CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

La Tour de Babel - Par : Jean Erich René

mardi 2 décembre 2008 par Erich Jean René

La Tour de Babel - Par : Jean Erich René

Le manque de respect du Corps législatif s’accentue suite aux derniers
débats touchant de grandes questions d’intérêt national. Les manœuvres
politiques puent un individualisme inquiétant. Personne ne conteste le
droit du Parlement de prendre des lois pour combattre le kidnapping.
L’interpellation du ministre Daniel Dorsainvil rentre certes dans le cadre
de ses attributions mais réclamer le retour d’un membre du Sénat chassé
arbitrairement sent l’absolutisme. Ces procédures d’urgence sont-elles
conformes à la Constitution, aux règlements administratifs et aux codes
d’éthique de nos institutions ? De tels agissements frisent
l’improvisation et mettent sérieusement en doute la compétence de nos
parlementaires tout en rendant difficile la lecture de l’échiquier
politique haïtien.

Un double langage caractérise les actions du Gouvernement Préval Pierre
Louis qui ne fait preuve d’aucune conviction dans le processus
décisionnel. Tandis que Préval est déterminé à détruire les constructions
anarchiques, Mme Pierre Louis s’y oppose. Les membres de l’Exécutif
n’arrivent pas à accorder leurs violons sur les façons de sévir contre les
actes de banditisme et de kidnapping. Si nous professons le respect de la
vie privée et des libertés publiques, il ne peut y avoir deux poids et
deux mesures. Pour que le Gouvernement réalise la quadrature du cercle et
mette les bandits hors d’état de nuire, il devrait saisir l’occasion du
rapt et de l’exécution de la fiancée du Commissaire de police, pour
appliquer la loi votée le jeudi 27 novembre 2008 contre le kidnapping.

Le cas échéant, l’Unité Nationale Anti Kidnapping (LUNAK) a les poings
liés. Par voie de conséquence tout le monde est à la merci des bandits de
grands chemins puisque la loi est enfreinte par ceux qui sont chargés de
veiller à son exécution. L’assassinat de Monique Pierre dont le cadavre est
repêché au morne à Cabri est symptomatique de l’état de pourrissement de
l’Administration Politique. L’hypothèse de règlement de compte soulevée par
le Chef de Police, la confirmation sans équivoque de la plaque officielle
de la voiture utilisée comme instrument du crime et l’appartenance de son
propriétaire au Grand Corps, sont renversants. Le Chef de Police Mario
Andrésol se réfère à l’action du Commissaire Ernst Dorfeuille dans le
dossier des narcotiques aux Gonaïves pour expliquer ce crime crapuleux.
Toutes les preuves sont réunies pour procéder à l’arrestation de l’accusé
 : le corps du délit, le lieu du crime, son mobile. Une observation
scrupuleuse des coussins et des tapis de la voiture par la Police
Scientifique, révèlera les traces d’ADN de la victime. L’aspersion au
LUMINOL est très révélatrice. L’empreinte des traces de pneu sur la
chaussée est tout aussi accablante.

" Il ne s’agit pas d’un simple enlèvement, nous prenons l’enquête très au
sérieux et nous commençons à remonter les filières " confirme le Chef de
Police. La lumière sera-t-elle faite sur la mort violente de Monique Pierre
en permettant à la justice de coincer certains privilégiés de ce régime
corrompu ? L’affaire de drogue de Tiburon et le retrait à pas feutré de
l’accusation de Sandro Joseph nous dictent un avis contraire. Dans une
telle conjoncture à quoi sert la loi votée par le Parlement sur le
kidnapping puisque le ver est dans le fruit. " Tous les auteurs, receleurs
et juges qui contribueraient à entraver la justice sont passibles de la
prison à perpétuité", se rengorge Youri Latortue qui, en une telle
occurrence, doit commencer par tirer les conséquences de cette loi afin de
jouir d’une certaine crédibilité. La loi du 24 novembre 2008 sera de nul
effet dans la lutte contre le kidnapping associé au trafic de la drogue, si
les coupables ne sont pas écroués.

La séance du 27 novembre 2008 du Parlement qui, selon le Président du
Sénat, réclame le retour de Rudolph Boulos au Grand Corps, soulève de
grandes interrogations. Les mêmes accusateurs qui avaient exigé sa
destitution, aujourd’hui occupent la Tribune d’en face pour solliciter son
retour. Youri Latortue et Evalière Beauplan devraient se regarder dans un
miroir ou le cas échéant passer leurs mains sur leurs visages afin de se
rendre compte de leur laideur. Leur volte-face, sous la dictée du Palais
National pressuré par la nouvelle Administration Démocrate, annonce les
couleurs. Le Sénateur Boulos en exil à St Domingue reviendra-t-il à
l’abattoir avant le départ de ses bourreaux ?

L’esprit d’a priori qui caractérise les agissements du Gouvernement Préval
Pierre Louis a été mis en exergue, de la manière la plus spectaculaire, par
la fracassante déclaration d’un Sénateur influent de Lespwa . Nous ne
savons quelle guêpe a piqué Jean Hector Anacacis pour crier haut et fort un
excédent de plus de10 milliards de gourdes au cours de l’exercice fiscale
2007- 2008. Cette demande d’interpellation dont la séance est fixée pour le
9 décembre 2008 porte aussi les signatures de Semephise Gilles, Jacques
Vilbert, et Nenel Cassy. Le flou de cette décision nous permet de nous
rendre compte à quel point nous sommes bardés d’incompétents. La matière
même de la convocation est sujette à caution. Tout d’abord la
responsabilité de la préparation d’un programme économique contrairement
aux allégations de Jean Hector Anacacis, ne relève pas du Ministre des
finances qui n’est qu’un simple comptable des deniers publics. Son refus
systématique de faire des caisses de l’Etat une mangeoire pour les
partisans du régime est à l’origine de sa convocation expresse.

A contrario, Daniel Dorsainvil a plutôt fait état d’un déficit budgétaire
de 4 milliards de gourdes, soit environ 100 millions de dollars. Pour
boucher ce trou des démarches sont en cours auprès des institutions
internationales, argue-t-il. Elles risquent d’être compromises par les
propos contradictoires de ce Parlementaire mal informé qui au lieu de faire
l’ange fait la bête. Une analyse du tissu politique haïtien accuse une
mauvaise foi à peine voilée de certains porte-parole en vue de :
- affaiblir l’Institution parlementaire
- justifier son renvoi par le Chef de l’Exécutif
- voter une nouvelle Constitution
- enlever le verrou de la limite de 2 mandats alternés du Président
- organiser les élections pour assurer la majorité de Lespwa au Parlement
- renouveler le mandat de Préval par des élections truquées

La confusion qui règne au Parlement, relativement à la multiplicité des
langages, l’assimile à la Tour de Babel. Dans leurs calculs mesquins, ils
voudraient profiter de la transition politique aux USA pour exécuter leurs
forfaits mais ils sont déjà court-circuités par l’OBAMANIA.








Accueil | Plan du site | info visites 322757

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site GOUVERNANCE & POLITIQUE  Suivre la vie du site Politique  Suivre la vie du site Politique Gouvernementale   Politique de publication

Haitimonde Network