CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com
Deuil/ Diplomatie

Guy Alexandre est mort

samedi 1er mars 2014 par Administrator

Le professeur Guy Alexandre, 68 ans, ancien ambassadeur d’Haïti en République dominicaine, à deux reprises sous la présidence de Jean-Bertrand Aristide, de 1991 à 1997, puis de 2001 à 2003, est passé de vie à trépas vendredi matin des suites de complications cardio-vasculaires, a appris Le Nouvelliste

Né en août 1945, Guy Alexandre, qui participait jeudi soir à la cérémonie de commémoration des 170 ans de l’indépendance de la République dominicaine, s’est effondré très tôt vendredi matin suite à un malaise cardiaque. Emmené d’urgence chez son médecin, il a succombé en cours de route. La nouvelle de la disparition subite du professeur Guy Alexandre, diplomate de carrière, plonge dans la consternation, non seulement sa femme Lynn Margron, ses enfants, mais aussi différents proches, collègues et amis dans la société haïtienne et à l’étranger.

Affligé par la disparition subite de son mari, Lynn Margron, qui ne pouvait pas retenir ses larmes et trouver les mots pour exprimer son chagrin, confie que le professeur est mort après avoir ressenti de brusques douleurs. « Il était au repos depuis trois semaines, il a repris ses activités lundi dernier sous les consignes de son médecin. Malgré qu’on ait fait le nécessaire pour lui sauver la vie, il nous a quittés », témoigne-t-elle.

Collaborateur de Guy Alexandre, l’ex-ministre Edwin Paraison, consultant sur les relations haïtiano-dominicaines et directeur exécutif de la fondation Zile, estime qu’Haïti vient de perdre l’un de ses fils les plus dignes de cette génération. Il a été un citoyen exemplaire et un serviteur public intègre. La solidarité haïtiano-dominicaine est en deuil vu qu’il a été, pendant les 30 dernières années, l’un des promoteurs les plus actifs d’une nouvelle vision des rapports entre les deux pays. « Son départ prématuré frappe l’île entière. C’est une perte irréparable », indique M. Paraison.

Interrogé par le journal, le professeur Watson Denis, directeur du Centre de consultations et d’études spécialisées en sciences humaines et sociales (CHALLENGES), a déclaré que c’est le professeur Mirlande Manigat, au cours d’une conversation, qui lui a fait part de la mort de l’ambassadeur Guy Alexandre. Selon lui, il était difficile de croire à cette disparition subite, car le professeur Alexandre ne donnait pas des signes probants d’une disparition soudaine.

« Nous avions eu une réunion de travail mercredi dans l’après-midi au rectorat de l’UEH, et on s’était rencontrés jeudi soir à une réception diplomatique. Sans aucun doute, la disparition de l’ambassadeur Guy Alexandre est une perte énorme pour l’intelligentsia haïtienne. Il faut beaucoup d’années d’études et de préparation pour aboutir à un homme comme Guy Alexandre. Rapidement, j’ose dire que la vie de Guy Alexandre peut se résumer en deux carrières : l’éducation et la diplomatie. Il a toujours projeté l’image d’un éducateur ou d’un professeur. Ensuite, il était perçu, au cours de ces dernières années, comme l’homme des relations haïtiano-dominicaines. A cet égard, il a œuvré, il a voulu contribuer à l’avènement d’un ordre insulaire plus compréhensif et équilibré », explique Watson Denis, qui souhaite la préservation de sa mémoire et travailler d’arrache-pied à l’avènement de relations harmonieuses entre Haïti et la République dominicaine comme il l’a toujours appelé de ses vœux.

Parallèlement, le Groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés (GARR) a, dans une note, dit avoir appris avec consternation la triste nouvelle du décès soudain du professeur Guy Alexandre. Selon le GARR, l’ambassadeur Alexandre fut un ardent défenseur de la cause des migrants haïtiens et de leurs descendants, notamment ceux et celles vivant en République dominicaine. Depuis le prononcé, le 23 septembre 2013, de l’arrêt TC 168/13 rendant apatrides des milliers de Dominicains d’ascendance haïtienne, il n’a jamais cessé d’élever la voix pour réclamer l’annulation pure et simple de la sentence qu’il qualifie d’absurde, de discriminatoire et xénophobe.

« Sa disparition est un coup très dur pour le secteur des droits humains, notamment pour le GARR dont il était un allié potentiel dans la lutte pour le respect des droits des ressortissants haïtiens en territoire voisin », lit-on dans la note.

Le sociologue et anthropologue Chavannes Charles s’est dit totalement touché par ce départ prématuré. « Un grand analyste des relations haïtiano-dominicaines nous quitte ! Vous partez, Guy, heureusement, vous laissez des écrits sur l’épineuse problématique haïtiano-dominicaine : la question de la migration, du commerce, de l’environnement, de la sécurité frontalière, etc., les organisations haïtiennes qui travaillent sur cette problématique perdent un "Gwo poto mitan" », déclare le sociologue.De son côté, le ministère des Affaires étrangères dit avoir appris avec peine et émoi la nouvelle de la disparition subite de l’ambassadeur Guy Alexandre, un fervent, courageux et loyal serviteur de la nation. Fin connaisseur des relations haïtiano-dominicaines et des questions migratoires, M. Alexandre a également beaucoup contribué à la réflexion et à la production intellectuelle sur la meilleure gestion possible des flux migratoires et la défense des intérêts des migrants haïtiens, notamment en République dominicaine.

« Cette disparition brusque et soudaine constitue une perte énorme pour la société en général et pour la diplomatie haïtienne en particulier que l’ambassadeur Guy Alexandre a servi avec persévérance, hauteur et dévouement tour à tour à la Jamaïque et en République dominicaine. Il fut aussi d’un apport considérable dans la maturation, la structuration et le développement de la société civile haïtienne », rappelle le MAE.

Quant au président du Cercle intelligence diplomatique (CID), Dominique Domerçant, la contribution de l’ambassadeur a été très appréciée par le CID, tant pour ses conseils, ses documents qu’il partageait avec nous et également pour sa contribution intellectuelle. « Nous nous félicitons d’avoir présenté son ouvrage sur la République dominicaine lors de l’exposition que nous avons réalisée en novembre 2013 à la Bibliothèque nationale d’Haïti. A cette occasion, pour immortaliser son nom au sein de la communauté universitaire, nous proposerons au secteur universitaire et toutes les institutions reconnaissantes de sa contribution de créer un prix ou une chaire en son nom, pour que plus que jamais les générations futures se souviennent de cet éminent citoyen et homme politique haïtien qui a largement consacré sa vie à l’histoire et l’harmonie entre les deux pays se partageant l’île d’Haïti », préconise M. Domerçant.

Auteur de « Pour Haïti. Pour la République dominicaine », Guy Alexandre a été un sociologue de formation, éducateur, syndicaliste, directeur d’école pendant plusieurs années, professeur à l’université et ambassadeur de la République d’Haïti en République dominicaine en deux occasions. Il a été formé en France et en Belgique. Au début de sa carrière, il a enseigné en France au niveau secondaire. Il est retourné en Haïti au début des années 1980. Sa contribution à la société en tant qu’éducateur et professeur est considérable. Sa vie entière a été dédiée à l’éducation ; il a fait des incursions favorables dans la diplomatie haïtiennes. Il a toujours enseigné aux nouvelles générations la voie à suivre. Il a laissé à la postérité un ouvrage important sur les relations haïtiano-dominicaines dans lequel il a présenté sa vision sur les rapports entre les deux pays. Sans exagération, on peut dire que l’ambassadeur Guy Alexandre a marqué, depuis 1991, les relations haïtiano-dominicaines.

Amos Cincir
mcincir@lenouvelliste.com

Voir en ligne : Le Nouvelliste







Accueil | Plan du site | info visites 331567

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site NOUVELLES D’HAITI  Suivre la vie du site Revue de la Presse en Haiti   Politique de publication

Haitimonde Network