le rendement par travailleur. La
transmission d’une telle capacité n’a d’autre créneau que l’éducation. La
compétitivité économique d’Haïti ne dépend pas de la velléité d’un groupe
d’hommes d’affaires tel que l’AMCHAM (demandeur) mais du modèle
d’enseignement diffusé en étroite corrélation avec les Dépenses du
Gouvernement haïtien en éducation (offreur) que nous pouvons démontrer en
intégrant les allocations du Budget de la République en Éducation dans la
fonction suivante :

L(t) = log(α) D(t)
Où :
L(t) = demande de travail ou nombre d’ouvriers embauchés au temps(t)
D(t) = Dépenses du Gouvernement en éducation au temps (t)

Pour mesurer les incidences réelles des dépenses du Gouvernement sur le
nombre d’emplois en Haïti, observons certains éléments de la comptabilité
nationale en prenant l’année 2004 comme point de départ et l’année 2006
comme point d’arrivée.

1.-Dépenses du Gouvernement en éducation.

a) Pour l’exercice fiscal 2003-2004 les dépenses du Gouvernement en
éducation D (t) s’élevaient à : D (2003-2004) = 607 millions de dollars.

b) Pour l’exercice fiscal 2005-2006 les dépenses du Gouvernement en
éducation D (t) s’élevaient à : D (2005-2006) = 930 millions de dollars

2.- Nombre d’emplois

a) Pour l’exercice fiscal 2003-2004 la demande d’emplois L (t) se chiffrait
à :

b) L (2003-2004) = 891.837 individus

b) Pour l’exercice fiscal 2005-2006 la demande d’emplois L (t) se chiffrait
à :

L (2005-2006) = 1.200.000 individus

Compte tenu de la Théorie Scientifique de Chennery et Bruno appliquée à
Haïti nous pouvons écrire :

a) Pour l’exercice fiscal 2003-2004

891 = log (α) 607 = log 607 / log (10)α = 3,12*10-3

Ici -3 est un exposant

b) Pour l’exercice fiscal 2005-2006

1200 = log (α) 930 = log 930 / log (10) α = 2,47*10-3

Ici -3 est un exposant

Ces résultats nous prouvent que plus on a d’ouvriers qualifiés plus on
embauche de nouveaux individus et plus la production augmente. On peut
mesurer la progression en comparant les dépenses du Gouvernement et les
résultats obtenus pour les exercices fiscaux (2003-2004) et (2005-2006).
Une augmentation de 53% des Dépenses du Gouvernement en Éducation entraîne
une augmentation de 35% du nombre d’emplois. Donc la compétitivité
économique d’Haïti n’est pas un vain mot. Elle dépend surtout de la
sincérité du Gouvernement de Préval à investir dans l’éducation.

Il convient de signaler que les dépenses en éducation en Haïti, selon les
calculs logarithmiques, accusent un rendement décroissant c’est-à-dire
n’exercent pas un effet amplifié sur la dynamique de la production. Ce
signal est symptomatique de l’anémie dont souffre notre système
d’éducation. Par sa carence en connaissances appropriées au marché du
travail contemporain, l’Éducation haïtienne n’arrive pas à produire des
ouvriers suffisamment qualifiés pour la demande à cause de l’inadéquation
des formes institutionnelles de diffusion de l’enseignement.

Nous devons orienter l’effort éducatif haïtien vers la science et la
technologie. Jusqu’à présent l’Enseignement en Haïti fabrique des
intellectuels stériles et à la belle parlure, des chômeurs transmués en
politiciens parasites et en éternels candidats aux fonctions électives. Il
ne suffit pas de former des commissions présidentielles, la compétitivité
économique d’Haïti à l’ère de la technologie de l’information et de la
communication a comme préalable indispensable un modèle d’enseignement
adapté aux nouvelles données économiques internationales et consacre la fin
du népotisme et du clientélisme. Il faut des ouvriers qualifiés pour livrer
le combat dans la jungle de l’Économie Monde au 21 e siècle. La volonté du
Président René Préval de changer la donne devrait s’affirmer par la
priorité du portefeuille accordé à l’Éducation, soit 8,9 milliards, pour
un montant total du budget de 100.052.501.191 gourdes. Quelle compétitivité
 !








Accueil | Plan du site | info visites 317950

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ECONOMIE & SOCIETE  Suivre la vie du site Conjoncture  Suivre la vie du site Avis   Politique de publication

Haitimonde Network