CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Election Présidentielle Américaine - Par : Professeur Emmanuel D.K

dimanche 15 mars 2009 par Emmanuel Dieudonné Kaldjob

Election Présidentielle Américaine

« Lettre ouverte aux nations

du monde »

Un homme vrai, une parole vraie

Un discours qui fait pleurer l’humanité

« Des yeux blancs et des yeux noirs ont coulé des larmes »

Devant mon petit écran, les yeux exhorbités, tout couverts de larmes, j’ai vu l’humanité toute entière pleurer. Aucune conscience humaine n’a pu résister à l’expression de l’amour et de la vérité. Hier, j’ai lu la force d’aimer de Martin Luther King et, aujourd’hui, j’ai vu la force de la vérité chez Barack OBAMA : de célèbres pasteurs, de célèbres présentatrices, des chefs d’Etats du monde, des chefs de Gouvernement, des Hommes d’Etat, des hommes d’affaires, des membres du clergé, de plus grands artistes, sportifs et vedettes d’hollywood, plusieurs dignitaires de la planète, des handicapés, des femmes, des hommes, des enfants, tous ont pleuré.

Le discours de Barack OBAMA a touché quelque chose de très cher et de très sensible à l’humain. Les Hommes auraient-ils pris conscience de ce que la haine leur fait perdre ?

Devant mon petit écran, les yeux exhorbités, tout couverts de larmes, j’ai vu. J’ai vu des Américains, des Asiatiques, des Africains, des Européens, des Océaniens, main dans la main, pleurer ensemble . J’ai lu dans leur visage, une ferme volonté de faire germer une nouvelle humanité .

Aussi, ai-je vu dans leur regard une forte expression de la honte, la honte d’une humanité qui pleure son échec, son incapacité à être heureuse dans un monde d’abondance et débordant de richesses.

Devant mon petit écran, les yeux exhorbités, tout couverts de larmes, le 4 novembre 2008 , un homme a parlé et l’humanité toute entière a pleuré. Un homme vrai, une parole vraie. Une parole vraie et porteuse d’espoir ; une parole vraie qui suscite chez les humains un sincère désir de prendre un nouveau départ ; une parole vraie qui exprime le besoin d’un nouvel ordre mondial fondé sur le droit et la justice ; une parole vraie qui inspire une société humaine dans laquelle, au-delà de nos désirs individuels, la solidarité de notre coexistence avec les autres va s’imposer comme un mode d’organisation sociale ; une parole vraie qui appelle à la solidarité planétaire et à un sens de responsabilité économique et sociale de toutes les nations ; une parole vraie qui redéfinit le bien être de l’homme comme l’unité principale de mesure du bonheur de l’humanité ; une parole vraie qui redéfinit l’autre non comme une entité tout autre, mais comme moi autrement ; une parole vraie qui donne à la fourmie autant de dignité que l’éléphant ; une parole vraie parce qu’elle a fait couler à la fois les larmes de l’humanité.

Alors, si les larmes que l’humanité a versées le 4 novembre 2008 sont aussi vraies que la parole qui les a suscitées et aussi vraies que l’homme qui a prononcé cette parole, ces larmes effaceront les traces d’un monde où, comme une forme d’apocalypse, les cyclones se métamorphosent en cataclysme en balayant des pays et des continents, ne laissant derrière eux que le spectacle de la désolation.

Un monde où, des millions de sans abri, sans eau potable sont perdus au milieu des paysages défigurés ; un monde où, le paludisme, le choléra et le sida font des ravages faute de médicaments ; un monde où, des guerres, la famine et des épidemies sont programmées et orchestrées ;

un monde où, la pauvreté s’érige en un mode de vie et un système social dans une partie du globe, habitée par des êtres humains, avec des populations enclavées, gémissant sous le fait d’une atroce misère ou attendent des avions en folie, tournoyant et larguant à l’aveuglette des colis de survie qui très souvent, sont détournés de leurs destinataires au prix de la mort. Ces derniers, s’ils ne sont pas dans des camps de réfugiés, ont des hameaux totalement engloutis par des catastophes naturellles ou humaines, ou encore, se retrouvent dans une situation des plantations entièrement dévastées. Parmi eux encore, des disparus se comptent par milliers, des populations épuisées par la faim et la soif sous un soleil ardent et impitoyable sont armées de pelles et de pioches pour enterrer les corps de leurs parents ou de leurs enfants qui succombent de faim et de soif, en attendant leur tour.

Devant mon petit écran, les yeux exhobités, tout couverts de larmes, les cheveux crépus, j’ai vu un homme parler, un homme vrai, une parole vraie, une parole qui a touché mon coeur. J’ai vu un homme, un homme au dessus de la mêlée, un homme qui transcende la contradiction, un homme au dessus des clivages nord/sud, noirs/blancs, riches/pauvres, gauche/droite, démocrates/républicains, un homme qui rejette la guerre des partis et fait appel à une partie de la guerre qui est la mission commune de tous les hommes : le défi du bien-être, du bien-être de l’homme, du bien-être de l’humanité toute entière. Son discours en dit long.

Le discours du président OBAMA, que tous les journalistes qualifient de rassembleur, est un projet de société, une philosophie du développement et un modèle de coopération entre tous les peuples d’un monde où, des séismes, des ouragans des pluies dilluviennes et la sécheresse détruisent les cultures, où de nombreux glissements de terre et l’éruption des volcans effrondrent les maisons, ensevelissent des villages habités, en laissant des milliers de morts sous la boue comme unique linceul, et des millions d’individus sans secours ni recours.

Devant un tel tableau, il n’ya pas de doute. Barack OBAMA est un élu, l’élu de Dieu. Il est la révélation du 3ème millénaire, un homme que Dieu a choisi pour parler de sa part aux hommes à la 9ème année de l’an 3000. Dieu dans sa bonté et sa miséricorde, dans son amour imérité et inconditionnel donne une chance à notre humanité ; l’opportunité de gérer sa création selon son plan.

Le président Barack OBAMA invite donc les peuples du monde entier à adhérer à sa vision du monde, pour bâtir de nouvelles nations autour de l’amour, de la vérité et du respect du prochain, afin d’oublier les souvenirs d’un monde où, l’homme a perdu sa dignité en cédant ses droits aux objets ; un monde où, l’objet est le maître et le sujet l’esclave ; un monde où, le système des choses a écrasé le système des valeurs...

POINT DE VUE

Tournons la page. Alors, toute la page

La société humaine est corrompue par le capital. Depuis 20 siècles, l’homme est au service du capital ; une relation qui a crée toutes ses misères et qui est au centre de tous ses malheurs. Au début du 21ième siècle, le siècle de l’éveil de la conscience humaine, un seul et unique principe porte le secret de l’humanité : LE CAPITAL AU SERVICE DE L’HOMME.

NB : Merci à tous les auteurs et à tous les amis qui ont permis de réaliser cet article.

Professeur Emmanuel D.K








Accueil | Plan du site | info visites 321011

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site GOUVERNANCE & POLITIQUE  Suivre la vie du site Politique  Suivre la vie du site Politique Internationale   Politique de publication

Haitimonde Network