CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

EDITO : Quand le politique prend les autres secteurs en otage - par : lenouvelliste.com

mardi 27 mars 2012 par Administrator

Haïti : Le président Michel Martelly a effectué hier une visite de quelques heures en République dominicaine. Sept accords de coopération et un protocole d’accord ont été signés entre les deux chefs d’Etat qui dirigent l’île Hispaniola. Les deux hommes se sont engagés à lutter contre le trafic illicite de stupéfiants, les actes criminels, la traite des humains, la contrebande et le trafic d’armes.

Il n’y a pas lieu de comparer les deux pays à l’occasion de cette rencontre, car le fossé est tellement grand entre le niveau de développement de la République dominicaine et celui d’Haïti. Notre président doit se rendre à l’évidence que la République voisine est un pays ouvert à l’investissement étranger. Et à ce compte-là, le pays ne peut pas s’enliser dans des querelles de chapelle à tout bout de champ. Un secteur privé dynamique, en pleine croissance avec la production de biens et services, est à la recherche de marchés en lieu et place de gestion d’une crise permanente.

Au moment où, en Haïti, l’exécutif et le Parlement n’arrivent pas à enterrer la hache de guerre sur l’épineux dossier de double ou multiple nationalité du président Michel Martelly, des tractations de part et d’autres pour ratifier le choix d’un Premier ministre, le gouvernement dominicain par l’intermédiaire du Centre d’exportation et d’investissement vient de terminer une étude de faisabilité pour l’implantation d’un vaste espace économique international en Haïti surnommé Quisqueya Development Corporation comprenant, entre autres, une zone industrielle, des projets agro-industriels, des entreprises de télécommunications, des hôtels et des espaces destinés au logement et aux écoles. Le coût du projet varie entre 100 et 200 millions de dollars américains.

En plus des hommes d’affaires haïtiens et dominicains qui seront parties prenantes dans ce projet, des investisseurs américains et taïwanais participeront également à la réalisation de cet espace économique. Selon le directeur du Centre d’exportation et d’investissement de la République dominicaine, Eddy Martinez, si la conjoncture politique haïtienne le permet, la première phase du projet prendra fin au début de l’année 2013. Dix mille emplois seront créés pour les cinq premières années.

Le directeur du Centre d’exportation et d’investissement a raison de croire que l’avenir du projet dépend de la conjoncture politique, car depuis la chute de la dictature des Duvalier en 1986, Haïti est devenue un pays instable. Cette instabilité n’est pas l’oeuvre des ouvriers ni des paysans, et encore moins du secteur privé des affaires. Elle n’est pas l’oeuvre des élèves ni des étudiants, et encore moins des enseignants. Elle est l’oeuvre du secteur politique à travers ceux qui nous dirigent et ceux qui échouent aux compétitions électorales.

Depuis quatre mois, les pouvoirs exécutif et législatif ne sont-ils pas divisés sur bien des dossiers ?

Lemoine Bonneau

lbonneau@lenouvelliste








Accueil | Plan du site | info visites 338066

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site FOIRE D’OPINIONS  Suivre la vie du site Textes d’Opinion   Politique de publication

Haitimonde Network