CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Les cent premiers jours : un nouvel engagement américain pour le XXIe siècle - Par : James Jones

mercredi 29 avril 2009 par William Toussaint

Les cent premiers jours : un nouvel engagement américain pour le XXIe siècle

James Jones

Conseiller en matière de sécurité nationale

Il y a cent jours, les États-Unis ont célébré l’entrée en fonction de notre quarante-quatrième président. Une grande partie du monde s’est jointe à nous pour célébrer ce qui a été un événement historique pour le peuple américain et pour tous ceux qui croient en la possibilité de l’espoir en un avenir meilleur pour eux-mêmes et pour leurs enfants.

L’exaltation et l’optimisme que nous, en tant qu’Américains, avons ressentis le 20 janvier n’a fait que croître depuis, même face à une crise économique mondiale dégrisante, à la nouvelle d’un virus grippal et à de redoutables défis du XXIe siècle comme le terrorisme et la prolifération nucléaire ; le changement climatique et la pauvreté ; la perpétuation de conflits et de maladies dangereuses.

Ces défis n’ont pas été causés par une seule nation, de même qu’ils ne peuvent être relevés par une seule nation. Ainsi que l’a déclaré le président Obama dès son deuxième jour en fonction, « pour le salut de notre sécurité nationale et les aspirations communes des peuples du monde entier, une ère de nouvelle direction américaine dans le monde doit débuter maintenant ».

Durant les cent premiers jours de son gouvernement, le président Obama a déjà démontré au monde ce à quoi ressemblera un nouvel engagement américain.

Premièrement, il s’est engagé, lui et son gouvernement, en faveur d’une politique étrangère qui garantira la sécurité du peuple américain et celle de nos amis et alliés. L’engagement global sur la base des intérêts mutuels et du respect mutuel est le point de départ de notre politique étrangère. Et bien qu’il y ait des circonstances où une telle approche pourrait ne pas être couronnée de succès, les États-Unis seront d’abord prêts à écouter des adversaires potentiels et à leur parler pour favoriser nos intérêts nationaux et ceux de la communauté internationale qui dépend des États-Unis pour une prééminence dans les questions de sécurité. Dans les occasions où une utilisation plus démontrable de puissance sera inévitable, aucun adversaire ne doit avoir une illusion quelconque quant à l’issue. C’est pourquoi nous continuerons à maintenir nos Forces armées comme les meilleures du monde, ainsi que les plus admirées et respectées.

Afin d’exécuter nos stratégies d’engagement, et presque immédiatement après son entrée en fonction, le président a désigné certains des diplomates les plus talentueux de l’Amérique pour servir comme Envoyés et Représentants spéciaux - pour le Moyen-Orient, pour l’Asie du Sud-ouest, pour le Soudan, pour l’Afghanistan et le Pakistan, et pour le changement climatique. Ce fait à lui seul illustre que le XXIe siècle sera une période où les stratégies régionales seront au premier plan de notre énergie et de notre focalisation sur les questions relatives à la sécurité nationale et internationale. Ceci représente une reconnaissance claire du fait que nous devons traiter avec le monde tel qu’il est aujourd’hui et non pas tel qu’il était au XXe siècle. Depuis trois mois, la communauté de sécurité nationale, y inclus nos diplomates servant à l’étranger, s’engage dans une diplomatie active et efficace pour relever les nombreux défis auxquels nous devons faire face. À ce jour les résultats ont été encourageants, mais il reste beaucoup à faire.

Le président Obama a également signifié clairement sa résolution de poursuivre un dialogue profond et positif avec les communautés musulmanes de par le monde. C’est la raison pour laquelle il a accordé sa première interview télévisée en tant que président à Al Arabiya. C’est également pour cela qu’il a déclaré au peuple et aux dirigeants iraniens qu’il recherche un nouveau dialogue sur l’éventail total des questions auxquelles nous devons faire face, et c’est aussi pour cela qu’il a parlé de nouveaux partenariats en matière d’éducation, de soins de santé et de débouchés dans son discours devant le parlement turc. Enfin, c’est pour cela qu’il a affirmé clairement que les États-Unis ne sont pas actuellement et ne seront jamais en guerre contre l’Islam.

Deuxièmement, nous avons déclaré clairement notre intention de perturber, de démanteler et de vaincre Al-Qaïda. En mars, le président a annoncé les résultats d’un réexamen stratégique complet relatif au Pakistan et à l’Afghanistan qui nous assurera enfin les ressources dont nous avons besoin pour atteindre nos objectifs tout en aidant les peuples afghan et pakistanais à parvenir à la sécurité et à de meilleures possibilités de progrès. À Strasbourg, lors du 60e anniversaire de la création de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord, le président a reçu un large appui international en faveur de sa stratégie et un engagement de la part de nos alliés au sein de l’OTAN à créer un nouveau concept stratégique pour que l’Alliance puisse accroître sa pertinence pour ce qui est de relever les défis du XXIe siècle. Et à Bagdad, le président a réaffirmé sa détermination à réduire nos effectifs de façon responsable conformément à l’Accord sur le statut des forces conclu avec le gouvernement irakien, tout en aidant les Irakiens à assumer la responsabilité de leur avenir en tant qu’État souverain.

Troisièmement, le président Obama a travaillé à élaborer des approches communes face à une vaste gamme de défis mondiaux. À Londres, il a contribué à bâtir un solide consensus sur des mesures concrètes destinées à régler la crise financière mondiale, notamment un nouveau cadre réglementaire mondial, une aide accrue aux pays en développement et un nouvel engagement en faveur d’un commerce libre et équitable. À Prague, il a lancé un ordre du jour ambitieux visant à sécuriser toutes les matières nucléaires « errantes » du globe en quatre ans, à inverser l’accroissement de la prolifération nucléaire et à avancer vers un monde exempt d’armes nucléaires.

Plus près de chez nous, le président Obama a reconnu la part de responsabilité qui nous incombe de lutter efficacement contre la demande de stupéfiants et contre le trafic illicite d’armes et il a lancé un nouveau plan visant à mettre fin à la violence liée à la drogue le long de la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Le président a annoncé la levée de restrictions qui frappaient les Cubano-Américains au sujet de l’envoi d’argent et des déplacements à Cuba et il a marqué un nouveau départ avec nos voisins du continent américain, offrant une coopération sur une vaste gamme de dossiers au Sommet des Amériques.

Le président a également œuvré efficacement avec les organisations multilatérales. Ces dernières semaines, les États-Unis ont rallié nos alliés et la communauté mondiale en réaction au lancement du lancement du missile nord-coréen, et ils augmentent l’effort international visant à combattre la piraterie au large de la côte somalienne. Enfin, les États-Unis ont signalé leur intention de prendre la direction d’autres importantes initiatives de grande importance pour notre planète en favorisant des partenariats en matière d’énergie propre et de changement climatique, à commencer par la première séance préparatoire du Forum des grandes économies sur l’énergie et le climat.

Et enfin, le président Obama a rejeté comme faux tout choix entre la sécurité de l’Amérique et ses idéaux. Dès son premier jour en fonction, il a ordonné la fermeture en un an du Centre de détention de la baie de Guantanamo, interdit les techniques améliorées de détention et signifié clairement sans exception ni équivoque que les États-Unis appuyaient pleinement la Convention de Genève et ne pratiquaient ni ne cautionnaient la torture. Ici encore, on s’attend à ce que nous dirigions par la force de notre exemple.

Si beaucoup a été dit et fait en ces cent premiers jours, ceux d’entre nous qui ont le privilège de servir notre Nation en cette période remarquablement complexe et lourde de défis comprennent pleinement qu’ils ne sont qu’au début du périple. Nous pensons que nous faisons des progrès en vue de relever certains des grands défis auxquels nous devons faire face afin, en tout premier lieu, de restaurer la position de l’Amérique comme un ami et partenaire de tous ceux qui cherchent un avenir de paix, de prospérité et de dignité pour leurs citoyens.

NNNN

(Fin de texte)

Micette Dubique

Information Assistant

US Embassy

Port-au-Prince, Haiti

Tel : (509) 2229-8351

Cell : (509) 3463-3668








Accueil | Plan du site | info visites 316579

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site LA DIASPORA & LES ECHANGES CULTURELLES  Suivre la vie du site Etats-Unis   Politique de publication

Haitimonde Network