CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Les raisons du séisme en Haïti : 1/3 La plaque lithosphérique des Caraïbes - Par :

samedi 23 janvier 2010 par William Toussaint

Les raisons du séisme en Haïti : 1/3 La plaque lithosphérique des Caraïbes

L’Île d’Hispaniola : Haïti et la république Dominicaine

L’île d’Hispaniola, bordée au Nord et à l’est par une fosse de convergence de 8,000 mètres de profondeur, se situe sur l’arc insulaire de Haïti, - aux volcans majoritairement en sommeil depuis environ 1,5 Millions d’années -, à la frontière des plaques lithosphériques transformantes Nord-américaine subductant, à la vitesse de 1,1 centimètres par an, aux Petites Antilles, - Martinique, Guadeloupe..., Îles du Vent et Îles sous le vent -, et décrochant au niveau des Grandes Antilles, - Cuba, Hispaniola, Jamaïque et Porto Rico -, et des Caraïbes. Ces plaques se déplacent ensemble vers l’Ouest-Nord-Ouest, la plaque Nord-américaine de 2,5 centimètres/an et la plaque des Caraïbes de seulement 0,5 centimètres/an. De ce fait, avec une amplitude décrochante de 2 centimètres/an, l’île d’Haïti-Saint Domingue se trouve dans une région dite « transformante » sénestre(2).

Mouvements absolus des plaques tectoniques dans la région d’Hispaniola. En noir, déplacement vers l’Ouest-Nord-Ouest des plaques Nord-américaine et des Caraïbes. En rouge, encadrant les îles de la Jamaïque, d’Hispaniola et de Porto Rico, la région « transformante » senestre. En gris, la zone de subduction. En rose, les failles, au Nord, de la Tortue, et, au Sud, d’Enriquillo.

En outre les déplacements des deux plaques lithosphériques entraînent des déplacements coulissants sur les failles qui zèbrent l’Île d’Hispaniola et, inexorablement, créent des mouvements sismiques. Deux failles actives sont nettement identifiées sur l’île d’Haïti/Saint Domingue, l’une, de subduction, de direction Est-Ouest, dite du Canal de la Tortue, de fort dynamisme, responsable de la majorité des secousses sismiques se produisant dans la partie îlienne septentrionale, au large de la côte Nord du territoire haïtien(3), la longeant et pénétrant, se prolongeant, au milieu des terres, dans la vallée du Cibao, en République Dominicaine ; la seconde, de décrochement, dite faille d’Hispaniola ou d’Enriquillo, à l’intérieur des terres, à travers la presqu’île méridionale haïtienne, au jeu sénestre de direction Est-Nord-Est, d’une longueur approximative de 280 kilomètres, courant depuis Tiburon jusqu’à Pétionville, dans la banlieue de Port au Prince, et se prolongeant, en République Dominicaine, par Jimani, dans la Vallée d’Enriquillo.

Les failles d’Enriquillo, - ou faille d’Hispaniola -, et de la Tortue. D’après la carte topographique de Haïti dressée par Rémi Kaupp.

La faille d’Enriquillo, au plan sismique, est très active. Elle a contribué à la surrection des deux chaînes montagneuses qui parcourent toute la presqu’île sud, le massif de la Hotte, atteignant 2.347 mètres au Pic de Macaya, et celui de la Selle culminant, au Morne, - ou Pic de la Selle -, à 2.680 mètres, et de l’escarpement sur lequel est bâtie une grande partie de la ville de la capitale haïtienne, Port au Prince, et toute sa banlieue Sud. Cette faille est la cause principale de la majorité des séismes enregistrés dans le sud îlien de l’île d’Hispaniola, tant sur le territoire de Haïti, - Presqu’île Sud de Haïti et région métropolitaine de Port au Prince -, que sur celui de Saint Domingue, - région du lac d’Enriquillo et celle, métropolitaine, de San Domingo -. En outre, Port-au-Prince et ses environs, - Turgeau, Bourdon, Delmas, Fragneau, Musseau, Pétionville... -, sont vulnérables aux séismes par le fait que ces villes sont traversées par un réseau de failles secondaires parallèles ou perpendiculaires à la faille principale active d’Enriquillo.

Ces deux failles principales, - la plaque tectonique des Caraïbes se trouvant compressé entre 5 masses lithosphériques, les plaques Nord et Sud-américaine, des Andes du Nord, de Panama et Cocos -, ont la particularité de résister aux contraintes colossales imposées par les mouvements des plaques Nord-américaine et des Caraïbes. Aussi leurs segments accumulent, durant plusieurs dizaines ou centaines d’années, l’énergie produite par l’intensité des frictions exercées et se relâchent brutalement lors des tremblements de terre toujours suivis de centaines ou de milliers de répliques, sur une très courte durée, de plus ou moins forte magnitude. Lors, quand se produit un séisme, il est toujours de magnitude égale ou supérieure à 7/7,5 sur l’échelle ouverte de Richter et d’intensité IX à XI sur l’échelle MSK(4), et, si l’épicentre de celui-ci se situe en milieu marin, il provoque un tsunami. Les secousses telluriques cessant, une période d’accalmie débute et les compartiments des failles engorgent une nouvelle concentration d’énergie qui ne se libérera qu’avec une nouvelle brusque période d’activité entraînant une rupture sismique et le relâchement des contraintes tectoniques.

Les séismes catastrophiques sur l’île d’Hispaniola.

Depuis l’an de sa découverte, en 1492, par Christophe Colomb, un grand nombre de séismes catastrophiques ont gravement affecté l’île d’Hispaniola :

Le 2 décembre 1562 : Les villes de Santiago et de La Vega sont détruites et la ville de Puerto Plata subit des dégâts majeurs : Magnitude estimée de 7 à 7,5 sur l’échelle de Richter avec une intensité estimée à IX sur l’échelle MSK.

Le 8 septembre 1615 : Toute l’île est touchée et subit des dégâts majeurs. La ville de San Domingo est ravagée. Les répliques, terribles, durent quarante jours : Magnitude estimée de 8 à 8,5 sur l’échelle de Richter avec une intensité estimée à XI sur l’échelle MSK.

Le 9 mai 1673 : entre 6 et 7 heures du matin, la ville de San Domingo, le couvent Santa Clara et la majeure partie des maisons sont détruites : Magnitude estimée de 7,5 à 8 sur l’échelle de Richter avec une intensité estimée à X sur l’échelle MSK.

En 1684 : Bien peu d’informations récoltées sur ce séisme si ce n’est qu’il fut de forte magnitude sur l’échelle de Richter, estimée à 8/8,5, et d’intensité estimée à XI sur l’échelle MSK.

En 1691 : Idem pour ce séisme, les seuls documents existants ne faisant état que d’une très forte intensité, estimée à IX sur l’échelle MSK.
Le 18 octobre 1751 : à 15 et 17 H : Les villes d’Azua et de Port au Prince sont détruites. Tout l’Ouest et le Sud de l’île d’Hispaniola est touché, de plus, par un tsunami : Magnitude de 8 à 8,5 sur l’échelle de Richter avec une intensité X sur l’échelle MSK.

Le 21 novembre 1761 : L’épicentre se serait situé entre Jimani et San Juan, en République Dominicaine, et des documents précisent que les arbres et les pieds de maïs avaient été déracinés, que la terre s’était ouverte et que de nombreux animaux avaient disparu dans les entrailles de la terre ... Intensité IX sur l’échelle MSK.

En 1771 : La villes de Port au Prince est aux trois quarts détruite. Tout le Sud de l’île d’Hispaniola est touché : Magnitude estimée à 8 à 8,5 sur l’échelle de Richter avec une intensité estimée à X sur l’échelle MSK.
Du 7 mai au 10 Mai 1842 : Épicentre se situant entre San Juan et San Domingo. Une véritable catastrophe ruine la quasi totalité de l’île d’Hispaniola. 50.000 à 60.000 morts en Haïti et au moins autant en République Dominicaine. La ville de Santiago est détruite et celle du Cap Haïtien, 5.000 morts sur les 10.000 habitants, de même. De nombreux immeubles s’effondrent à San Domingo. Le palais de Sans Souci et la Citadelle Laferrière ont été endommagés à Milot... Un tsunami ravage les côtes du nord et des vagues de plus de 5 mètres de haut ont été enregistrées à Port de Paix et à Port au Prince. Des documents précisent : « la terre s’ouvre et se ferme avalant un grand nombre de personnes. » : Magnitude 8 sur l’échelle de Richter avec une intensité estimée à IX sur l’échelle MSK.

En 1887 : dans le nord d’Haïti avec des dégâts majeurs à Port de Paix et Cap Haïtien : Magnitude 7,5 sur l’échelle de Richter avec une intensité estimée à IX sur l’échelle MSK

Le 29 décembre 1897 : à 6 h 32 du matin. La ville de Santiago, République Dominicaine, est partiellement détruite : Magnitude de 7 à 7,5 sur l’échelle de Richter avec une intensité IX sur l’échelle MSK.
En 1904 : Dans le nord du pays avec dégâts majeurs à Port de Paix et Cap Haïtien : Magnitude 8 sur l’échelle de Richter avec une intensité estimée à X sur l’échelle MSK.

Le 6 octobre 1911 : La ville de San Juan est très endommagée : Magnitude de 7 à 7,5 sur l’échelle de Richter avec une intensité IX sur l’échelle MSK.

Le 4 août 1946, à 13 heures : Séisme enregistré à Cuba, à Puerto Rico... Ressenti dans toutes les Îles des Grandes et des Petites Antilles, sur les Côtes Sud des États Unis, les côtes Nord de l’Amérique du Sud, et dans toute l’Amérique centrale, - Mexique, Guatemala, Nicaragua Honduras, Panama... -, Nombreux dégâts sur les bâtiments et un tsunami détruit la ville de Matanzas et provoque de gros dégâts à Nagua : Magnitude de 8,1 sur l’échelle de Richter avec une intensité IX sur l’échelle MSK.

A suivre : Les raisons du séisme en Haïti : 3/3 l’île d’Hispaniola et le volcanisme.

Raymond Matabosch

Notes :

(2) Région « transformante » : A la limite de plaque transformantes, les plaques glissent l’une contre l’autre. La faille de San Andréas, en Californie, est un exemple de limite de plaque transformante, où la plaque Pacifique glisse le long de la plaque Nord Américaine.
Senestre, ou sénestre, est un terme en vieux français, du latin « sinister », signifiant gauche, par opposition à dextre.

(3) Faille Nord dite aussi faille du Canal de la Tortue : Cette faille active passe entre l’Île d’Hispaniola et l’île de la Tortue. Bien qu’à sa proximité immédiate de l’île d’Hispaniola, l’île de La Tortue fait partie d’un bloc tectonique distinct, du reste d’Hispaniola.

(4) L’échelle de Richter ou échelle ouverte de Richter : L’ échelle de Richter permet de mesure l’énergie libérée lors d’un séisme. Plus la magnitude est élevée, plus le séisme a libéré d’énergie. Il s’agit d’une échelle logarithmique, c’est-à-dire qu’un accroissement de magnitude de 1 correspond à une multiplication par 30 de l’énergie et par 10 de l’amplitude du mouvement.

L’échelle de Medvedev-Sponheuer-Karnik, aussi appelée échelle MSK, est une échelle de mesure de l’intensité d’un tremblement de terre. Elle décrit les effets d’un tremblement de terre en termes de destructions des installations humaines et de modifications de l’aspect du terrain, mais également en termes d’effets psychologiques sur la population, - sentiment de peur, de panique, panique généralisée -. Cette évaluation qualitative très utile ne représente en aucun cas une mesure d’un quelconque paramètre physique des vibrations du sol








Accueil | Plan du site | info visites 316579

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site FOIRE D’OPINIONS  Suivre la vie du site Textes d’Opinion   Politique de publication

Haitimonde Network