CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Gabriel Garcia Marquez, 6 mars 1927 – 17 avril 2014 : 87 ans de réalisme merveilleux

vendredi 18 avril 2014 par Administrator

Gabo est né à Aracataca , en Colombie, le 6 Mars 1927.

Il a été élevé par ses grands-parents de deux à huit ans, quand il a rejoint ses parents dans la ville de Barranquilla.

Son grand-père " Papalelo " a joué un rôle important dans l’élaboration de sa vision politique et idéologique, car il était un esprit libéral bien connu, très respecté à l’époque.

Sa grand-mère, par contre, le nourrissait avec ses histoires fantastiques.

Un grand conteur qu’il décrira plus tard comme quelqu’un capable de "traiter l’extraordinaire comme quelque chose de tout à fait naturel", livré d’une manière telle que cela semblait être une vérité irréfutable.

Il a commencé sa carrière comme journaliste pendant ses études de droit et écrit pour un certain nombre de journaux dans les années suivantes, dont " El Universal " (Cartagena), "El Heraldo" et plus tard le journal de Bogota "El Espectador".

La série d’articles de presse compilés sous le nom de "L’histoire d’un marin naufragé" a généré une controverse en Colombie, qui l’a en fait conduit à l’exil.

Il fut alors envoyé en Europe comme correspondant à l’étranger.

Toutes ses expériences journalistiques lui ont permis de devenir un écrivain, et un très célèbre en effet. Son premier roman "Tempête de feuilles " ( La Hojarasca ) a été publié en 1955 .

Cette œuvre, ainsi que deux autres romans classiques de Gabriel Garcia Marquez : " Pas de lettre pour le colonel " ( El Coronel no tiene quien le escriba ) et " Chronique d’une mort annoncée " ( Crónica de una muerte anunciada ) ont été publiés dans un seul volume sous le nom de Collection de Nouvelles , en 1991 .

Tout au long de sa prolifique carrière, Gabriel Garcia Marquez a écrit de nombreux autres romans qui tombent dans le domaine du réalisme merveilleux.

Funérailles de Big Mama ( Los funerales de Mama Grande ), 1962
La mauvaise heure ( La Mala Hora ), 1962
Cent ans de solitude ( Cien Años de Soledad ), 1967
Automne du Patriarche ( El Otoño del Patriarca ) . 1975
L’amour au temps du choléra (El Amor en los Tiempos del Cólera ) . 1985
Le général dans son labyrinthe ( El général en su laberinto) . 1989
De l’amour et autres démons ( Del amor y otros Demonios ) . 1994
Souvenirs de mes putains tristes ( Memorias de mis putas tristes ) . 2004

La catégorie non - fiction comprend :

Clandestine au Chili : L’histoire de Miguel Littin . 1986
Nouvelles d’un enlèvement ( Noticias de un secuestro 1996.
Vivre pour raconter l’histoire ( Vivir para contarla ) . 2002
Son style narratif qu’il définit lui-même comme inspiré par une « image », l’a conduit à une implication de longue date avec le film, comme critique de cinéma et fondateur et directeur de l’Institut de cinéma de La Havane.
Il a également écrit plusieurs scénarios, tels que " Tiempo de morir " (1966 ) , "Un señor muy viejo con unas alas enormes " (1988 ) et d’autres.

Son style littéraire a également inspiré un certain nombre de réalisateurs qui ont adapté et réalisé plusieurs autres romans de Gabo dans les trente dernières années.

Mais le roman qui a catapulté Gabriel Garcia Marquez à l’apogée est "Cent ans de solitude ", le roman de la saga de la famille Buendia dans le village fictif de Macondo, qu’il a utilisé comme décor pour plusieurs autres histoires.

Ce qui a motivé William Kennedy à dire de ce roman qu’il était "la première œuvre de littérature après le livre de la Genèse que l’on devrait imposer comme lecture obligatoire pour tout le genre humain “.

"Cent ans de Solitude" a été récompensé avec le Prix Rómulo Gallegos en 1972 et le Prix Nobel de littérature en 1982.

Par ailleurs, le discours d’acceptation de Garcia Marquez, à l’occasion de la remise de ce prix peut faire l’objet d’une lecture très intéressante, qu’il ne faudra pas manquer .

Je vous en recommande la lecture, il est intitulé " La solitude de l’Amérique latine ".

Très peu l’on pourrait dire à propos de Gabriel Garcia Marquez et de sa contribution à la littérature qui n’ait pas encore été dit.

Comme d’autres millions de lecteurs dans le monde entier, vous apprécierez et saurez encore profiter de son génie littéraire et de sa façon de décrire les Caraïbes colombiennes.

Si vous ne l’avez pas encore fait, précipitez-vous à la librairie la plus proche et plongez-vous dans la lecture de son œuvre ; Gabriel Garcia Marquez, c’est l’expérience de voyage du monde de l’écriture la plus unique en Amérique du Sud.

HA/radio Métropole Haïti

Crédit photo de Gabriel Garcia Marquez - (Gabo) © EFE

Crédit photo de la maison d’enfance de Gabo : © El Espectador / Sean Dolan

Voir en ligne : radio Métropole Haïti







Accueil | Plan du site | info visites 256136

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site SPORTS & CULTURE  Suivre la vie du site Arts & Culture   Politique de publication

Haitimonde Network