CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Interdit d’aller en Haïti - Par : Jean Erich René

lundi 2 février 2009 par Erich Jean René

Interdit d’aller en Haïti - Par : Jean Erich René

Dans un pays où les flics sont des filous et les juges des voleurs de grand
chemin, l’état n’existe pas.Quand le ministre de la Justice et le Chef de
Police réclament le huis clos pour traiter une question d’intérèt national,
something is wrong ! Quand les kidnappeurs, les empoisonneurs opèrent en
toute impunité et les narcotrafiquants s’avisent de prendre d’assaut le
Parlement pour les élections du 19 avril 2009, un grand coup de balai
s’impose. Dans ce climat d’insécurité plus rien n’est possible. Le
communiqué du Département d’Etat des USA vient de tomber comme un couperet
ce soir du samedi 31 janvier. Nous l’avons traduit avec empressement en
français afin que nul n’en ignore. La version original en anglais suit pour
authentifier notre texte.

Département d’Etats des USA
Bureau des Affaires Consulaires
Washington, DC 20520

Mise en garde de voyager en Haïti
Cette information est effective à partir d’aujourd’hui,
Samedi 31 Janvier 23:45:46 2009.

HAITI
Le 28 janvier2009

Le Département d’État avertit les citoyens des États-Unis des risques de
voyager en Haïti et les recommande de reporter leur voyage non essentiel
jusqu’à nouvel ordre. Cette mise en garde de voyager en Haïti remplace
celle datée du 30 avril 2008 destinée à rappeler aux citoyens américains
l’impact destructif d’une série d’ouragans en 2008, afin de fournir des
informations mises à jour sur les conditions du pays et d’alerter les
Américains sur les problèmes continus de sécurité. Des voyageurs sont
fortement conseillés de considérer complètement les risques avant le
déplacement vers Haïti et de prendre des précautions appropriées pour
assurer leur sécuri s’ils sont en voyage en Haïti.

Durant la saison cyclonique de 2008, 4 tempêtes tropicales frappaient
Haïti. Il en résultait des pluies torrentielles, l’inondation et des
glissements de terrain. Des centaines d’accidents furent rapportés. Le
manque d’infrastructure gouvernementale et des services de secours combinés
avec les routes et les ponts impraticables a sévèrement contrarié les
secours et les efforts d’aide. En août et septembre 2008, de fortes pluies
et de grandes rafales de vent provenant des ouragans Gustave, Hanna et Ike
ont affecté les villes du littoral et de l’intérieur causant une grande
inondation et des glissements de terrain Comme conséquence des orages, 8
des 9 départements touchés ont été dévastés de manière significative,
physiquement et économiquement. Les conditions en Haïti peuvent
occasionnellement limiter l’assistance des services d’urgence de
l’Ambassade aux Citoyens Américains. En Avril 2008 il y avait de violentes
manifestations sociales paralysant les services de transport. On avait
rapporté plus de 7 morts aux Cayes et à Port-au-Prince.

Quelques citoyens américains ont été temporairement abrités dans des
endroits isolés mais ne pouvaient pas prendre le risque voyager jusqu’à ce
que le calme ait été reconstitué. L’absence d’une force de police efficace
dans beaucoup de régions d’Haïti signifie que, quand il y a des
protestations, il y a un risque potentiel de pillage, de construction de
barrages intermittents sur les routes contrôlées par les manifestants armés
ou par la police et une plus grande possibilité de crime accidentel, y
compris le kidnapping, le détournement de voiture, l’envahissement des
maisons, le vol à main armée et l’assaut. Les Américains en Haïti devraient
veiller à leur sécurité personnelle, prendre des précautions dictées par le
bon sens et éviter n’importe quel événement où les foules peuvent se
rassembler. Même les manifestations dites pacifiques peuvent devenir
violentes. Les Américains devraient suivent attentivement les nouvelles des
médias et le site Web de l’Ambassade des États-Unis à :
http://haiti.usembassy.gov/warden_information.html.

On rappelle aux citoyens des États-Unis voyageant et résidant en Haïti, en
dépit de cet avertissement, qu’il y a également un danger chronique de
crime violent, particulièrement des kidnappings. La plupart des kidnappings
sont criminels et les kidnappeurs ne font aucune distinction de
nationalité, de race, de sexe ou d’âge. En janvier 2009, 25 Américains ont
été rapportés, enlevés en 2008. La plupart des Américains ont été enlevés à
Port-au-Prince. Quelques victimes de séquestration ont été tuées, tirées,
sexuellement assaillies, ou brutalement maltraitées. Le manque de
protections civiles en Haïti, comme les possibilités limitées de la police
locale pour résoudre des cas de kidnapping, aggravent les composantes du
danger entourant cette tendance. Le voyage est toujours dangereux à
Port-au-Prince. Le personnel de l’Ambassade des États-unis est sous un
couvre-feu imposé par l’Ambassade et doit rester dans leurs maisons ou dans
les installations gouvernementales des États-Unis pendant le couvre-feu.
Quelques secteurs sont interdits au personnel de l’ambassade à la tombée de
la nuit, incluant le centre de Port-au-Prince. L’ambassade limite le
voyage de son personnel à quelques secteurs en dehors de Port-au-Prince en
raison des conditions actuelles de route et de sécurité. Ceci peut
contraindre notre capacité à fournir des services de secours aux citoyens
des États-Unis en dehors de Port-au-Prince. Les manifestations et la
violence peuvent de temps en temps limiter les opérations de l’Ambassade
aux services de secours, même à Port-au-Prince. La force de stabilisation
de l’ONU (MINUSTAH) demeure entièrement déployée et aide le gouvernement
d’Haïti à assurer la sécurité.

Le Département d’État conseille fortement aux citoyens des États-Unis
voyageant ou résidant en Haïti de s’inscrire en ligne à
https://travelregistration.state.gov ou à la section consulaire de
l’Ambassade des États-Unis à Port-au-Prince. La section consulaire peut
être atteinte au (509) (2) à 229-8000 ou à l’adresse email :
acspap@state.gov. Les voyageurs devraient également consulter les dernières
informations spécifiques du Département d’État sur Haïti et les mesures de
prudence à travers le monde à http://travel.state.gov. Les citoyens
américains peuvent également obtenir la plus récente information sur les
conditions de sécurité en appelant gratuitement aux États-Unis au :
1-888-407-4747.

Texte traduit de l’anglais par Jean Erich René

Travel Warning United States Department of StateBureau of Consular
AffairsWashington, DC 20520

This information is current as of today,

Sat Jan 31 23:45:46 2009.
HAITI
January 28, 2009

The State Department warns U.S. citizens of the risks of travel to Haiti
and recommends deferring non-essential travel until further notice. This
Travel Warning replaces the Travel Warning dated April 30, 2008, and is
being issued to remind American citizens of the destructive impact of a
series of hurricanes in 2008, to provide updated information on country
conditions, and to alert Americans to ongoing security concerns. Travelers
are strongly advised to thoroughly consider the risks before traveling to
Haiti and to take adequate precautions to ensure their safety if traveling
to Haiti.

During the 2008 hurricane season, four tropical storms struck Haiti, which
resulted in torrential rains, extensive flooding and mudslides, and
hundreds of reported casualties. The lack of governmental infrastructure
and rescue services combined with impassable roads and bridges severely
hindered rescue and relief efforts. In late August and September 2008,
heavy rains and gale-force winds from hurricanes Fay, Gustav, Hanna, and
Ike pelted the country’s coastline and interior causing heavy flooding and
mudslides. In the aftermath of the storms, eight of the country’s nine
departments reported significant physical and economic devastation. The
storm damage came on the heels of the civil unrest in April 2008.
Conditions in Haiti may occasionally limit Embassy assistance to American
citizens to emergency services.

In early April 2008, there were violent demonstrations, looting,
transportation disruptions, and as many as seven reported deaths in Les
Cayes and Port-au-Prince. Some American citizens were temporarily stranded
in isolated locations and could not safely travel until calm was restored.
The absence of an effective police force in many areas of Haiti means that,
when protests take place, there is potential for looting, the erection of
intermittent roadblocks set by armed protestors or by the police, and an
increased possibility of random crime, including kidnapping, carjacking,
home invasion, armed robbery and assault. Americans in Haiti should
practice good personal security, take commonsense precautions and avoid any
event where crowds may congregate. Even demonstrations intended to be
peaceful can turn violent. Americans should closely monitor news media and
the U.S. Embassy’s website at :
http://haiti.usembassy.gov/warden_information.html.

U.S. citizens traveling to and residing in Haiti despite this warning are
reminded that there also is a chronic danger of violent crime, especially
kidnappings. Most kidnappings are criminal in nature, and the kidnappers
make no distinctions of nationality, race, gender, or age. As of January
2009, 25 Americans were reported kidnapped in 2008. Most of the Americans
were abducted in Port-au-Prince. Some kidnap victims have been killed,
shot, sexually assaulted, or brutally abused. The lack of civil protections
in Haiti, as well as the limited capability of local law enforcement to
resolve kidnapping cases, further compounds the element of danger
surrounding this trend.Travel is always hazardous within Port-au-Prince.
U.S. Embassy personnel are under an Embassy-imposed curfew and must remain
in their homes or in U.S. government facilities during the curfew. Some
areas are off-limits to Embassy staff after dark, including downtown
Port-au-Prince. The Embassy restricts travel by its staff to some areas
outside of Port-au-Prince because of the prevailing road and security
conditions. This may constrain our ability to provide emergency services to
U.S. citizens outside of Port-au-Prince. Demonstrations and violence may
occasionally limit Embassy operations to emergency services, even within
Port-au-Prince. The UN stabilization force (MINUSTAH) remains fully
deployed and is assisting the government of Haiti in providing security.

The Department of State strongly advises U.S. citizens traveling to or
residing in Haiti to register either online at
https://travelregistration.state.gov or with the Consular Section of the
U.S. Embassy in Port-au-Prince. The Consular Section can be reached at
(509) (2)229-8000 or e-mail address acspap@state.gov. Travelers should also
consult the Department of State’s latest Country Specific Information for
Haiti and the Worldwide Caution at http://travel.state.gov. American
citizens also may obtain up-to-date information on security conditions by
calling 1-888-407-4747 toll free in the United States.








Accueil | Plan du site | info visites 319466

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site GOUVERNANCE & POLITIQUE  Suivre la vie du site Politique  Suivre la vie du site Politique Sociale   Politique de publication

Haitimonde Network