CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com
Nou Pou Nou

PENAH, au service des enfants à Cité Soleil

lundi 10 mars 2014 par Administrator

A Cité Soleil, la plupart des organisations ou associations n’ont pas le même nom mais ont toutes un rêve en commun : voir une autre Cité Soleil avec moins de violence, moins marginalisée. Dans le quartier de troisième Cité Lumière, plusieurs dizaines d’enfants reçoivent gratuitement un encadrement scolaire fourni par les jeunes de la Pépinière des enfants d’Haïti (PENAH)…

« Donnez aux enfants leur chance de jouir de leurs droits dans la société. » Avec une telle devise (en créole), la PENAH se propose d’encadrer les enfants en leur donnant, entre autres des leçons éducatives. Après l’école, ces derniers, de tout âge, viennent assister aux cours de musique, d’informatique, de danse... Ce jour-là, ils sont une cinquantaine à remplir le local de la PENAH, certains pour dessiner, d’autres pour rédiger des devoirs. L’ambiance est enfantine. Les plus petits, errant çà et là, s’agitent, tandis que d’autres, alignés sur des bancs, s’abandonnent à leur travail.

Selon Jean Olrich Estimé, coordonnateur général de l’association, l’initiative est à but non lucratif. Né dans la cité, il estime que c’est un devoir de s’y investir. « Nous n’allons pas dire que c’est notre activité qui va changer la situation complètement, mais au lieu de critiquer, comme beaucoup d’autres, nous mettons la main à la pâte, déclare-t-il. Dans 10 à 15 ans, nous espérons que ces jeunes, à qui nous donnons gratuitement des leçons, feront de même à d’autres enfants, afin de réduire le taux de violence. »

Fondée en avril 2009, la PENAH œuvre dans le social. L’année dernière, 80 jeunes (de 12 à 24 ans) ont suivi un cycle de formation sur le VIH sida, la grossesse précoce, les dangers de la drogue et de l’alcool sur une durée de six mois. « Nous constatons que beaucoup de jeunes qui consommaient de l’alcool ne le font plus, se félicite Jean Olrich Estimé. C’est un bon signe. »

Selon Samuel Décius, moniteur en informatique bureautique et en musique, les parents appuient cette initiative. Bien imbus des activités prévues pour les enfants, ils votent pour leurs droits aux loisirs, à l’éducation et à la santé. « Nous sommes fiers de servir notre communauté, car nous espérons changer l’image de Cité Soleil, souligne le moniteur de 28 ans. Nous constatons que les enfants sont toujours exclus de cette société. Ils ne sont pas assez encadrés. Est-ce pourquoi nous nous imposons le devoir de les accompagner. »

Porteur d’un discours positif, la Pépinière des enfants d’Haïti entend procéder étape par étape, dans le but de faire évoluer les mentalités. « Il y a beaucoup de choses positives dans la cité, mais malheureusement, on n’en montre que les mauvaises », avancent les responsables de l’association. Le drame est qu’ils ne peuvent plus travailler quand il y a des conflits dans la cité, comme ce pire moment vécu en 2004, où les écoles ne pouvaient plus fonctionner à cause des actes de violence.
Valéry Daudier
vdaudier@lenouvelliste.com

Voir en ligne : Le Nouvelliste







Accueil | Plan du site | info visites 329619

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site NOUVELLES D’HAITI  Suivre la vie du site Revue de la Presse en Haiti   Politique de publication

Haitimonde Network