CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Petite leçon de démocratie à Martelly

mardi 9 avril 2013 par Administrator

Dans un éditorial daté du 7 avril 2013, le site Bloomberg.com souligne" que la restauration de la démocratie est indispensable à la reconstruction d’Haïti".

Dans cet édito, on apprend qu’à la dernière réunion du Conseil de sécurité des Nations unies d’importants bailleurs, dont les Etats-Unis, le Canada et la Grande Bretagne, avaient exprimé d’importantes préoccupations et leur désarroi face "à la paralysie politique" en Haïti sur fond d’une augmentation des troubles civils et de crimes majeurs.

"Le même jour, les plus importants donateurs ont décliné l’invitation d’Haïti à une réunion sur l’augmentation de l’aide arguant que le gouvernement a d’abord besoin d’un plan pour restaurer la démocratie", selon le Bloomberg.com.

"Ils ont raison", a indiqué l’éditorialiste. Pendant plus d’un an, Haïti a été gouvernés en dehors de sa Constitution. Les mandats d’élus municipaux ont expiré et le président Martelly a choisi 129 sur 140 maires pour assurer la continuité. Le Sénat est amputé d’un tiers et risque la paralysie si les élections ne se tiennent pas cette année.

Cette voie conduit vers la dérive autoritariste de laquelle Haïti a déjà pleinement souffert, rappelle le site qui met en garde contre la tentation que pourrait avoir le président Martelly de préférer l’implosion du Sénat et de laisser les municipalités à ses affidés.

Mais procéder de cette manière n’effacera pas les appréhensions des donateurs essentiellement préoccupés par le rétablissement d’Haïti. Pour reloger les 347 000 personnes encore sous des tentes à la suite du séisme, pour créer des logements décents pour ceux qui sont dans des maisons provisoires, Martelly doit s’assurer que l’aide internationale ne s’arrête pas, selon l’éditorialiste.

"Les élections ne sauveront pas Haïti. Mais l’incapacité à les réaliser peut mener le pays à faire marche arrière, souligne l’éditorialiste, insistant sur les avantages d’un pays fonctionnant avec des institutions. La restauration de la démocratie permettra petit à petit au pays d’attirer des investisseurs et de dépendre moins de l’aide. Les entrepreneurs n’investiront pas en Haïti sans foi dans un gouvernement légitime, respectant le règne de la loi et un Parlement capable de voter des lois pour renforcer le climat des affaires, selon l’éditorialiste de Bloomberg.com, un média spécialisé dans la diffusion d’informations économiques et financières appartenant au milliardaire Michael Bloomberg, actuel maire de New York.

"Il n’y a pas eu de demande d’augmentation d’aide à Haïti. On avait une réunion du CAED, chargé de l’harmonisation de l’aide qui a été reportée", a confié au journal Le Nouvelliste Marie Carmelle Jean-Marie, ministre de l’Economie et des Finances.

"J’ai eu ce jour-là une réunion avec les responsables du Fonds de reconstruction d’Haïti (FRH) afin de programmer l’utilisation des dernières ressources qui étaient de 48 millions de dollars", a expliqué la ministre. Dans cette enveloppe, des fonds sont alloués au fonctionnement de l’hôpital de Mirebalais, à un programme d’urbanisation à Canaan/Jérusalem, entre autres, a détaillé. MCJM, jointe en fin de soirée.

A cette réunion, l’avenir du Fonds de reconstruction d’Haïti (FRH) a été abordé." J’ai exprimé ma préférence pour un fonds d’investissement", a confié Marie Carmelle Jean-Marie.

Selon des sources interrogées par Le Nouvelliste, il y a bien eu refus des bailleurs de fonds, sur recommandation américaine, de ne pas tenir la réunion du CAED, l’instance de coordination de l’aide au développement à Haïti.

« La réunion, la première depuis la mise en place du nouveau cadre de coordination de l’aide externe, a été annulée sine die », indique la source du journal.

Dans les derniers jours du mois d’avril, à Washington, une réunion informelle est prévue en marge de l’assemblée annuelle du FMI à la demande du ministre canadien Julian Fantino, grand pourfendeur de l’incapacité des Haïtiens à bien utiliser l’aide internationale, a appris Le Nouvelliste.

Au cours de la même période, le Premier ministre Laurent Lamothe sera à Washington pour participer à une série de rencontres en marge de l’assemblée du FMI.

« Tout le monde espère que le Premier ministre sera porteur de bonnes nouvelles en ce qui concerne le processus électoral. Pas seulement au sujet du CT-CEP, mais de toute la liste de recommandations que le gouvernement haïtien a en main », indique la source du journal bien au fait des aléas de la vie politique en Haïti.

Roberson Alphonse








Accueil | Plan du site | info visites 317950

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site FOIRE D’OPINIONS  Suivre la vie du site Textes d’Opinion   Politique de publication

Haitimonde Network