CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

La Croix-des-Bossales, un gros gâchis

jeudi 10 avril 2014 par Administrator

Cœur de l’économie métropolitaine, la Croix-des-Bossales est riche de ses atouts. Mais, c’est un bourbier répugnant que l’on découvre en empruntant le boulevard La Saline.

Samedi. Il n’est pas encore midi. Le boulevard La Saline est noir de monde. Sur l’asphalte brûlant, une voitures et camions, coincés dans un bouchon monstre avancent, pare-choc contre pare-choc. Comme eux, un essaim de motos tentent désespérément de se frayer un passage qui n’existe pas et... s’entremêlent. Des marchandises installées dans la rue, des portefaix portant d’écrasants fardeaux et des montagnes de déchets complètent le tableau. Les nerfs chauffés à blanc, certains lancent des injures ponctuées parfois d’un coup de poing sur le pare-brise d’un véhicule. Bienvenue à la Croix- des-Bossales, une place de marché de la capitale vraiment pas comme les autres.

Différente, la Croix-des-Bossales l’est par son histoire. Cette place de marché, la plus grande du pays, accueillait jadis des esclaves débarqués des bateaux négriers de l’époque coloniale. Selon des récits d’historiens, il y aurait aussi à proximité un cimetière d’esclaves, car certains ne touchaient la terre que pour y mourir. Avec les ans, le marché n’a pas accédé à la modernité. Aujourd’hui, c’est peut-être le coin le plus sale de la ville, constatent divers observateurs. Et aussi l’un des endroits les plus dangereux, pour d’autres. Reconstruite en 2008 avec des fonds du Venezuela, l’infrastructure du marché, mal géré et éprouvé par plusieurs incendies, s’est vite dégradée. Peu de choses y restent encore intactes. Même pas les initiales de la République bolivarienne du Venezuela.

« Ici les déchets pullulent plus qu’ailleurs sans que la mairie ou le SMCRS s’en préoccupe », remarque, amusée, une marchande de vivres de la place, assise sur des tonnes d’immondices. A cela vient s’ajouter le fait que plusieurs secteurs du marché sont fréquemment inondés. C’est donc les pieds plongés dans les eaux boueuses du marché ou transportés sur la brouette d’un riverain, qui se fait ainsi un peu d’argent, que bon nombre de gens se déplacent dans cet immense bazar. Cela aussi, les autorités le savent. Résultat : le marché est de moins en moins fréquenté.

Riche de ses contrastes, à la Croix-des-Bossales, ça brasse fort pourtant. On le voit, on le sent même de très loin. Par cette place de marché, transite le gros du commerce du pays. Viennent s’y approvisionner des marchands de plusieurs marchés de la capitale et de la province pour redistribuer dans des secteurs et faubourgs de la capitale ou des provinces. En face, c’est le port. Des millions y circulent.

Le commerce de détail aussi n’est pas en reste à la Croix-des-Bossales. C’est d’ailleurs surtout un marché de détail, explique Joanès, vendeur d’allumettes au détail. Chaque jour, ils sont des milliers à s’y rendre avec un maigre pécule pour s’acheter quasiment les mêmes produits qu’hier : riz, haricot, huile, charbon et quelques épices. On est loin du panier de la ménagère. Pour attirer cette petite clientèle malgré son importance, certaines marchandes possèdent un je ne sais quoi qui fait que les clients se jettent sur leurs produits et pas sur d’autres.

« J’aime faire mes courses ici, confie Joseline, mère de famille. Tout le monde sait qu’ici tout est à meilleur prix. »
Même si ce n’est pas sans soucis que les gens viennent faire leurs emplettes au marché. Interrogés là-dessus, confient plusieurs usagers, l’insécurité est la principale des préoccupations. “Pour leur bourse ou leur telephone, plusieurs individus se sont fait ici ôter leur vie », raconte tristement Joanès, qui cite même quelques noms de célèbres bandits. Et si certains élisent domicile dans les parages, c’est en connaissance de cause.

« Auparavant, le marché était plus fréquenté, dit Joseline citée plus haut. Maintenant beaucoup de gens ont peur de venir ici et ils n’ont pas tout à fait tort. Même nous, les marchands, nous sommes souvent rançonnés. L’administration du marché ne peut rien contre cela. »

« Ici, on fait ses achats et l’on repart. Ce n’est pas un lieu où l’on peut dialoguer », lance une acheteuse à un journaliste.

« Ce sont les voleurs qui nous causent le plus d’ennuis. C’est d’ailleurs ce qui pousse plusieurs d’entre nous à dormir ici, le marché ne disposant pas d’entrepôt », dit Losiane, une marchande.

Un vrai chaos dans le paysage de Port-au-Prince, là où la ville devrait tirer gros. Géographe, passionné de Port-au-Prince où il a grandi, Jean-Marie Théodat en sait quelque chose. A la Croix-des-Bossales, il voit toute la problématique urbaine du pays. « Si nous considérons une ville comme un tout organique, un système avec de grands axes qui en constituent l’ossature, je peux dire que la Croix-des-Bossales est le ventre non seulement de la capitale, mais du pays, dit le professeur Théodat. C’est non seulement le plus grand marché, le plus ancien mais aussi le plus achalandé.A bien observer, l’on remarquera que tous les réseaux de communication y convergent et qu’elle représente l’alpha et l’oméga dans les échanges matériels et immatériels du pays. Dommage ! On en a fait ce que nous avons là.”

« Pour moi, comme pour bien de professionnels du territoire, la ville du futur peut se dessiner à partir de la Croix-des-Bossales. A l’Université de Limonade, nous avons un institut qui s’occupe de la planification. Ce secteur de Port-au-Prince. Nous voulons par exemple que soit adjoint au marché désormais propre et sécurisé un centre culturel avec un amphithéâtre ouvert sur la mer. Nous n’avons pas encore les moyens mais en tant que géographe, je sais qu’il faut commencer par en élaborer le plan. »

Faire de la Croix-des-Bossales un endroit propre, sécurisé et attrayant, c’est un rêve que plusieurs Haïtiens ont de la peine à caresser, vu la situation actuelle. Le site renferme d’énormes potentialités, mais, pour l’heure, c’est un gros gâchis.

Dumas Maçon

Voir en ligne : Le Nouvelliste







Accueil | Plan du site | info visites 329619

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site NOUVELLES D’HAITI  Suivre la vie du site Revue de la Presse en Haiti   Politique de publication

Haitimonde Network