CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

La République dominicaine subit-elle des pressions de la communauté internationale ?

jeudi 10 avril 2014 par Administrator

Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés a appelé la République dominicaine à restituer la nationalité à des milliers de Dominicains d’origine étrangère rendus apatrides par l’arrêt 168/13 de la Cour constitutionnelle dominicaine. La CIDH a lancé le même message à la république voisine pressée de tout bord par les agences régionales et internationales

Alors que le processus du dialogue entre Haïti et la République dominicaine est au point mort, la communauté internationale maintient la pression sur la république voisine. Séances publiques, notes de presse et résolutions dénonçant la politique migratoire de la république voisine se succèdent. Le dernier coup de gueule vient de la plus haute instance internationale en matière de migration, le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Comme beaucoup d’autres, le HCR a appelé les autorités dominicaines à revenir sur l’arrêt contesté de la Cour constitutionnelle.

L’agence onusienne qui défend les droits des personnes déplacées se dit profondément préoccupée qu’après plus de six mois depuis la décision de la Cour constitutionnelle, malgré les efforts importants déployés par le gouvernement dominicain, aucune solution n’a encore été trouvée en vue de traiter correctement la situation des victimes.

Dans une note rendue publique mardi, le HCR a salué les discussions entamées par le président dominicain, Danilo Medina, avec les différents secteurs de la société dominicaine. Des pourparlers qui viseraient à trouver une solution au problème posé par l’arrêt de la Cour constitutionnelle affectant des milliers de ressortissants étrangers.

« Les conséquences de l’apatridie sont dramatiquement réelles pour les personnes touchées par la sentence, a souligné Shelly Petterman, representant régional du HCR à Washington. Elles se sont vu refuser l’accès aux documents d’identité, à un emploi et aux servicex sociaux de base. Ces personnes ont un besoin urgent de solution. »

Le Haut-Commissariat a appelé les différentes franges de la société dominicaine à supporter un projet de loi restituant aux victimes la nationalité. « Une loi qui permetterait à la république voisine de respecter ses engagements en matière des droit humains », a indiqué le HCR. En lieu et place d’une loi sur la nationalité, les autorités dominicaines entendent élaborer un projet de loi sur la naturalisation. Ce projet de loi que le président Medina avait promis de soumettre au Parlement dominicain en février dernier serait encore en cours d’élaboration.

La Commission interaméricaine des droits de l’homme fait de même en appelant les autorités dominicaines à agir en toute urgence sur le dossier. La CIDH a demandé aux autorités dominicaines de garantir la nationalité aux citoyens dominicains rendus apatrides. « Cette décision émise par la Cour constitutionnelle dominicaine, le 23 septembre 2013, n’a fait que rendre apatrides plus de 210 000 citoyens/citoyennes dominicains d’ascendance haïtienne », a retenu la CIDH à la clôture de sa 150e session.

Mercredi, des centaines de victimes ont manifesté devant le palais du gouvernement à Santo Domingo. Pancartes en main, ces personnes apatrides ont demandé à l’Etat dominicain de leur restituer la nationalité dominicaine. « Nous sommes dominicains, nous exigeons une loi qui nous reconnaisse », pouvait-on lire sur des affiches brandies par les manifestants.
Louis-Joseph Olivier
ljolivier@lenouvelliste.com

Voir en ligne : Le Nouvelliste







Accueil | Plan du site | info visites 301318

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités Nationales et Internationales  Suivre la vie du site Political Crisis   Politique de publication

Haitimonde Network