CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Malya Villard Appolon : Femme victime engagée pour les victimes

vendredi 12 octobre 2012 par Administrator

Spot light ! Malya Villard Appolon est au devant de la scène mondiale. Avec sa sélection parmi le « Top Ten CNN Heroes 2012 », pour ses efforts dans l’accompagnement des femmes victimes de violence, c’est plus de vingt ans de bataille qui sont récompensés. Victime de violence sexuelle à deux reprises, elle est révoltée et jure de ne plus voir une femme souffrir d’atrocité infligée par des bourreaux quel que soit leur statut. Au sein de la Komisyon Fanm Viktim pou Viktim, (KOFAVIV), qu’elle dirige avec sa collègue Marie Eramithe Delva, elle aussi victime de violence sexuelle, elle se livre corps et âme dans la défense des femmes victimes.


A l’entendre parler, on dirait qu’elle est née pour se battre. Les personnes avec qui elle travaille ne se bornent pas à la présenter comme une combattante dans l’âme. Et elle assume : « Je crois que je suis née pour me battre ». Un simple survol sur sa jeunesse confirme ses propos. Le destin a bien voulu qu’elle souffre, dans son âme et dans sa chair pour faire d’elle une dure à cuire. Depuis l’âge de 16 ans, elle affronte la vie avec tous ses dangers, ses déboires et toute son incertitude.

Si certains philosophes parlent du saut vers l’inconnu, Malya Villard, l’a tout simplement expérimenté. Fougue de jeunesse ou envie de vivre ? Elle a du mal à expliquer tout ça. Mais la réalité est qu’elle s’est trouvée à 16 ans toute seule, sans repère dans une Capitale, Port-au-Prince, impitoyable, bruyante, loin du calme de Jérémie, sa ville natale.

« On me maltraitait dans ma famille, parce que tout simplement je n’avais pas de père, comme mes autres frères et sœurs. Les enfants de ma mère allaient à l’école, moi non, raconte la militante, fière d’avoir pu s’en sortir toute seule et d’être la patronne de tous les autres aujourd’hui. « Un jour ma grand-mère m’a suggéré de quitter la maison pour me rendre à Port-au-Prince. Elle m’a dit ce jour-là, que je saurai quoi faire y étant. Je n’y connaissais personne à cette époque. Mais j’étais confiante et soulagée de fuir pour aller loin de la galère. Ma grand-mère m’a confié à un monsieur qui s’appelait Victor qui devait me déposer au wharf de Jérémie à Port-au-Prince », poursuit la dame Appolon.

Comme la feuille qui se laisse emporter par le vent, elle se laisse transporter vers Port-au-Prince sans savoir ce qu’il adviendrait d’elle. Heureusement, la magie a repéré une femme qu’elle a trouvée évasive et l’a approchée. Touchée par son histoire, elle a décidé d’héberger la petite Malya pendant deux semaines avant que cette dernière croise un cousin avec qui elle n’avait plus de contact pendant longtemps.

Petite, elle a fui, aujourd’hui elle affronte. Les expériences de la vie ont fait d’elle une femme solide, déterminée à soulager la souffrance des autres femmes.

L’épanouissement de la femme haïtienne est le but qu’elle poursuit depuis 1986, année de son début de militance. Mais il fallait attendre 1992, sous le régime putchiste pour prendre la résolution de faire de la lutte contre la violence faite aux femmes, son véritable crédo. C’est à cette époque qu’elle a été violée pour la première fois, son mari bastonné et mort quelque temps après. Depuis lors, elle mène ce combat, avant d’être encore une fois victime d’agression sexuelle en 2003. Ces deux événements ont changé sa vie. Et elle a pris la résolution de ne plus faire les frais des désirs égoïstes de certains hommes.

En 2004 elle crée la KOFAVIV, (komisyon fanm viktim pou viktim) avec Marie Eramithe Delva, elle aussi victime de viol. Leurs histoires se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Toutes deux avaient été violées et agressées violemment et avaient vu leurs maris battus à mort à cause de leur militantisme. Motivées non seulement par leurs propres expériences, mais aussi par l’augmentation alarmante du nombre de viols dans le pays, les femmes ont décidé de mettre en place une organisation pour répondre aux besoins médicaux et psychologiques des victimes de viol.

Avec Malya Villard Appolon, la KOFAVIV mène une lutte incessante, depuis sa création, pour réduire la violence basée sur le genre en Haïti. Elle utilise une méthodologie de travail qui consiste en l’établissement d’un « Réseau systématique d’Agentes » ou activistes de droits humains à base communautaire, qui identifie et oriente les victimes au bénéfice des soins médicaux, psychosociaux et légaux. Ces agentes vivent directement dans les camps et les communautés et réalisent des activités de sensibilisation et de mobilisation de façon permanente. Ce qui leur a valu la collecte de beaucoup d’allégations de viols et d’autres formes d’exploitations sur les femmes et fillettes.

Avec toute son équipe, Malya Villard Appolon offre, au sein de la KOFAVIV, une assistance médicale, psychologique et légale aux victimes. Elle héberge temporairement certaines victimes d’abus sexuels, jugées en danger une fois les démarches légales enclenchées. Elle dispose aussi d’un programme de réhabilitation et de réinsertion sociale pour les enfants en prostitution ou en domesticité/RESTAVEK. Ce programme comprend une école primaire la « Modestie » à Martissant et un centre où les enfants et les femmes font de l’artisanat. Tout ceci à coté d’un programme de relance économique mis sur pied pour les femmes victimes.

Tout ce travail d’accompagnement est pour Malya Villard Appolon une goutte d’eau dans un océan. Elle reconnait que certains progrès sont effectués dans la lutte contre la violence faite aux femmes en Haïti, mais pense que si elle avait beaucoup plus de moyens financiers, elle aurait pu accompagner plus de femmes que les 4452 comptabilisées. Aujourd’hui elle rêve de voir la KOFAVIVI doter de sa propre structure hospitalière. Elle fait des plaidoyers pour cela. Peut-être que si elle décroche le prix : héroïne de l’année 2012 de CNN, cela lui faciliterait la tâche.

Patrick Réma

Leredacteur509@gmail.com








Accueil | Plan du site | info visites 275013

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site CONDITION FEMININE  Suivre la vie du site Echo des Femmes   Politique de publication

Haitimonde Network