CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Quand la musique et la danse font bon ménage !

vendredi 20 avril 2012 par Administrator

Un public vraiment select composé de mélomanes et d’amants de la danse a ovationné, samedi, la prestation du super Jazz des jeunes et de la troupe Bakoulou à Le Vilatte.


Qui prétendrait ignorer que la musique et la danse constituent des éléments marquants de la créativité haïtienne ? Les incrédules auraient été confondus en se rendant au spectacle présenté, récemment, par le super jazz des jeunes et la troupe Bakoulou, dans le cadre enchanteur de « Le Vilatte ». Variété de style dans un éventail qui embrasse rites et rythmes avec de multiples déclinaisons. Un public vraiment select composé de mélomanes et d’amants de la danse ovationnait la prestation des artistes qui, tout compte fait, se sont surpassés.

Comme de coutume, l’orchestration de jazz des jeunes a permis d’explorer les contours diversifiés des rites haïtiens à travers des thèmes allant du lyrisme à la dénonciation de la réalité sociale d’époque. Diversité de rythmes et d’harmonies où la force des instruments de percussions cohabite pourtant avec les mélodies élaborées pour rehausser la parole. Bref, il s’agissait d’une véritable invitation à une ballade dans le tréfonds d’une musique authentiquement nationale. Soulignons que les bases rythmiques de cette dernière, loin de générer l’immobilité stérile de la répétition, constituent la matrice de nouvelles harmonies qui revigorent la tradition avec la perspective d’introduire de nouveaux éléments.

Le clou de la soirée a été de toute évidence cette heureuse alliance de la musique et de la danse. Il s’agissait, selon l’avis unanime des spectateurs, de la plénitude d’une fusion. En ce sens, la prestation de la troupe Bakoulou aura offert l’opportunité d’explorer, avant tout, les territoires limites de la danse. Là où celle-ci rencontre son environnement favori, s’y frotte de manière créative et se transforme. Ici le spectateur est porte à se questionner : la danse est-elle cet art ultime du déchainement, qui libère des chorégraphies cachées du quotidien ? Jusqu’où peut-elle aller en cela/ ou du moins, qu’en est –il de son rapport avec la musique ?

A l’heure actuelle, la chorégraphie contemporaine tend plutôt à des structures planifiées, imposées, mais qui poussent jusqu’à l’absurde les formes fixes héritées du ballet ou de la danse moderne classique. La troupe Bakoulou propose une dramaturge structurée qui interpelle et implique le spectateur. La chorégraphie ouvre le strict vocabulaire dans lequel évoluent les danseurs pour en faire une composition de corps. .Il ne s’agit pas de saisir les mouvements de la vie quotidienne avec des gestes qui transgressent la valeur d’usage, la valeur fonctionnelle de la représentation du vécu. Cette danse exploite les moindres possibilités de l’expression, élevant ainsi chaque expansion gestuelle au rang de formes et de formulations artistiques. Les corps dansants se trouvent en état d’extase et donnent l’impression de ne pouvoir s’établir dans un autre lieu, parce qu’ils ont quitté le lieu de la communication quotidienne perceptible au sens.

Dans l’ensemble, cette soirée a rouvert une porte fermée depuis des lustres, quand on se rappelle les spectacles d’osmose du jazz des jeunes et du ballet folklorique national. L’orchestre décantait l’essence rythmique qui devient magnifique lorsque la danse lui était additionnée. Aujourd’hui encore, l’union bien légitime de la musique et de la danse, nous incitent à croire que ces deux éléments prépondérants de la créativité haïtienne ont beaucoup à nous dire sur la nature propre de notre culture.

Voir en ligne : www.lematinhaiti.com







Accueil | Plan du site | info visites 321063

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site SPORTS & CULTURE  Suivre la vie du site Arts & Culture   Politique de publication

Haitimonde Network