CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Haïti - Prisons : Pénitencier National, 0,5 m2 par détenu !

dimanche 5 septembre 2010 par Administrator


L’unité correctionnelle de la Minustah, dirigée par Mme Danielle Boisvert [en poste depuis le 1er juin 2010] est présentement composée de 32 experts en matière pénitentiaire provenant de 8 différents pays, ainsi que de 4 employés nationaux et 2 gestionnaires, entièrement engagée à appuyer et soutenir les responsables de la Direction de l’Administration Pénitentiaire (DAP) dans leurs efforts à répondre à leur mandat et aux besoins des personnes placées sous leur charge.

Les 3 priorités de cette unité sont :

Apporter un soutien technique à la DAP dans ses efforts de trouver des solutions pratiques au problème de surpeuplement carcéral d’Haïti.
Apporter un soutien technique et l’appui d’experts à la DAP dans la gestion de programmes touchant au bien-être des détenus sous sa charge.
Appuyer la DAP dans l’élaboration d’un cadre de politiques et de pratiques modernes et efficaces à la gestion d’un système pénitentiaire national.

Mme Danielle Boisvert qui s’exprimait au dernier point de presse de la Minustah a expliqué « d’après les données fournies par les membres de mon équipe, qui travaille chaque jour de la semaine dans les prisons d’Haïti, il y aurait 4,891 détenus en Haïti, dont 1,599 condamnés et 3,292 prévenus. Ces détenus normalement et d’après les normes internationales devraient jouir d’un minimum de 4,5 m2 d’espace de détention. En Haïti, cela n’est pas le cas à ce jour. En réalité, le nombre de détenus en Haïti dépasse sérieusement la capacité d’accueil de la DAP. En moyenne, chaque détenu a accès à moins de 1 m2 et dans certaines prisons tel que le Pénitencier National, ils ont moins de 0,5 m2. Dans moins d’un demi-m2 une personne ne peut pas dormir étendue ni même accroupie. [...] En ce moment, la Minustah ainsi que plusieurs partenaires concernés par cette situation dégradante, ont initié plusieurs projets de réfection afin d’apporter un certain soulagement à la souffrance des hommes, femmes et enfants d’Haïti, privés de leur liberté et de leur dignité humaine.

Parmi ces projets, je citerai les travaux de la Grande Bretagne qui réfectionne la Prison Civile d’Arcahaie, et le centre de rééducation des enfants en conflits avec la loi de Delmas 33. Il y a les travaux de la prison de Croix des Bouquets, financés par le Canada qui recevra environ 750 détenus ainsi que les grands travaux de réfection de la prison civile de St. Marc financés par la Norvège en rapport avec le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) qui totaliseront environ 800,000 dollars. Et enfin, un projet multipartenaires se réalise à la prison civile de Port-au-Prince, qui réunit l’appui du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et qui réaménage deux blocs de détention : l’équipe de la réduction de la violence communautaire de la Minustah qui travaille sur un bloc de détention et un espace culturel et puis le PNUD qui sécurise le mur d’enceinte et les tours de garde. Les unités correctionnelle et de l’Etat de droit, les UNPOL et FPU ainsi que les contingents militaires particulièrement des Japonais, et les représentants de la DAP ont tous entrepris une partie de la réhabilitation de cette prison, en étroit partenariat avec la DAP afin d’ajouter suffisamment d’espace pour 700 détenus permettant de soulager un peu le problème.

Il est à espérer que la grande majorité de ces projets seront terminés avant la mi-décembre. Cependant, certains projets tels que ceux de la Grande Bretagne ont déjà subi des retards dus au manque de main d’œuvre [?] et de matériaux de construction. L’ouverture de ces sites, auparavant prévus pour la fin juillet, est maintenant repoussée au mois d’octobre. De même, pour la prison de Croix-des-Bouquet qui est maintenant prévue de recevoir ses premiers détenus au mois de décembre.

En attendant que les projets de construction se terminent, l’unité de correction de la Minustah continue de travailler en étroite collaboration avec la DAP, M. Jean Roland Célestin et tous ses partenaires afin de répondre aux besoins urgents des détenus. Nous apprécions aussi la collaboration que nous recevons de la part du ministre de la Justice qui nous garde la porte ouverte et qui est prêt à discuter avec nous des questions pénitentiaires. Ensemble nous cherchons à répondre aux droits des personnes privées de leur liberté à tous les nivaux de la chaîne pénale et non seulement en élargissant l’espace de détention »








Accueil | Plan du site | info visites 342417

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site NOUVELLES D’HAITI  Suivre la vie du site Revue de la Presse en Haiti   Politique de publication

Haitimonde Network