CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Le MENFP lance les assises sur la qualité de l’éducation en Haïti

mercredi 9 avril 2014 par Administrator

Le ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle a participé mardi à la première journée des assises nationales sur la qualité de l’éducation en Haïti. Celles-ci on été lancées, lundi soir, par le président Michel Martelly et le nouveau ministre de l’Education, Nesmy Manigat.

Educateurs, enseignants, universitaires et professionnels du champ éducatif de tout acabit ont répondu présent à l’invitation du ministère de l’Education nationale. Ces derniers auront à échanger, du 8 au 11 avril, à l’hôtel Royal Oasis, sur la qualité de l’éducation en Haïti. C’est à la demande du président de la République que l’ancien ministre de l’Education nationale, M. Vanneur Pierre, avait pris l’initiative de réunir des acteurs tant nationaux qu’internationaux pour débattre de la qualité de l’Education. Le nouveau ministre de l’éducation, Nesmy Manigat, a emboîté le pas avec le même enthousiasme en lançant ces assises.

« La cérémonie de ce soir est une étape importante pour le système éducatif haïtien en particulier, et pour les acteurs de la communauté éducative en général, a déclaré le président de la République à l’ouverture de l’événement lundi soir. L’un des moyens pour Haïti de sortir du sous-développement, de vaincre la pauvreté, est de donner la possibilité à tous les enfants d’avoir une éducation solide. » Le chef de l’Etat est intervenu plus loin sur la nécessité pour l’Etat – à travers les mécanismes de régulation et de contrôle présents dans le paquet législatif – d’accompagner les institutions d’enseignement supérieur (IES) à assurer le virage vers la qualité par la mise en application des normes et des principes modernes de gouvernance du secteur de l’enseignement supérieur.

C’était la première grande sortie de M. Nesmy Manigat depuis son installation en tant que nouveau titulaire du MENFP. Il n’a pas manqué l’occasion pour affirmer sa volonté d’aider au progrès du système éducatif durant son passage à la tête de ce ministère. « Les problèmes qui seront abordés de manière systématique et ordonnée dans ces assises privilégient l’angle de la qualité en s’attaquant à ses principaux déterminants », a expliqué le ministre.

Saluant les différentes réalisations et les chantiers lancés par ses prédécesseurs durant les dernières années, Nesmy Manigat a soutenu qu’il lui appartient, en tant que nouveau ministre de l’Éducation, de poursuivre et d’approfondir l’œuvre initiée par ses prédécesseurs. Il a continué en soulignant que l’éducation est une tâche longue et ingrate qui se construit sur plusieurs générations. Il faut donc plusieurs générations de ministres, de gouvernements pour adopter la perspective de la longue durée en inscrivant leurs actions dans la continuité.

A la fin des discussions, les organisateurs entendent engager les acteurs de l’Etat, de la société civile, et des partenaires internationaux dans un pacte national sur la qualité de l’éducation. « Ce pacte consacrera les engagements de chaque partie à mobiliser et à prendre les décisions appropriées pour une éducation haïtienne accessible et de qualité », expliquent les organisateurs dans le document de présentation de l’activité. Les participants exploreront aussi l’idée d’un observatoire sur la qualité de l’éducation. En dernier lieu, ils projettent de sortir une feuille de route pour la modernisation de l’enseignement supérieur. Un enseignement supérieur qui, comme l’école classique, est loin de fournir une éducation de qualité.
Une situation que reconnaît le professeur Jacky Lumarque, coordonnateur scientifique des assises. « On a tendance à oublier l’université en Haïti. Mais comment construire une nation moderne sans système universitaire déjà moderne », se demande le vice-président de l’Agence universitaire de la francophonie. En effet, la loi régularisant la formation supérieure en Haïti date de décembre 1960. Depuis plus de 50 ans, l’Etat n’a pris aucune disposition pour régulariser ce secteur.

Professeur d’université, le ministre Manigat est bien imbu de la très petite place attribuée à l’université dans les discussions sur l’éducation en Haïti. « Ces assises sur la qualité invitent aussi aux débats sur le monde universitaire trop longtemps déconnecté de la société et du reste du système éducatif, a souligné M. Manigat. Dorénavant, plus aucune réforme de l’éducation ne pourra se passer de l’expertise, du savoir-faire et de la capacité de recherche et d’innovation des universitaires haïtiens. »

L’envoyée spéciale de l’UNESCO en Haïti, Mme Michaelle Jean, est intervenue à l’ouverture des assises sur le rôle que doit jouer l’éducation dans le développement du pays. « Il faut pour Haïti des armes de construction massive telles que l’alphabétisation, l’instruction, les compétences, les connaissances, les savoirs anciens et nouveaux, a indiqué l’ancienne gouverneure générale du Canada. Bref, il faut l’éducation. Une éducation de qualité pour toutes et pour tous, au service du bien commun, de la croissance et du développement. »
Louis-Joseph Olivier
ljolivier@lenouvelliste.com

Voir en ligne : Le Nouvelliste







Accueil | Plan du site | info visites 329619

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site NOUVELLES D’HAITI  Suivre la vie du site Revue de la Presse en Haiti   Politique de publication

Haitimonde Network