CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Deux ans après, Martelly fait son bilan et la fête

jeudi 16 mai 2013 par Administrator

Beaucoup de monde au Champ de Mars pour célébrer les deux ans de Michel Martelly au pouvoir. Personne n’est en mesure de dire avec précision s’ils étaient là pour écouter le bilan des deux premières années de Michel Martelly au timon des affaires ou festoyer à la faveur de l’ambiance carnavalesque qui régnait au Champ de Mars ce mardi 14 mai 2013.

Ils étaient plusieurs milliers à fouler le macadam. Ils dansaient, chantaient avec les chars musicaux et les bandes à pied qui mettaient de l’animation. Ils ont aussi mangé pour la plupart, puisque l’équipe de cantine mobile du vaste programme gouvernemental « Ede pèp » était aussi de la partie.

La plus grande place publique du pays est bien aménagée pour la circonstance. Un vaste stand, pas trop esthétique, construit devant la barrière du Palais national, abrite le chef de l’Etat, son épouse, le Premier ministre, les membres du gouvernement, des parlementaires, le haut état major de la police nationale, les grands commis de l’Etat et des invités spéciaux. En face, il y en a un autre pour les journalistes et un troisième situé devant le ministère de la Culture pour les activités culturelles.

C’est le jeune chanteur policier Evency Dorzelma qui a ouvert la partie officielle de la cérémonie en interprétant l’hymne à l’Eternel qu’il a lui-même composé. Après quoi s’enchaînent les interventions, notamment celle de l’Orchestre philarmonique de l’Ecole nationale des arts avant le discours du chef de l’Etat.

Un bilan axé déjà connu !

A grand renfort de publicité et de mobilisation, l’équipe de la Présidence a créé un certain suspense autour du bilan de Michel Martelly, à savoir que ce dernier allait annoncer quelque chose grandiose. Il n’en est rien du tout. Les chiffres étaient déjà connus de tous. Qui n’a jamais entendu parler de « Ti manman cheri, de Ede pèp », des 1.2 million d’enfants que le pouvoir se targue d’avoir envoyés à l’école gratuitement ou le transport gratuit pour les écoliers ou encore les 800 kilomètres de routes construits ou réparés par le pouvoir, ou encore la subvention de 18 000 gourdes l’an aux étudiants de l’Université d’Etat d’Haïti, entre autres.

Dans une intervention improvisée comme il aime le faire, Michel Martelly a intelligemment refusé de se limiter au bilan écrit que lui a préparé son équipe. « J’avais préparé un discours de 500 pages pour aujourd’hui. Mais je vais prendre les points les plus intéressants. Je vais envoyer le bilan dans les médias... », a-t-il dit.

Dans un tour de hanche, comme aussi il aime le faire, et un jeu de la main, Sweet Micky a rapidement capté l’attention du public qui s’est massé devant son stand.

« Beaucoup d’entre vous, a-t-il démarré, connaissent déjà le programme de l’éducation, de la santé, de la relance de l’agriculture, du développement dans le secteur du tourisme, la construction des routes à travers le pays... Aujourd’hui, je peux vous dire que le pays est sur la bonne voie et est devenu une destination pour tous les présidents du monde. Il y a beaucoup de choses qui ont été réalisées et je ne vois pas comment quelqu’un d’autre aurait pu le faire... »

Selon lui, l’international se fait une toute autre image d’Haïti qui, jadis faisait peur. Le président a fait référence aux différents sommets que le pays a organisés ces derniers mois au cours desquels beaucoup de chefs d’Etat et de personnalités étrangères ont profité pour visiter le pays.

Création de richesse, combattre la cherté de la vie, favoriser les planteurs en achetant leurs denrées, renforcement des institutions, énergie, la stabilité politique qui impliquera la création d’emplois... autant de points touchés par le chef de l’Etat dans son bilan. Certains sont en mode perspectives, d’autres en cours de réalisation, a-t-il souligné. Mais tous visent à l’amélioration des conditions de vie de la population.

La promesse la plus applaudie

C’est surtout la promesse renouvelée du chef de l’Etat pour la création d’emplois dans le pays qui a récolté le plus d’applaudissements de la part du public, plus que l’étalage des réalisations du gouvernement. « Beaucoup d’entre vous ont 22 ou 23 ans. Vous êtes toujours dans les rues et personne n’avait rien fait pour vous », a-t-il dit avant de faire ce que plus d’un considère comme une bonne annonce.

L’ancien chanteur a annoncé un programme pour les jeunes des rues qui consiste à leur apprendre à conduire un véhicule et à leur favoriser des prêts bancaires pour l’achat d’un véhicule qu’ils auront ensuite à rembourser. « Ce programme est presque achevé », a souligné Michel Martelly. Une annonce très applaudie.
Martelly en mode rassembleur

Pour le chef de l’Etat, ce sont les anciens présidents Jean-Bertrand Aristide et Jean-Claude Duvalier qui sont en conflit. Lui, il est au milieu de ces deux personnalités. « Il y a certaines personnes qui disent qu’elles ne sont pas Tèt Kale, d’autres disent qu’ils sont Lavalas et un autre groupe se dit Macoute. Nous Haïtiens, nous nous battons entre nous et au final nous serons tous des perdants... », a-t-il lancé.

« Je ne veux pas avoir un pays divisé, a-t-il dit. Il y a des gens qui aiment la division parce que cela fait leurs affaires. Depuis mon arrivée au pouvoir j’avais invité tous les anciens présidents à venir s’asseoir avec moi. Aujourd’hui encore, je veux mettre la population dans un même bateau avec tous ces leaders. Je suis le moins politique. Les deux hommes les plus chauds s’appellent Jean-Bertrand Aristide et Jean-Claude Duvalier. Je veux les mettre dans un seul bateau pour faire avancer le pays... » Des déclarations de Michel Martelly qui ont fait vibrer la foule au Champ de Mars.

Le président Martelly se félicite de la liberté de la presse et du fait qu’il n’y a aucun prisonnier politique sous son administration. « La démocratie avance », a-t-il fait savoir.

Le bilan du gouvernement comme le bilan du PSP

Après une trentaine de minutes à s’entretenir avec le public, Michel Martelly a cédé le micro pour seulement deux minutes au président du bloc présidentiel, Parlementaires pour la stabilité et le progrès (PSP) à la Chambre des députés, Jacques Timoléon. Le député a mobilisé le micro pendant des heures et en a profité pour faire défiler l’ensemble des membres de PSP présents pour la circonstance. Ils étaient une quarantaine.

L’intervention tour à tour de ces parlementaires, ce qui n’était pas prévu dans le programme, a visiblement dérangé le protocole. Cependant, ces députés donnaient de la hauteur au bilan du chef de l’Etat, puisqu’ils parlaient eux-mêmes des réalisations du gouvernement dans leurs circonscriptions respectives. Construction de routes, d’écoles, d’hôpitaux ou de centre de santé...le gouvernement à réellement atterri, selon ces parlementaires.

Sacré Sweet Micky

En interprétant plusieurs de ses anciens succès comme Taxi driver ou « dènye okazyon », c’est l’ancien chanteur de la formation Sweet Micky qui a bouclé la partie officielle de la cérémonie marquant les deux ans du pourvoir. Et là, on pouvait constater que ce moment-là était très attendu du public avec un Michel Martelly qui dansait, se déhanchait et animait la foule comme au bon vieux temps.

Jusqu’à tard dans la soirée, d’autres artistes et groupes musicaux continuaient à animer la partie pour les deux ans du pouvoir en place.

Robenson Geffrard,

rgeffrard@lenouvelliste.com








Accueil | Plan du site | info visites 341988

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site NOUVELLES D’HAITI  Suivre la vie du site Revue de la Presse en Haiti   Politique de publication

Haitimonde Network