CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Dossier Jean Dominique Aristide au cabinet d’instruction : « le gouvernement n’a rien à y voir »

jeudi 16 mai 2013 par Administrator

Comme Ponce Pilate, le ministre de la Justice se lave les mains dans la convocation de l’ancien président Jean-Bertrand Aristide au cabinet d’instruction dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat de Jean Dominique et de Jean-Claude Louissaint.

Jean Renel Sanon a juré devant Dieu et devant des journalistes que le gouvernement n’a rien à voir dans ce dossier. « Je lève ma main vers le ciel, le gouvernement n’a jamais mis la main dans cette histoire », a déclaré le ministre de la Justice répondant à une question du Nouvelliste, lundi, lors d’une conférence de presse sur les deux ans du président Martelly au pouvoir.

« Un juge d’instruction mène son enquête et estime qu’il doit auditionner une personne et vous pensez que le gouvernement a quelque chose à y voir ? », a-t-il répondu aux partisans de l’ancien président Aristide qui ont gagné les rues mercredi dernier en soutien à leur leader.

Ceux qui parlent de persécution politique dans le cadre de l’audition du chef de Fanmi Lavalas font des réflexions qui révoltent, a estimé Me Sanon. « Cela donne de l’appui à l’impunité, a-t-il dénoncé. Comme si on pouvait convoquer Ti Djo sans pouvoir convoquer Gros Djo. Quelle est cette histoire ? Le juge d’instruction en quête de la vérité peut auditionner n’importe qui », a -t-il dit avec autorité.

« Chaque jour, des gens au sein de la population vont devant les tribunaux, c’est le ministre de la Justice qui a ordonné de les convoquer ?, a-t-il questionné. Il doit y avoir une culture de justice dans ce pays. La démarche contre l’impunité doit être appliquée à tout le monde. Je suis un citoyen, la justice demande à me voir, alors j’irai... »

« Il y a de ces discours qui sont électoralistes. Je n’ai pas de temps pour ce genre de choses. Soyons sérieux ! Je parle avec les juges sur la détention préventive prolongée, un phénomène qui peut faire d’Haïti un pays de parias. C’est ce qui m’intéresse. Les juges, les greffiers doivent travailler pour mettre fin à ce genre de choses... », a-t-il expliqué.

Une fois de plus, le ministre de la Justice a soutenu qu’il n’a rien à voir dans la convocation de l’ancien président Jean-Bertrand Aristide dans le cadre du dossier de l’assassinat du journaliste haïtien Jean Léopold Dominique et de son gardien Jean-Claude Louissaint.

Robenson Geffrard








Accueil | Plan du site | info visites 317764

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site FOIRE D’OPINIONS  Suivre la vie du site Haiti - Le Retour d’Aristide   Politique de publication

Haitimonde Network