CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Préval étend le pouvoir du CEP ! - par : Ladenson Fleurival, Le Matin

jeudi 1er juillet 2010 par William Toussaint

Les pressions de la communauté internationale conjuguées aux contestations de l’opposition
politique n’ont pu dissuader le président René Préval de confirmer les membres de l’actuel
Conseil électoral provisoire (CEP) à leur poste dans la perspective des élections générales à la
fin de l’année.

Loin de remanier l’institution électorale, pourtant décriée par l’ensemble des partis politiques de l’opposition et des secteurs de la société civile, le chef de l’État a étendu les pouvoirs de l’équipe dirigée par Gaillot Dorsainvil en lui donnant mandat d’organiser la présidentielle de la fin de l’année.

Longtemps en discussion dans les milieux politiques haïtiens, la date du 28 novembre a été officiellement retenue pour la réalisation des scrutins. Cet arrêté de 3 articles, publié le 24 juin dernier, autorise l’actuel CEP à : « organiser les élections du président de la République, du tiers du Sénat, des Députés, des Conseils municipaux, des Conseils d’administration des Sections communales, des Assemblées des sections communales, des Délégués de ville ; d’organiser des élections pour tout autre poste vacant au Sénat de la République ».

L’article premier de l’arrêté indique : « Le Conseil électoral provisoire a pour mandat d’organiser les élections indirectes des membres des Assemblées municipales, des Assemblées départementales, des membres des Conseils départementaux et des membres du Conseil interdépartemental. Ces élections seront programmées en tenant compte de l’établissement par le Parlement du cadre légal relatif à l’organisation et au fonctionnement des Collectivités territoriales. »

Ce document est publié dans un contexte particulièrement troublé. Depuis plus de deux mois, des manifestations populaires anti-gouvernementales se sont étendues à travers les rues de la capitale et dans les villes de province. Le renvoi de l’actuel CEP constituait la principale revendication des acteurs politiques qui guidaient les débats. L’arrêté du 24 juin vient comme une douche froide pour les opposants politiques et des membres de la société civile qui venaient de soumettre une proposition de formation d’un nouvel organisme électoral.

Par ailleurs, le CEP doit s’attendre à de grandes difficultés techniques, notamment à Port-au-Prince où les centres de votes ont été détruits par le séisme du 12 janvier dernier et où la population vit dans la rue. D’autre part, le déplacement de la population vers d’autres régions du pays complique davantage la tâche de réaliser des listes électorales définitives. D’autre part, en cas d’un éventuel boycott des scrutins par l’opposition politique, les nouveaux élus feront face à un déficit de crédibilité et l’on craint que la crise post électorale de 2001 ne se reproduise. En tout cas, dans cinq mois, les électeurs seront appelés à élire un président de la République, 12 sénateurs, 99 députés...

fleurival15@yahoo.fr








Accueil | Plan du site | info visites 316025

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site NOUVELLES D’HAITI  Suivre la vie du site Revue de la Presse en Haiti   Politique de publication

Haitimonde Network