CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Jérémie se cherche une vie nocturne !

jeudi 23 janvier 2014 par Administrator

Réputée le Paris d’Haïti dans les années 50, autant pour ses charmes que pour une vie socioculturelle active, Jérémie, chef-lieu du département de la Grand’Anse, a perdu depuis fort longtemps ce titre prestigieux. Du moins c’est l’avis d’un quinquagénaire nostalgique. A observer la ville, la nuit, à la lueur des lumières blafardes que diffusent quelques lampadaires à énergie solaire, et la vie qui s’y mène, l’évidence saute aux yeux. Les Jérémiens, faute d’infrastructures socioculturelles et d’activités économiques substantielles, mènent une vie nocturne plutôt banale.

Un samedi soir, 7h. Au centre-ville de Jérémie, la nuit s’est déjà installée. Mais déjà tout semble bouger. Dans le halo lumineux de quelques lampadaires ou des poteaux électriques, quelques groupes se forment, échangent des blagues, se taquinent ou interpellent des passants de leurs connaissances.

En effectuant un tour d’horizon, on aperçoit des jeunes, en couple, ou allant par bandes de quatre ou cinq arpentant les rues à la recherche d’attractions. Les maigres infrastructures existantes hébergent rarement une activité récréative la nuit. Désœuvrés, ces jeunes s’engagent alors dans des flirts interminables ou s’éparpillent aux alentours de la place Dumas, au cœur de la ville, indifférents au DJ qui s’attarde à diffuser quelques notes de compas pour rivaliser avec la monotonie des soirées sans couleur.

Non loin de là, à l’angle des rues E. Margron et Dr Hyppolite, aux abords de chez Toto Magloire, jeune entrepreneur, l’affluence entrave la circulation. Toute l’animation se concentre là. Outre l’alignement sur le trottoir d’en face des marchands de barbecue très achalandés, des voitures et des motos sont en stationnement. A ce carrefour incontournable, les gens se retrouvent autant pour discuter des derniers potins, de politique, de football, recharger leurs portables, etc., que pour s’offrir ou se faire offrir par un ami quelques bières bien fraîches, des boissons gazeuses ou énergisantes ou des jus de fruits embouteillés servis, sans jamais de rupture de stock, à un prix moindre qu’ailleurs, par la maison Toto. Tout cela dans une ambiance musicale dont, à l’évidence, ils ne se lassent point. Il en va ainsi presque chaque soir, car Toto, unanimement connu, dispose de son autonomie en matière d’énergie électrique. Mais, au-delà de 9h p.m. la maison ferme et une morbidité envahit à nouveau les lieux.

Les mordus se mettront alors en quête ou essaieront de s’inventer d’autres sensations. Peine perdue. D’autres, pas en nombre imposant, se retrouveront dans l’un des quelques dizaines de bars et clubs de la ville, Zénith, Ilan-Ilan, Oasis, etc. Sinon ils s’y éloigneront, en quête de discrétion, pour retrouver la tranquillité, sur la nationale no 7 du nouveau club Escapade Bar &Grill, à Roseaux, ou plus près de la ville, à Vertigo, à la sortie sud, à Gébeau. En somme, la vie nocturne à Jérémie manque d’entrain et de diversité.

René Saint-Louis se mêle d’habitude à toutes les sauces socioculturelles de la ville. A son sens, plusieurs raisons expliquent la banalité des soirées jérémiennes. De prime abord, reconnaît-il, les gens se déplacent beaucoup plus en week-end ou en période de fête. Mais le chômage, la situation économique précaire des familles par rapport à la cherté de la vie ne sont pas à négliger. Par ailleurs, ajoute-t-il, les managers de clubs craignent de risquer leurs capitaux sans espoir de profit et, de fait, viennent à manquer d’esprit d’initiative pour attirer la clientèle. Ils n’innovent pas et le marketing est presque néant.

Si autrefois, avoue un homme d’un certain âge, toujours intéressé aux activités mondaines, les bals de salon à Jérémie et autres manifestations artistiques et sociales prêtaient aux échanges, à de nouvelles rencontres enrichissantes, maintenant, déplore-t-il, les gens ne sortent que pour s’abreuver d’alcool, de bières et consommer les mêmes plats : bananes et poulets frits arrosés de sauces piquantes, et le traditionnel plat de poisson gros de sel. Aucune salle de cinéma, se désole ce quinquagénaire romantique et nostalgique, pour abriter la complicité de mains amoureuses, si ce n’est désormais l’ombre lugubre des maisons dans une ville plongée trop souvent dans le noir, faute d’électricité. Ce qui n’empêche pas Vertigo Village, caractérisé par un environnement naturel, à une quinzaine de minutes en dehors du centre-ville, d’attirer une clientèle plus ou moins sélecte. De l’avis de Mme Héleine C. Lundi, cogestionnaire avec son mari, le club est fréquenté surtout les fins de mois par les employés ayant reçu leur salaire. Ceux-ci profitent donc du week-end pour s’offrir un peu de détente et d’évasion.

Mais à côté de la maigre capacité des bourses, la fréquentation des clubs est conditionnée, admet-elle, avec nos autres interlocuteurs, par l’horaire irrégulier de distribution du courant électrique. Déjà que les gens sont plutôt casaniers, donc n’ont pas une vie sociale active, vous les trouverez, confie-t-elle, dans les clubs rarement en famille, sinon de rares fois, comme quand ils veulent faire plaisir à un hôte venu d’ailleurs.

Au reproche fait par un habitué quant à la monotonie du menu offert, Mme Lundi rétorque que la clientèle est en partie responsable de ce fait. En effet, persistant à ne pas changer d’habitudes alimentaires, exigeant notamment la nourriture locale, les gens se refusent le plus souvent à faire l’expérience de recettes dont ils ignorent les ingrédients ou ne se risquent pas à essayer d’autres saveurs.

A l’avantage toutefois de leur ville, s’enorgueillissent les Jérémiens, même quand certains superstitieux appréhendent de se risquer trop tard dans les rues obscures par crainte de rencontres prétendument insolites-la superstition a la vie tellement dure !-, Jérémie se présente comme la plus hospitalière et la plus sereine ville du pays en matière de sécurité.

Yvon Janvier jyvon21@gmail.com Jérémie-Grand’Anse

Voir en ligne : Le Nouvelliste







Accueil | Plan du site | info visites 272184

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site FOIRE D’OPINIONS  Suivre la vie du site Textes d’Opinion   Politique de publication

Haitimonde Network