CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Le bondye haïtien : un objet de fatalité !

mardi 1er novembre 2011 par Wadner Isidor

A bien penser, le mal haïtien est intimement lié à ce « bondye » qui a été imposé par les colonisateurs. Ceci fait que le peuple considère la misère comme une fatalité. Se libérer de cette mentalité qui fait croire que tout dépend d’un bondye qui décide de notre sort, est de toute évidence l’option ou le chemin que doit emprunter le peuple haïtien pour sortir de son enveloppement qui est bien plus mental.

Depuis deux siècles les ancêtres haïtiens ont brisé leur chaine, exploit qui a conduit à l’abolition de la servitude dans le monde, mais après maintes génération, le peuple haïtien ne se libère pas encore de la chaine mentale, soit la crainte des colons exploiteurs, un mythe qu’a généré le clergé qui s’est érigé jusqu’ici en régime d’assistance du néocolonialisme au détriment du bien être de cette première République noire du monde qu’on considère comme étant la honte du continent américain. Il est libre de penser que le mal d’Haïti est intimement lié à ce « bondye » imposé par les colons qui l’ampute le sentiment d’être libre et égal aux blancs et qui fait que le peuple voit en la misère une fatalité en se résignant continuellement de leur mauvais sort. Le bondye de la providence, étant le dieu des malheureux est cet être qui est glorifié en Haïti et qui est prêché par les prêtres comme les pasteurs dans les églises haïtiennes qui sont les véritables organes qui encouragent la résignation et pérennisent la misère dans le pays, au pire avec un État pris sous l’emprise d’une logique « bonbye bon ! », tandis que les autres pays de la Caraïbes progressent et se développent en suivant des normes internationales.

Peut-on croire encore à un bondye qui peut tout, même ce qui nous revient à faire ? Si c’était le cas, quelles seraient les responsabilités des hommes sur la terre ? Ou, sommes-nous les plus francs croyants dans le monde pendant qu’on plonge de plus en plus dans un état d’ébriété ? Nous ne sommes pas sans savoir que le peuple haïtien fait pitié aux yeux de tout le monde, et, depuis il fait l’objet de demande de la charité comme le pauvre indigent n’ayant aucun espoir. Ce message de résignation apporté par les missionnaires européens et nord-américains il y a environ un siècle, mais qu’ils prêchent autrement aujourd’hui de manière à encourager le progrès en s’appropriant la modernité et le développement dans leur pays est sans contexte la raison du sous-développement qui règne en Haïti. Le peuple haïtien ne devrait-il pas lui aussi mettre de côté ce bondye d’enveloppement dont l’esprit le garde encore dans cette misère chronique ? D’autant plus que les haïtiens ne peuvent pas se considérer comme étant les plus francs croyants dans le monde, puisque le Dieu créateur qui est glorifié dans les pays industrialisés qui supportent les pays pauvres est loin d’être celui qui est adoré par la majorité du peuple pour qui le jeûne étant devenu une habitude quotidienne est un moyen de pénitence pour les chômeurs, les femmes célibataires et des malfaiteurs. Pourtant c’est dans la Bible que l’on trouve que l’homme doit se nourrir du fruit de son travail et l’apôtre a aussi dit : « La foi sans les actions est vaine ». Un peuple qui vit dans l’ignorance et l’égarement et qui ne peut pas prendre distance par rapport à ce qui lui a été imposé par ses colonisateurs pour lui maintenir sous le joug de l’esclavage mental, le plus pire système dans le monde d’aujourd’hui, est loin d’évoluer dans ce monde où la rationalité est devenue indispensable.

Se libérer de cette mentalité qui fait croire que tout dépend d’un bondye qui décide de notre sort, en ignorant la force de volonté et la capacité d’agir en maitre de son destin, est de toute évidence l’option ou le chemin que doit emprunter le peuple haïtien pour sortir de son enveloppement qui est bien plus mental. On ne peut pas croire aujourd’hui encore en ce Dieu de la providence qui lui-même a déjà réglé le sort des êtres humains sur la terre. Se déresponsabiliser pour tout remettre à un bondye qui peut tout est un manage des fainéants et des désespérés, et un peuple qui ne peut pas se prendre en charge est appelé à être subjugué. Se passer de cette fatalité est sans conteste une porte qui s’ouvre vers le progrès et le développement.

Wadner Isidor

Wadneri26@yahoo.fr








Accueil | Plan du site | info visites 329904

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site FOIRE D’OPINIONS  Suivre la vie du site Textes d’Opinion   Politique de publication

Haitimonde Network