CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Message de Odette Roy Fombrun

dimanche 13 juin 2010 par William Toussaint

Haïti, pays dévasté et divisé, est en situation d’être mis officiellement sous tutelle. La Communauté internationale, choquée par la catastrophe du 12 janvier, s’est contentée de la présence de la MINUSTAH, et a offert amicalement son assistance. Cette assistance est venue de partout. Utilisons au maximum ces dons généreux pour éviter la violence, offrir un mieux-être à la majorité nationale et reprendre notre place d’honneur dans le concert des Nations.

En effet, par respect pour notre passé de leader dans les luttes contre l’esclavage et surtout par reconnaissance pour l’aide apportée à bien des pays dans leurs luttes de libération, la Communauté internationale s’est abstenue de mettre Haïti officiellement sous tutelle. Face à la situation indescriptible dans laquelle elle se trouve depuis la catastrophe du12 janvier, cette Communauté a décidé d’apporter une aide massive à sa reconstruction. Elle veut le faire sous la forme d’une “konbite” dans laquelle 2 Commissions, une nationale et l’autre internationale, auront la gestion des fonds des donateurs.

Pour montrer un respect de la souveraineté nationale, la Commission intérimaire reconnait un droit de veto au chef de l’Etat haïtien. Cependant, il importe que nous, Haitiens, soyons conscients que c’est une tutelle amicale, mais tutelle quand même, donc perte d’une partie de notre souveraineté. Nous ne pouvons rien imposer, rien exiger. Nos efforts doivent tendre à tirer le maximum de bénéfices de cette situation car, comme l’écrit Yanick Lahens : « Tous les symboles déjà faibles de l’Etat se sont effondrés, la population est aux abois et la ville dévastée. De cette Tabula rasa devra naître un Etat enfin réconcilié (même partiellement) avec sa population ». Travaillons à faire naître cet Etat par voies légales.

Les manifestations désordonnées qui peuvent déboucher sur la violence et l’anarchie risquent de faire arrêter les aides au développement (ce qui serait dramatique pour le pays). Elles risquent aussi de nous faire avancer sur la voie pénible d’une mise sous tutelle déclarée. Il vaut donc mieux être constructifs et faire tout ce qui est en notre pouvoir pour bénéficier de cette aide et gravir le plus vite possible la pente qui mène au sommet de la libération. Trêve donc de manifestations dangereuses pour l’avenir du pays ! Place aux débats constructifs.

JEUNES ET MOINS JEUNES ! POLITICIENS ET MEDIAS ! UNISSONS-NOUS POUR FAIRE MASSIVEMENT PRESSION SUR LES GESTIONNAIRES DES FONDS MIS A LA DISPOSITION DU PAYS POUR QU’ILS ENTAMENT EN URGENCE LES TRAVAUX DE RECONSTRUCTION, DONC LA DECENTRALISATION OU LA REGIONALISATION PREVUES DANS LES PLANS. C’est le moyen unique dont nous disposons pour créer du travail, dynamiser le monde rural, apporter un mieux-être à la majorité nationale qui se trouve dans des conditions de vie révoltantes.

De nombreuses mains sont tendues pour offrir un logement aux sans abri et des écoles décentes à nos enfants. Saisissons vite ces mains, car l’Etat haïtien est incapable de remplir les missions prévues dans notre utopique Constitution. Nos demandes d’investissement à cet Etat sont absolument inutiles, vu que le budget national est déjà à plus de 60% financé par la Communauté internationale ; de même que nos élections. La réalité toute nue est que nous ne sommes pas économiquement indépendants et qu’il faut travailler à le devenir.

LE PRÉSIDENT PRÉVAL

Il n’a pas bien rempli la mission que le peuple haïtien lui avait confiée : il n’a pas mené la bataille de production de richesses qui s’imposait et est en grande partie responsable de la situation dans laquelle nous nous trouvons sur le plan politique. Des manifestations auraient été justifiées avant le 12 janvier. Mais, depuis le 12 janvier, le pays est tombé si bas que le président Préval n’a pas d’autre choix que de jouer le jeu de cette grande “konbite” de sauvetage qui lui est proposée ; de jouer le jeu pour nous éviter la honte de tomber sous tutelle formelle ; de jouer le jeu pour que le pays bénéficie de l’aide massive qui lui est offerte.

Comme forcer le président Préval à se retirer ne changerait rien aux impératifs de l’heure, mais compliquerait plutôt la situation, il est indiqué d’arrêter les manifestations de rues qui concourt à ce but pour concentrer toutes nos forces dans la construction.

D’autres pays se sont trouvés dans cette situation de perte temporaire de souveraineté. Ils en ont profité pour entrer dans la voie du développement et regagner leur souveraineté totale dans la dignité.

C’est le choix que nous, Haïtiens, nous devons faire : liguer nos efforts pour construire et non détruire, donc DIALOGUER pour en arriver à des élections crédibles et que Haïti soit rapidement classée aux Nations unies comme un pays stable en voie de développement.

Odette Roy Fombrun

Promotrice du Konbitisme unificateur

et du Touris Lakay








Accueil | Plan du site | info visites 316025

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site FOIRE D’OPINIONS  Suivre la vie du site Textes d’Opinion   Politique de publication

Haitimonde Network