CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Haïti - Éducation : Une première tranche de 50 millions pour la réforme de l’éducation

mercredi 24 novembre 2010 par Administrator

La Banque interaméricaine de développement (BID) a approuvé hier un don de 50 millions de dollars pour la réforme de l’éducation en Haïti. Cette première contribution s’inscrit dans un engagement de 250 millions de dollars, approuvé le mercredi 6 octobre à la Commission Intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti (CIRH) sous le titre « Projet # 4 : Reconstruction du secteur de l’enseignement (SE) ».

La BID a également promis de mobiliser 250 millions de dollars supplémentaire en provenance de donateurs non traditionnels. Le premier intervenant à s’engager est la First Citizens Bank, une institution financière à Trinité-et-Tobago, avec un don de 1 million de dollars pour la construction d’une nouvelle école.

Le plan de réforme de l’éducation en Haïti vise à créer un système d’éducation financé par le gouvernement qui englobe et les écoles publiques et privés. L’objectif est de subventionner l’éducation afin de réduire les frais de scolarité dans les écoles participantes et de permettre à plus d’enfants inscrits de terminer leurs études. Même avant le séisme du 12 Janvier dernier, plus de 500,000 d’enfants d’âge scolaire, ne fréquentaient pas l’école, principalement parce que leurs parents ne pouvaient pas payer les frais de scolarité.

Un autre objectif de ce plan est la construction de plus de 2,500 écoles aux normes sismiques. Les nouveaux bâtiments plus grands permettront d’accueillir plus d’élèves de la maternelle à la 9 e année. rappelons que le séisme a détruit ou endommagé plus de 4,000 installations scolaires, des centres de formation et des établissements d’enseignement supérieur.

Le plan vise également à améliorer la formation des enseignants et la certification des écoles. Avant le séisme, 1 enseignant sur 4 n’avaient pas de diplôme d’études secondaires et 3 écoles privées sur 4 opéraient sans licence officielle. Pour participer à ce nouveau système, les écoles privées devront respecter des normes plus strictes tant au niveau des qualifications des enseignants que des conditions des bâtiments.

Pour bénéficier des subventions de réduction des frais de scolarité établis en vertu du programme d’éducation pour tous, (un programme lancé en 2007 avec la Banque mondiale), les écoles devront se soumettre à des contrôles indépendants afin de vérifier la façon dont elles utilisent les subventions et s’assurer qu’elles ne facture pas de frais supplémentaires pour les familles de leurs élèves.

Au total, le plan ambiteux de réforme, allant de la maternelle au collège, coûtera environ 4.2 milliards de dollars sur cinq ans. Le gouvernement haïtien, qui consacre actuellement environ 1,5 % du produit intérieur brut à l’éducation, espère augmenter graduellement ses dépenses dans ce secteur à 4 % du PIB, soit la moyenne latino-américaine.

Ce vaste plan de réforme, nécessitera le soutien des pays donateurs et des institutions qui ont depuis des décennies travaillé sur le système éducatif haïtien, et fourni des ressources financières et techniques. Cependant, la réforme a été conçue de façon que ses composantes puissent être ajustés en fonction des fonds disponibles.

Cette première subvention de la BID, prévoit des investissements à court terme et long terme. Le plus immédiat est la construction de 25 écoles temporaires de 10 salles de classe chacune, équipées de meubles, de l’eau et l’assainissement et de l’électricité. 20 de ces structures légères, mais solides, doivent être construite dans les régions touchées par le séisme et 5 seront construits dans les zones de réinstallation des personnes sans-abri.

La subvention permettra également de financer la construction de 30 écoles permanentes. Les bâtiments seront dotés de panneaux solaires, de réservoirs d’eau, de toilettes, d’une cantine, de soins infirmiers et de bureaux pour l’administration. Les écoles seront équipées de pupitre d’étude, au lieu de tables et de bancs, afin de faciliter l’accès aux enfants ayant un handicap physique.

La construction de ces écoles sera supervisés par le Fonds d’Aide Économique et Social et économique de l’aide (FAES), un organisme gouvernemental qui a déjà dirigé la construction de 600 salles de classe temporaires financés par la BID après le séisme. Le FAES a élaboré des lignes directrices pour la construction sur la base des expériences de la Nouvelle-Orléans et de la Martinique, qui ont souffert de catastrophes naturelles.

Une partie des ressources fournies par la BID aidera à étendre l’octroi de subventions pour 35.000 étudiants issus de familles dans une pauvreté extrême et financera également la formation des enseignants et du personnel administratif de 55 nouvelles écoles ainsi que l’achat de matériel scolaire pour 27,500 élèves, y compris les uniformes. Plus de 600 enseignants recevront du matériel pédagogique.

En outre, une partie de ces 50 millions sera investi dans le renforcement du ministère haïtien de l’Éducation pour accroître sa capacité de mener à bien la réforme, de moderniser ses systèmes de gestion, mettre à jour son cadre juridique pour les partenariats public-privé et créer un système de contrôle autonome des infrastructures scolaires.








Accueil | Plan du site | info visites 403414

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site EDUCATION  Suivre la vie du site Jeunesse & Education   Politique de publication

Haitimonde Network