CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Incertitude politique - Par : Jean Erich René

vendredi 20 mars 2009 par Erich Jean René

Incertitude politique - Par : Jean Erich René

Le cycle infernal de l’échec tout azimut qui accable Haïti échappe à
l’entendement de l’Occident basé sur la logique cartésienne. Toutes les
données confirment, avec une forte probabilité, les possibilités de
développement économique d’Haïti. Pourtant la croissance n’a jamais été au
rendez-vous. La récession économique mondiale et les derniers cyclones
assombrissent davantage la situation sociale. La spécificité du cas d’Haïti
attire à son chevet une pléiade de cliniciens brésiliens, américains et
canadiens déterminés à relever le défi.

Le développement économique suppose avant tout la stabilité politique.
Malgré la présence de la Minustah, le kidnapping se poursuit, les familles
sont encore aux abois. La récurrence de l’insécurité à l’approche des
élections soulève une grande suspicion. S’agit-il d’un levier visant à
infléchir les résultats des urnes en faveur d’une faction politique
beaucoup plus intéressée aux gains illicites et faciles du narcotrafic
qu’au développement économique. Une telle dérive fragilise les assises
économiques d’Haïti. La nouvelle administration politique américaine a du
mal à saisir les données haïtiennes.

Prochainement le Président Jimmy Carter, sur la demande expresse du
Président Barack Obama, sera de nouveau en Haïti en vue d’une lecture plus
précise du baromètre politique. Carter a le flair assez puissant pour
détecter les anomalies du tissu politique haïtien qu’il analyse il y a
belle lurette. William Jefferson Clinton dans sa biographie intitulée : « 
Ma vie » après coup, a reconnu la justesse de vue du Président Carter qui
doutait de l’engagement d’Aristide envers la démocratie en 1994. Et les
événements lui ont donné raison ( : Ma vie / Bill Clinton, p. 649 ; Paris :
Odile Jacob, 2004.)

Le calme imperturbable de René Préval oscillant entre le déni et la cécité
pique la curiosité de la Communauté Internationale sur le déroulement des
élections du 19 avril. Malgré le partenariat signé avec les Représentants
de l’ONU le 55e Président d’Haïti demeure impassible en prenant une allure
de gladiateur assuré de ses coups. Il est passé pour maître dans l’art de
comptabiliser les bulletins électoraux et réaliser le jackpot en faveur de
ses candidats. 12/12 tel est son objectif pour prochaines sénatoriales. Un
Bureau a été aménagé, à la cloche de bois, à la primature au service du
talentueux Jacques Édouard Alexis qui n’est pas à son coup d’essai. Michèle
Duvivier reprend le même discours de son prédécesseur en déclarant qu’elle
ne peut pas faire sortir du sang des rochers. Même amour !

Les candidats de l’Espoir ont toutes les cartes en main pour gagner les
élections : l’aide du plan d’urgence, le budget de financement des
carnavals, les véhicules de l’État etc. L’avenir politique de Préval est en
jeu avec ou sans les élections du 19 avril 2009. Ce que le 55e Président
d’Haïti oublie c’est que depuis la signature de la Déclaration conjointe
lue par Michelle Montas, théoriquement il n’a plus le contrôle du pouvoir.
Il appet de la souveraineté partagée que :

1. le changement constitutionnel bat de l’aile
2. l’échec de son plan politique de renouvellement de son mandat ou du
moins d’un passe à la mode de 2000 à son frère siamois

L’Espoir de Préval repose sur les émeutes de la faim qui auront surtout
comme détonateur le mécontentement des partisans d’Aristide exclus des
élections du 19 avril. En effet. Le PAM confirme qu’à la fin du mois de
mars Haïti sera en rupture de stock. 3,8 millions d’Haïtiens et
d’Haïtiennes sont menacés par la famine. Donc tous les ingrédients sont
réunis pour que la bombe éclate à la veille des élections sénatoriales et
justifier son renvoi. L’objectif de réaliser les élections générales sera
atteint. Ce que Préval et ses stratèges ne comprennent pas c’est qu’ils ne
maîtrisent plus les leviers du pouvoir parce que :

1. les données politiques ont changé depuis la signature de la déclaration
conjointe avec les représentants de l’ONU
2. c’est l’international qui assure sa sécurité mais non la PNH
3. le Commandant de la Minustah a changé, les consignes aussi
4. à la moindre incartade les lavalassiens seront mis hors d’état de nuire
5. 15 millions de tonnes de riz seront livrés bientôt par le Brésil
6. l’acquittement du transport sera assuré par l’Espagne
7. un portefeuille de 20 millions de dollars est disponible pour conjurer
le mal

En signant la déclaration conjointe le Président René Préval reconnaît son
statut de figurant en affirmant l’incapacité de son Gouvernement à
exécuter un plan de développement économique pour Haïti. Ce rôle échet :
1. au Conseil de sécurité
2. aux donateurs internationaux
3. aux investisseurs privés locaux et internationaux.

A partir de mai 2009, ils auront pour mission de :
1. créer des emplois grâce aux zones franches
2. assurer les services de base
3. reconstruire le pays par l’implantation de nouvelles infrastructures
4. garantir la sécurité alimentaire et la sauvegarde de l’environnement

Qu’en est-il de la constitution ? Que disent les leaders des Partis
Politiques ? L’impéritie de nos dirigeants politiques et leurs ambitions
effrénées du pouvoir nous mettent à genoux, les larmes aux yeux, les mains
tendues vers la Communauté Internationale. Le pays traverse une période
d’incertitude politique à la fois stressante, avilissante et dégradante.








Accueil | Plan du site | info visites 404374

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site FOIRE D’OPINIONS  Suivre la vie du site Textes d’Opinion   Politique de publication

Haitimonde Network