CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Quatre blessés dans l’effondrement d’un immeuble

jeudi 13 février 2014 par Administrator

Des ambulanciers ont secouru, dans l’après midi du mardi 11 février, quatre personnes grièvement blessées lors de l’effondrement d’une maison sévèrement endommagée lors du séisme du 12 janvier 2010, non loin de la rue Tiremasse, au Centre-ville de Port-au-Prince.

1 h.p.m, ce merecredi, des hommes sont à pied d’œuvre au boulevard Jean-Jacques Dessalines. Sous un soleil de plomb, ils déblaient les décombres d’une ancienne maison effondrée la veille, faisant quatre blessés et d’importants dégâts matériels. Portant des habits usagés, des casques jaunes sur la tête, des sacs au dos, ils frappent énergiquement à coups de marteau les masses de béton de l’ancien dépôt de l’entreprise industrielle Larco S.A. pour récupérer du fer et des briques.

Cet incident a, semble-t-il, sensibilisé quelques marchandes aux risques d’étaler leurs marchandises sous des bâtiments sévèrement endommagés lors du séisme du 12 janvier 2010. Assis dans sa petite boutique en fer forgé, Gérard remercie Dieu d’être sain et sauf. « Je me déplaçait à peine quand le toit s’est effondré, explique le marchand de machette. Il est vrai que la maison représentait une menace, mais personne ne s’attendait à son effondrement. » Toutefois, il croit que le gouvernement doit inévitablement raser les constructions endommagées depuis le tremblement de terre pour empêcher que d’autres personnes soient victimes.

Pourtant, à quelques mètres du drame, des maçons tentent de rapiécer les brèches du bâtiment fissuré qui abrite au sous-sol une quincaillerie et à l’étage des chambres dans lesquelles vivent encore des familles. Malgré les risques d’un éventuel effondrement du bâtiment, les locataires expliquent n’avoir pas d’autres endroits où aller. « Nous ne pouvons pas abandonner la maison sans avoir un endroit sûr pour abri. »

A quelques mètres de la rue Tiremasse, par exemple, un bâtiment de trois étages, qui a longtemps abrité un magasin, attire l’attention : toute la structure avant de l’immeuble en béton penche dangereusement vers la rue, ce qui ne semble guère déranger les quelques dizaines de marchandes installées en contrebas. « Je ne peux faire autrement que d’étaler mes marchandises sous ce bâtiment délabré, car c’est la vie de mes enfants qui en dépend, dit Rodrigue, un marchand d’une cinquantaine d’années qui a étalé ses appareils électroniques sur la galerie du bâtiment endommagé. Je n’ai nulle part où aller. Je sais bien que c’est dangereux, mais que puis-je faire d’autre ? »

A l’intersection de la rue des Césars, c’est le même cas de figure. Des marchandes de valises sont paisiblement assis sous un vieux bâtiment en état de délabrement si avancé qu’ils mettent en danger la vie des milliers de personnes qui s’y installent. « Le gouvernement doit prendre ses responsabilités pour déplacer les marchandes, lance un passant. De toute façon, ce sera pour leur bien. »

Le principal agent exécutif intérimaire de Port-au-Prince, Joseph Pierre Richard Duplan, qui se trouvait sur les lieux, peu de temps après l’incident, a ordonné la destruction des bâtiments fissurés se trouvant dans le périmètre de l’incident. Il indique que les agents de la mairie ont tenté à maintes reprises de déplacer les marchandes qui étalent leurs produits à proximité des immeubles endommagés afin d’éviter de tels accidents. Au boulevard Jean-Jacques Dessalines, la réalité est criante. Les grandes entreprises ont été depuis belle lurette relocalisées. La grand-rue qui faisait la fierté de la capitale à l’époque des Duvalier est méconnaissable. Des marchandes étalent leurs marchandises près des nappes d’eau sale qui croupissent entre les tas d’immondices qui enserrent la chaussée.

Ernest Jean-Philippe, un riverain de la zone, s’impatiente de voir reconstruire le centre-ville tel que promis par l’administration Martelly, il y a deux ans. Selon lui, cela occasionnerait le retour du centre commercial de Port-au-Prince.

Joubert Rochefort
jrochefort@lenouvelliste.com

Voir en ligne : Le Nouvelliste







Accueil | Plan du site | info visites 320947

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site NOUVELLES D’HAITI  Suivre la vie du site Revue de la Presse en Haiti   Politique de publication

Haitimonde Network