CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

La BNH : le défi d’un chantier de reconstruction

mardi 6 novembre 2012 par Administrator

Créée en 1940, la Bibliothèque nationale d’Haiti (BNH) est le fruit d’une longue quête dont l’histoire se situe au cœur de la pensée haïtienne. Conservatrice par excellence du patrimoine documentaire scriptural sur Haïti, elle a, entre autres, la charge du dépôt légal (ISBN/ international standard book number) et est membre du réseau ISSN (international standard serial number).

Elle prend en compte la mission sociale et intellectuelle des bibliothèques publiques de l’avis du directeur général de la BNH, M. Emmanuel Ménard, qui ne tient malheureusement pas compte du décret du 28 octobre 2005 qui crée la Direction nationale du livre (DNL) et qui stipule en son article premier :"La Direction Nationale du Livre (DNL) intègre en un seul réseau national les Bibliothèques municipales et les Centres de lecture et d’animation culturelle (CLAC) et en assure la coordination".

Ménard, juriste de formation, ancien directeur général du musée du Panthéon National (MUPANAH) en 1993 et de la Télévision Nationale d’Haiti en deux occasions (1991-1994) met le paquet pour insuffler une nouvelle vie à cette institution qui n’en finit pas de se chercher. Ses multiples projets nous invitent à prendre en compte la limite des moyens de sa politique : extension du fonds documentaire, utilisation de l’audiovisuel, modernisation des structures, nouveau cadre de coopération internationale, création de prix (littéraire et de l’excellence), des éditions BNH et d’un organe de presse. Bref, les objectifs poursuivis ne sont pas sans renvoyer à l’objectivation de la mission sociale et intellectuelle des bibliothèques publiques décentralisées.

La BNH n’est pas seulement un espace de travail ,elle est le conservatoire du patrimoine intellectuel haïtien .« c’est le mérite de l’Etat d’avoir fait des bibliothèques le pivot de sa campagne pour l’éducation de base et la lutte contre l’analphabétisme », indique Emmanuel Ménard qui s’en tient aux grandes lignes de l’histoire de la BNH et attire l’attention sur la manière dont s’est constitué le prodigieux héritage que nous ont légué des générations d’écrivains, d’érudits, de collectionneurs et de bibliothécaires.

Se proposant de faire une part presque égale au passé et au présent, M. Ménard a montré avant de le décrire, lors d’un entretien avec le journal, comment s’est institué le réseau de bibliothèques qui couvre aujourd’hui, à des degrés divers les grandes villes du pays. On pourra tout faire pour l’école et le lycée ; si l’on n’organise pas de bibliothèques, on n’aura rien fait en dehors des bibliothèques pilotes qui doivent s’inscrire dans une politique de bibliothèques publiques.

Une politique nationale de lecture publique

Les structures déconcentrées de la BNH particulièrement touchées par le séisme du 12 janvier 2010 sont en difficulté. A Léogâne, Petit-Goâve, Jacmel, les annexes de la BNH ont subi des dommages considérables, mais des réparations cosmétiques ont permis la reprise des activités, comme au siège central où les travaux de réaménagement se poursuivent. ‘A l’annexe de Petit-Goâve, les activités se sont intensifiées avec l’aide de l’Association des bibliothèques américaines(ALA). Pour Léogâne, nous avons pu trouver un financement de la Banque allemande de développement à travers le FAES, mais on observe un certain retard dans le processus de décaissement de ces fonds’’,a fait savoir M. Ménard qui déplore le fait que dans les autres annexes comme celles de Cavaillon, Saint-Louis-du-Sud, Jacmel, Jérémie, Cayes, Arcahaie, Croix-des-Bouquets, Mirebalais, le fonctionnement se fait dans des locaux délabrés.

Fort des richesses documentaires de la BNH, Emmanuel Ménard en présente un prestigieux et copieux inventaire : 60 000 titres, sans compter les périodiques et ouvrages ordinaires. Administrativement rattachée au Ministère de la Culture, l’Institution se veut de caractère encyclopédique. Elle est orientée vers la documentation littéraire et possède une collection de manuscrits, un fonds d’histoire moderne. « Nous commençons à monter le premier centre de restauration papier (laboratoire chimique) en assurant du même coup la formation des restaurateurs avec l’appui technique du Maroc et de la France’’ assure le numéro un de la BNH qui a mis en place deux centres de documentation (juridique et des sciences sociales) pour les étudiants.

Pour de nouveaux fonds documentaires

Emmanuel Ménard déplore le fait que l’État haïtien n’a pas depuis longtemps fait l’acquisition de fonds documentaires, le budget ne permettant pas une telle largesse à l’institution . Il cite en exemple, avec bien sûr la mort dans l’âme, le cas de René Depestre qui vient de vendre le fonds de sa bibliothèque privée à la République dominicaine. Exemple pour exemple, en voici un autre encore plus déroutant : quand il cherchait à acquérir pour la BNH le fonds de la bibliothèque privée de Jean Fouchard, l’État haïtien en avait fait l’acquisition, mais après 1986, la commission d’enquête administrative montée par le Conseil National de Gouvernement (CNG) avait indexé M.Fouchard comme une personnalité ayant reçu les faveurs du régime déchu .Il a remis l’argent et repris sa bibliothèque, s’est rappelé le directeur général de la BNH.

Le système adopté à la Bibliothèque nationale d’Haïti répond, selon M. Ménard, à de rigoureuses exigences. La tenue à jour de catalogues par auteur et par discipline, le choix de techniques expéditives de prêt, deviennent une règle presque absolue. ‘‘Ce n’est pas la BNH qui doit surtout retenir l’attention mais le réseau de bibliothèques qui rode autour et qui se placent au premier rang des bibliothèques de service public dont le rôle culturel n’est pas à démontrer dans la grande ville’’.

Un processus d’innovation

La BNH est en voie d’innover : à partir de son site www.bibliothequenat.ht ,le public pourra consulter un ouvrage de droit par exemple, sans son intervention physique. Il aura accès à tout document numérisé. Le projet de numération de la BNH est en cours et n’attend que du financement pour être exécuté. ‘’Nous avons un accord avec la bibliothèque nationale de France qui va faire l’acquisition de tout livre haïtien publié en France pour la BNH’’ se réjouit M. Ménard qui annonce pour bientôt la création du Prix d’excellence visant à récompenser tous les lauréats des examens d’État.

Tous les mémoires de sortie des étudiants de l’université d’Etat d’Haiti(UEH) et des Universités privées seront numérisés.Le catalogue 2012 sera prêt en janvier 2013 et l’organe de la BNH, baptisé Repères, ainsi que les Éditions BNH seront lancés, avec, bien sûr, des détails sur la ligne éditoriale.

Emmanuel Ménard se propose de clôturer l’année 2012 par un grand hommage à cinq écrivains centenaires (1912-2012). Il s’agit nommément de Jean Fouchard, Magloire St Aude, Félix Morisseau Leroy, Roussan Camille et Pierre Mayard.’’ La BNH va accompagner Franckétienne pour qu’à travers lui, Haïti puisse remporter en 2013 le prix Nobel de son histoire’’. Et dire que ce ne sont pas des projets qui manquent aux responsables de la BNH.

Robenson Bernard

Robernard2202@yahoo.fr








Accueil | Plan du site | info visites 321063

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site FOIRE D’OPINIONS  Suivre la vie du site Textes d’Opinion   Politique de publication

Haitimonde Network