CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com
Grève des enseignants / Manifestation d’écoliers

Les lycéens à nouveau dans les rues

jeudi 23 janvier 2014 par Administrator

Pour la deuxième journée consécutive, des centaines de lycéens ont gagné les rues de Port-au-Prince pour exprimer leur solidarité aux syndicats d’enseignants qui entament une grève illimitée depuis lundi. Les protestataires, qui ont lancé des propos hostiles à l’encontre des autorités, menacent de perturber le fonctionnement des écoles non publiques Comme annoncé, le dialogue est entamé ce mercredi entre la commission ad hoc mise sur pied et les représentants des syndicats d’enseignants

« Vive l’éducation, à bas le carnaval », « Education à l’oral », ce ne sont pas des slogans qui manquaient. Ils étaient des centaines de lycéens à fouler à nouveau le macadam pour exiger la reprise des cours dans les écoles publiques. Ceci passe par la satisfaction des revendications des enseignants ou une probable entente entre les protagonistes qui ont entamé un dialogue mercredi.

Accompagnés d’agents de la Police nationale, les élèves des lycées Daniel Fignolé, Jean Jacques, Anténor Firmin, Alexandre Pétion, Toussaint Louverture, Fritz Pierre-Louis, Marie-Jeanne et du Cent cinquantenaire se sont rassemblés à l’avenue Christophe. Ils ont tenté de perturber un collège qui fonctionnait avant de se rendre devant les locaux du ministère de l’Education nationale, là où un imposant dispositif de sécurité était mis en place ; les protestataires ont lancé des propos hostiles à l’encontre du ministre Vanneur Pierre avant d’emprunter la rue Capois pour se rendre devant le palais national au Champ de Mars.

« L’éducation n’est pas vraiment la priorité du gouvernement malgré de nombreuses promesses ou des slogans pour le faire croire, sinon nous ne nous retrouverions pas dans les rues aujourd’hui, a avancé un élève de rhéto du lycée Alexandre Pétion. Les revendications des enseignants doivent être satisfaites. Nous n’accepterons pas de passer l’année académique sans assister à des cours. »

« Hier, on nous a dit qu’il va y avoir une réunion avec tous les syndicats d’enseignants pour résoudre le problème, a enchaîné un élève de philo du lycée Daniel Fignolé. Mais nous avons parlé ce matin à des professeurs, membres de syndicats, qui nous ont affirmé qu’ils n’ont reçu aucune invitation de la part du ministère. Etant donné que la grève va persister jusqu’à ce que l’Etat prenne en compte leurs revendications, nous sommes obligés de gagner les rues pour faire entendre nos voix. »

Les élèves en ont marre. Visiblement, ils ne digèrent pas le traitement accordé aux enseignants. Surtout à l’approche du carnaval national qui se déroulera les 2, 3 et 4 mars 2014 aux Gonaïves. « Alors que l’on ne peut pas payer les enseignants, on organise deux carnavals par année, a tempêté une élève du lycée Marie-Jeanne, assise dans les parages du palais national. Les fonds pour le carnaval de cette année sont déjà disponibles, alors vous comprenez ! »

Avant la fin de leur mouvement, sous le regard impuissant des agents du Corps d’intervention pour le maintien de l’ordre (CIMO), les protestataires ont contraint tout automobiliste voulant passer devant le palais national à faire demi-tour. Un chauffeur de taxi-moto a essuyé quelques calottes pour avoir refusé d’obéir aux ordres des écoliers.

En fin de soirée du mercredi, la commission ad hoc créée en la circonstance a rencontré des représentants du secteur des syndicats d’enseignants autour de leurs revendications. « La rencontre était très cordiale et des progrès ont été réalisés sur certains points », a confié une source du ministère de l’Education nationale qui ne pouvait pas dire plus.

Le dialogue entamé entre les protagonistes porte, entre autres sur « la proposition du Statut particulier des personnels éducatifs incluant le plan de carrière, les avantages sociaux et la grille salariale révisée pour le personnel éducatif ».

« Le succès est au bout du chemin. Il faut aller jusqu’au bout pour le trouver. » Ce message inscrit sur une banderole des écoliers laisse entendre que ces derniers gagneront encore les rues si rien n’est fait.
Valéry Daudier
vdaudier@lenouvelliste.com

Voir en ligne : Le Nouvelliste







Accueil | Plan du site | info visites 331389

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site NOUVELLES D’HAITI  Suivre la vie du site Revue de la Presse en Haiti   Politique de publication

Haitimonde Network