CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Mon cher Jean Erich - Par : Jacques Paul

jeudi 22 janvier 2009 par William Toussaint

Mon cher Jean Erich,

Je vous remercie de m’avoir fait cet honneur de répondre directement à ma critique. Et moi qui croyais que ça allait passer incognito. Me voilà aspiré comme par un tourbillon dans un domaine dans lequel, mon Dieu, je ne sais vraiment pas grand chose. Le Nasdaq, le Dow Jones, ça ne me dit rien : c’est autant de caractères , chinois, coréens ou japonais. Le seul chapitre dont je me souviens d’un cours d’économie que j’ai suivi il y a très, très lontemps est celui sur la loi de l’offre et de la demande. A part ça, je ne me rappelle plus rien.

Pourtant, pourtant... Jean Erich, j’ai pris la peine de lire et relire votre réponse à la recherche d’une clef de compréhension. Tout ce flot d’équations pour dire finalement quoi ? Que si le gouvernement investissait dans le domaine de l’éducation en vue de la rendre plus technique, plus pratique, donc plus compétitive, le pays en tirerait beaucoup plus de bénéfices, fournirait notamment beaucoup plus d’emplois. Cela, c’est presqu’une évidence, et je crois qu’il est inopportun d’en livrer un exposé quantitatif sur un forum non-spécialisé. De peu, j’aurais été submergé : Chenery, en particulier, ne me disait pas grand chose. Il m’a fallu faire beaucoup d’efforts pour garder la tête hors de la furie de tous ces nombres : j’ai pratiqué, pour répéter l’autre, le "naje pou w’ soti". Il y en a sûrement qui, s’ils ne sont pas noyés, ont,en tout cas, avalé quelques bonnes gorgées d’eaux si bien qu’ils ont sollicité le sauvetage de l’humble Vava.

La res economica, comme je le disais avant, n’est pas mon affaire, mais ma curiosité a été piquée au vif par la redondance des logarithmes, vu qu’ils font partie des maths que j’enseigne. Je me suis dit : tiens, voilà une occasion exceptionnelle d’expliciter ce que j’entendais par analogie. Vous avez posé la question "Pourquoi des calculs logarithmiques ?" Moi, je réponds : Si la dimension des nombres positifs qu’on doit manipuler est extrémale, très grande ou très petite, et qu’’il y a entre eux des opérations de puissance de multiplication et de division, il est préférable de se servir des logarithmes. Et je voudrais utiliser cette analogie un peu grossière pour illustrer la définition de logarithme : si je donne à quelqu’un 100 citrons à emporter chez lui, il est évident qu’il ne pourra pas les prendre tous avec ses mains, vu leur nombre trop élevé. La meilleure solution c’est de les mettre dans un ou des sachets que l’individu peut facilement transporter. Et pour expliquer les différentes bases de logarithmes, naturel ou décimal, on peut avoir avoir des sachets pouvant contenir ou 20, ou 25 ou 50 citrons. Ce seront des logarithmes à base 20, à base 25 ou à base 50. Ce qui est remarquable avec les logarithmes, c’est que les opérations de multiplication et division entre les nombres sont respectivement transformées en addition et soustraction. Voilà une espèce d’analogie pour les non-initiés en maths.

Mais je me demande s’il n’y a pas eu un usage abusif de quelques termes et expressions dans le texte, si même l’équation de Chenery n’est pas d’un emploi lui aussi abusif. Il y a des mentions de variations, mais les nombres présentés en illustration sont plutôt des taux de variation, ce qui est différent. Vous faites intervenir le logarithme d’un paramètre α, coefficient d’une variable t sensé symbolisé le temps, mais je ne vois nulle part une quelconque substitution de valeur pour la variable t. Les 891 mille et les 1 milion 200 mille, d’où proviennent ces valeurs ? Des calculs ou des statistiques du Département de l’Education Nationale d’Haïti ? Où est passée l’année fiscale 2004-2005 ? Je suis réellement un peu embêté par le fait que tout ne semble pas mathématiquement et logiquement correct.

Après avoir fait des recherches sur le Web, j’ai fini par comprendre que l’équation de Chenery n’est qu’une hypothèse, n’est qu’un modèle. La question qu’on se pose alors : comment peut-on transposer ce modèle dans le cas de notre chère Haïti où les contraintes ne sont pas du tout les mêmes ? Toute hypothèse, en sciences statistiques, mérite d’être testée. Est-ce que cette hypothèse a été testée contre des études de données réelles de croissance faites ou sur une longue durée pour un seul ministère productif, ou une courte durée pour plusieurs ministères pour conclure à sa fiabilité ? A ce sujet j’évoque deux fameux économistes haïtiens dont le grand argentier qui me font rire chaque fois que je les entends à la radio : parce que ce qu’ils racontent semble venir tout droit de la science-fiction. Comment parler de croissance positive à propos d’un pays qui ne produit presque rien, qui semble remonter le temps vers le moyen-âge ? J’ai vu l’un d’entre eux presque piquer d’une colère parce que quelqu’un avait osé mentionner que c’était beaucoup mieux sous Duvalier. L’économiste d’étaler des chiffres qui n’existaient pas sous Duvalier. Oui, les chiffres on ne les voit pas. Mais le cacao, le café, la banane, pois, haricots, ça saute aux yeux. C’était une parenthèse.

L’équation de Chenery, est-ce qu’elle a été utilisée à bon escient pour la démonstration ? J’ai constaté dans les différents papiers que j’ai pu lire qu’elle s’applique de préférence dans les cas de production, surtout qu’elle a été parachutée dans l’économie ou l’économétrie à partir de la production mécanique. Je ne vois pas trop bien son rapport avec le Département de l’Education Nationale qui, même si celui-ci a pour vocation d’être efficace, n’a pas une finalité, humainement parlant, de production. J’aurais aimé que pareilles recherches se fassent à parir des pratiques sur le terrain, et que les résultats, si on veut les diffuser, soient vraiment accessibles, dépouillés de tout ésotérisme technique.

Jean Erich, je comprends votre souci de dire la vérité, d’éduquer. Votre pédagogie se veut ètre aux antipodes du "Cric-Crac" ou des "Tim Tim : bwa sèch" d’un certain Pic de la Mirandole voleur, bluffeur impénitent. Mais quand les textes sont surchargés de nombres, on les évite comme de la peste. Alors que ceux dans lesquels vous partagez vos réflexions ou les expériences de votre première passion, l’agronomie, sont goûtés comme des exquises mélodies, pas toujours nécessairement dans le fond, mais dans la forme.

Jacques Paul

jacques_paul1980@yahoo.com








Accueil | Plan du site | info visites 316579

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site FOIRE D’OPINIONS  Suivre la vie du site Textes d’Opinion   Politique de publication

Haitimonde Network