CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

La politique de la honte - Par : Jean Erich René

mercredi 17 décembre 2008 par Erich Jean René

La politique de la honte - Par : Jean Erich René

La presse électronique a exhibé la scène crapuleuse d’un compatriote
haïtien dont les deux mains seraient coupées en République dominicaine. Le
Gouvernement de René Préval par l’entremise de son Ministre des Affaires
Étrangères Allrich Nicolas s’est empressé de banaliser la question pour se
dérober à ses responsabilités. L’absence du sang est l’argument massue qui
infirme d’emblée le carnage. En effet, le drame n’a pas été saisi sur le
vif mais, selon toute vraisemblance, il a été certainement reconstitué en
différé sous l’œil d’une caméra dans le but d’alerter l’opinion publique.
Il est un fait certain qu’un Noir dont la nationalité n’a pas encore été
identifiée, a les deux mains coupées. Il ne s’agit pas d’un truquage.
Quelqu’un à 1a la peau noire, quelque part dans un pays de langue espagnole
a été victime d’un acte crapuleux. Selon une forte probabilité il s’agit
d’un Haïtien victime, comme à l’ordinaire, des exactions de nos voisins.
L’intonation de la voix ne peut pas être retenue comme critère d’exclusion
de St Domingue comme théâtre du crime. Dans un même pays le mode
d’expression varie d’un milieu social à l’autre. Nous pouvons citer la
variation de l’accent du créole en Haïti.

Il n’y a pas de fumée sans feu ! Il est un fait certain que Haïti traverse
une crise plurielle à cause de la faiblesse de l’administration étatique.
La dernière élection présidentielle dont l’objectif était de pacifier la
nation en vue de mettre sur pied certains programmes de développement
économique, a empiré la situation. Le vainqueur proclamé, loin de remettre
le pays sur ses rails, l’a plutôt livré à un groupe d’hommes cupides qui ne
font que rafler les maigres sous de nos droits de douane. La route
nationale Jérémie –Port-au-Prince financée à la hauteur de 100 millions de
dollars par la Banque Mondiale est bloquée. La raison vient du fait que le
Club de Bourdon s’est approprié frauduleusement l’aire d’implantation du
tracé en faisant monter ipso facto le coût à 200 millions. Le projet est
abandonné à cause d’une insuffisance de fonds L’asphalte de Chavez a été
vendu à St Domingue par la Reine Elizabeth. Les 200 millions de PetroCaribe
se sont volatilisés dans les désastres post cycloniques.

Face à la gourmandise des caciques de LESPWA, un Parti-Etat, il nous faut
trouver un consensus sur la gestion de la Cité. La dilapidation des caisses
publiques ne peut pas être la rançon du vainqueur des élections de 2006. Du
moins c’est l’impression qui se dégage de l’iniquité et de la violation des
lois de la République par le 55 ème président d’Haïti. La dangerosité de ce
comportement purement licencieux de nos dirigeants a fini par créer un
état psychologique collectif propre au découragement. De telles
transgressions sont plutôt perçues en terme de fatalité par le commun des
mortels. Nos leaders politiques observent un silence complice et accablant
qui exprime clairement leur découragement et leur renonciation à la cause
commune. Le Maître d’Armes, par ses coups d’épée dignes de Zorro, a mis
hors de combat, un à un, presque tous les acteurs de la scène politique.

Aujourd’hui les lampes sont éteintes et le théâtre sombre dans le
black-out. Une telle noirceur est propice à la réalisation de leurs projets
ténébreux de refonte complète de la Constitution, le renouvellement du
Mandat de René Préval et le retour éventuel de Jean Bertrand Aristide taclé
sévèrement par le nouveau Leader de l’ANC. 9 millions de dollars sont mis à
la disposition de nos Parlementaires pour la réussite de cette succession
sans aucun heurt. Les élections sont truquées d’avance. Ne sortiront du
chapeau de nos magiciens que des élus dont les campagnes ont été financées
après avoir prêté serment d’allégeance à leur patron. Les éléments
indispensables à une appréciation objective de la situation politique
actuelle du pays échappent à l’entendement des observateurs même les plus
avertis. Il revient aux leaders d’opinion d’alerter le Peuple afin de le
motiver sur le danger qui le guette. Dans l’atmosphère de la Fête de Noël,
le Père Lebrun qui a régenté le pays, enflammé les pneus, brûlé nos
compatriotes, imposé un état de non droit, détruit les Institutions de la
République, renvoyé l’Armée d’Haïti, est sur le chemin du retour.

La Patrie est en danger ! Prochainement le Peuple sera convoqué en ses
comices en vue d’adhérer par voie référendaire au projet de refonte
complète de notre Charte Fondamentale. Des escouades de baratineurs sont
chargées de lancer une campagne de propagande à sens unique afin de donner
une coloration populaire à cette odieuse initiative. La fraude massive, le
bâillonnement de la Presse, le harcèlement et la menace des opposants sont
inscrits au menu. L’Internet est également ciblé. On tente à tout prix
d’annuler certains forums car la démocratie du Web pose de grands ennuis.
L’anathème sera jeté sur nos hommes politiques les plus représentatifs.
Après 18 ans d’un Pouvoir Lavalas forgé par le feu et le sang, la
perpétuation des méthodes autoritaires ne peut plus se poursuivre. Cette
nouvelle constitution va définitivement fermer la porte de la mémoire sur
les dossiers de Jean Dominique, Mireille Durocher Bertin, Jean Lamy,
Antoine Izmery, Jean Pierre Louis, Jean Marie Vincent etc.

Les escadrons de la mort vont poursuivre sans aucune crainte leurs œuvres
interprétées au sens du vainqueur comme frais collatéraux. Les
propriétaires des entreprises brûlées, détruites n’auront pas de justice.
Le nombre de bidonvilles va augmenter car les familles seront réduites, de
plus en plus, à la misère par suite de la confiscation du revenu national.
Aucune responsabilité du Gouvernement ne sera signalée dans le kidnapping
levé au rang d’institution nationale. Cette nouvelle prose
constitutionnelle trahit l’ambition du Monarque de René Préval, prêt à tout
pour un troisième mandat. Son délire du pouvoir le porte à fermer les yeux
sur la vidéo « El Machetazo » parce que l’appui de Lionel Fernandez lui
est indispensable pour son projet de refonte de la Constitution et
l’obtention de son troisième mandat. Dans cette optique, il adopte la
politique de la honte de Sténio Vincent qui, soucieux de renouveler son
mandat en 1937,se trouvait dans une situation analogue vis-à-vis du
dictateur Léonidas Trujillo y Molina, et passait à pieds joints sur
l’assassinat de 15 à 20 mille Haïtiens en République Dominicaine.








Accueil | Plan du site | info visites 322910

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site GOUVERNANCE & POLITIQUE  Suivre la vie du site Politique  Suivre la vie du site Politique Gouvernementale   Politique de publication

Haitimonde Network