CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Pour éradiquer l’exclusion des femmes rurales

mardi 11 mars 2014 par Administrator

Les femmes du monde rural sont dépouillées de leurs droits et sont victimes d’abus de toutes sortes, selon L’Espoir des femmes haïtiennes (L’EFH), une organisation œuvrant à Petit-Goâve et dans d’autres communes du pays. Face à cette réalité, L’EFH se fait le devoir d’accompagner ces femmes qui, depuis la nuit des temps, sont abandonnées à leur sinistre sort. L’organisation plaide pour l’émancipation économique des femmes vivant en milieu rural.

Pour marquer la Journée mondiale des droits des femmes, L’Espoir des femmes haïtiennes (L’EFH) a organisé, vendredi écoulé, une rencontre dans la localité dénommée « Kay Maten », 7e section communale de Petit-Goâve. Cette section communale est dépourvue de tout : route, école publique et centre de santé. Les riverains n’ont même pas d’accès à l’eau potable. Cet état de manque constitue de sérieux handicaps que les femmes ont dû mal à surmonter. « Nous sommes dans une situation difficile et désespérée au niveau de cette section communale. La scolarisation de nos enfants s’effectue sur le tard. Nous nous intéressons au petit commerce mais aucune opportunité ne se présente à nous », se plaint Thérèse Bellamy, une représentante de L’EFH au niveau de la 7e section communale de Petit-Goâve.

La situation n’est pas différente pour les femmes de la 8e section communale de Petit-Goâve. Ces femmes ont élevé leurs voix pour dénoncer l’exclusion dont elles sont victimes. « Il n’y a pas de différence entre les femmes citadines et les femmes rurales. Nous sommes des laissées-pour-compte. Nous n’avons pas d’accès aux soins de santé au niveau des sections communales lorsque nous sommes tombées malades. Jusqu’à présent, c’est à l’aide d’un brancard que l’on porte les femmes enceintes », critique Maude Lubin, une représentante de L’EFH au niveau de la 8e section communale.

Les raisons qui expliquent le choix de L’EFH de marquer la Journée des droits des femmes au niveau des sections communales ont été avancées par sa coordonnatrice générale, Kerlie Henry. « Nous avons prêté une oreille attentive aux doléances des femmes du monde rural, a affirmé Kerlie Henry. Ensuite, nous avons réalisé que ces femmes-là contribuent beaucoup à l’économie familiale dans les campagnes. Nous estimons que ce sont ces femmes qui méritent d’être en honneur. Autant dire que nous avons organisé cette rencontre en hommage aux femmes rurales autour du thème « Ann sipòte fanm nan seksyon kominal yo pou devlopman peyi a ». Nous devons apporter nos appuis à ces femmes qui ont besoin d’avoir accès aux soins de santé, de voir des routes construites dans les milieux ruraux et d’avoir une petite activité commerciale. »

La coordonnatrice de L’EFH a souligné que son organisation a contribué à la formation de plus de 700 femmes en couture et en pâtisserie dans les sections rurales à Petit-Goâve et dans d’autres régions du pays. En outre, son organisation a facilité la culture d’environ 700 jardins communautaires sous la supervision de la FAO pour améliorer la sécurité alimentaire des familles vulnérables. Elle a ajouté que l’EFH a favorisé aussi l’insertion socio-économique d’une centaine de femmes.
Jeanty Gérard Junior
jeantygerardjr@lenouvelliste.com

Voir en ligne : Le Nouvelliste







Accueil | Plan du site | info visites 275013

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site CONDITION FEMININE  Suivre la vie du site Echo des Femmes   Politique de publication

Haitimonde Network