CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Elections 2013 : Les parlementaires ont aussi leur plan, selon Desras

jeudi 1er août 2013 par Administrator

Le président du Sénat, Dieuseul Simon Desras, lance un appel au président de la République afin qu’il organise des élections cette année pour éviter que le pays ne tombe dans le chaos. D’après lui, le président a l’obligation de tenir les élections cette année.

Le sénateur affirme que si le gouvernement a un plan pour rendre le Parlement caduc au début de l’année prochaine, les parlementaires ont, eux aussi, le leur. Dieuseul Simon Desras a, par contre, refusé de divulguer ce plan...

« Nous sommes dans une situation où les institutions ne sont pas mises sur pied, où le personnel politique n’est pas renouvelé et où la vie politique n’est pas normalisée, rappelle le sénateur Desras. Avoir davantage de scrutins à organiser serait plus compliqué pour le gouvernement. Il n’a pas encore l’habitude de cet exercice, car c’est la première fois qu’il le ferait. »

Selon Dieuseul Simon Desras qui a participé samedi au 11e congrès de la Fédération internationale des barreaux et avocats des Antilles, si les élections ne se tiennent pas cette année sans provoquer de troubles sociopolitiques, il faudra que le président parvienne à un consensus avec tous les secteurs concernés. En d’autres mots, que ces derniers soient d’accord avec lui pour l’ajournement des élections. Tel n’est pas le cas, avance-t-il. « Décider de son propre chef que les élections ne seront pas organisées, cela peut avoir des répercussions très négatives sur la durée du mandat du président. »

« Des partis politiques ont déjà dit « c’est délivrer ou désister », dit M. Desras. Délivrer qui signifie tenir les élections et désister, la démission du président. J’ai déjà reçu la lettre d’un groupe de partis politiques qui soutiennent que le président réalise les élections ou qu’il démissionne. »

Le sénateur fait savoir que dans le cas où les élections ne se dérouleront pas, le président devra démissionner comme l’exigent déjà certains partis politiques. Dans le cas contraire, souligne-t-il, le pays sera ingouvernable. « A ce moment, en sus des partis politiques qui vont exiger le départ du président, des parlementaires qui, aujourd’hui, sont des amis du président, vont eux aussi se soulever contre le pouvoir parce qu’ils n’auront pas d’autre choix. Donc, le pays tombera dans le chaos », explique le représentant du Plateau central, notant qu’il est encore tôt pour que le président évite ce genre de situation.

M. Desras dit penser que le président a une stratégie miracle. Il conseille le président de réaliser les élections à la fin de l’année. « Tout le monde sait que cela fait partie du plan du président pour rendre le Parlement dysfonctionnel, déclare le sénateur Desras. Mais pour cela, il doit attendre le deuxième lundi de janvier. Néanmoins, avant janvier il faut passer par décembre. Donc, si le gouvernement a un plan pour janvier, les parlementaires, eux-mêmes, en ont un pour la Noël. Donc, avant janvier on ne sait pas ce qui se passera », avance le président Desras, qui ne veut pas encore dévoiler ledit plan. Il n’est que d’attendre !

Bertrand Mercéus








Accueil | Plan du site | info visites 341988

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site NOUVELLES D’HAITI  Suivre la vie du site Revue de la Presse en Haiti   Politique de publication

Haitimonde Network