CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Des « pieds blancs » dans la mélasse de nos élections

samedi 26 avril 2014 par Administrator

Les Américains gèlent leur aide jusqu’à ce que les autorités haïtiennes prennent des dispositions pour organiser des élections cette année. L’OEA, constatant l’arrivée à « un point de stagnation marqué par l’absence d’accords tangibles établissant un calendrier électoral », envisage l’envoi d’une mission pour faire avancer le processus. C’est comme un remake, avec des pieds blancs dans la mélasse de nos élections.

Cette semaine, la pression est montée d’un cran sur les épaules des autorités haïtiennes, incapables d’organiser des élections législatives et municipales après trois ans de retard. Pour les Blancs, fini le yoyo, le marronnage et les tactiques dilatoires à l’origine de l’épuisement de leur stock de patience. Comme l’arbitre d’un match très engagé, pourris par des coups bas, des Blancs, des représentants de la communauté internationale, annoncent la couleur.

Chacun y va de son style. Chez elle, en début de semaine, la patronne de la MINUSTAH, Sandra Honoré, au cours d’un dîner offert en l’honneur du président, Simon Dieuseul Desras, a qualifié ce dernier « d’homme de consensus, un conciliateur » favorable à des relations harmonieuses entre l’Exécutif et le législatif. Après le « steak à l’espagnole », la diplomate, en substance, a appelé à la poursuite du dialogue entre les acteurs, à la tenue des élections fin 2014.

« La vraie réalité est que les progrès enregistrés lors des dernières années ne doivent pas être perdus, mais plutôt renforcés », a jugé Sandra Honoré, comme un satisfecit décerné aux autorités haïtiennes, contraintes de donner des preuves de « l’engagement démocratique d’Haïti ». C’est aussi à des responsables politiques d’Haïti qu’elle a conseillé la méditation des paroles de Baruch à Jacob : « Reviens à la Sagesse, reçois-la ; à sa lumière, marche vers la splendeur : ne laisse pas ta gloire à un autre, ne laisse pas tes privilèges à un peuple étranger ».

Plus cavalier, l’Oncle Sam décide de couper les vivres à Haï ti, à en croire un communiqué de l’ambassade des USA à Port-au-Prince. Pas un sou si lepays n’adopte pas « les mesures pour l’organisation d’élections parlementaires libres et honnêtes en vue de former un nouveau Parlement ».Pression sur les responsables haïtiens ? « Non », a assuré au journal Joël Danies, coordonnateur du dossier Haïti au Département d’Etat américain. Son pays encourage le dialogue pour résoudre les conflits politiques et supporte des élections libres et honnêtes cette année, a détaillé le diplomate, qui a rencontré des responsables haïtiens, dont des sénateurs hostiles à l’accord d’El Rancho. Joël Danies a indiqué que son pays est impartial dans le processus politique. Les autorités américaines travaillent avec leurs partenaires haïtiens désignés légitimement par le peuple, a-t-il précisé.

OEA again

L’OEA, toujours impliquée dans la mélasse des élections haïtiennes depuis deux décennies avec des fortunes diverses, enjoint, elle aussi, les acteurs à trouver un accord pour réaliser les élections cette année. Jose Miguel Insulza, le secrétaire général de l’OEA, a averti que le processus interne haïtien « a atteint un point de stagnation marqué par l’absence d’accords tangibles établissant un calendrier électoral ». Jose Miguel Insulza a révélé que l’organisation continentale « est disposée à dépêcher une mission d’observation pour accompagner un processus électoral qui donne des garanties à tous les secteurs et contribue à la stabilité démocratique de la nation ».

Entre-temps, les 27 et 30 avril prochains, l’ex-président du Chili, Ricardo Lagos, conduira une délégation de haut niveau du Club de Madrid à Port-au-Prince. Les objectifs de cette mission sont : d’accompagner les efforts de la Conférence épiscopale dans la construction d’un dialogue inclusif interhaïtien qui mettront ensemble tous les acteurs et les partis politiques, selon une note rendue publique le 23 avril ; de supporter la tenue d’élections libres, inclusives et transparentes cette année ; et de construire la confiance entre les acteurs autour d’un certain nombre de sujets controversés. Cette mission rencontrera le Premier ministre Laurent Salvador Lamothe, des sénateurs, des députés et des représentants de la société civile.

Sur la table, d’irascibles opposants au président Michel Joseph Martelly ont élaboré une feuille de route pour la tenue de nouvelles discussions, le dialogue interinstitutionnel. Le glas de l’accord d’El Rancho pourrait être sonné. D’un autre côté, l’omniprésence de la communauté internationale à travers des organisations comme l’OEA ne garantit pas nécessairement des jours tranquilles. Ici où des décisions sont parfois prises sur gazon vert, l’organisation hémisphérique n’a pas nécessairement bonne presse. Dans la grande confusion de nos élections, il y a des « pieds blancs » depuis 1990. Cela n’a pas pour autant aidé à affiner les pratiques politiques. Le sucre de la division, les projets personnels rassemblent bien plus.

Roberson Alphonse

Voir en ligne : Le Nouvelliste







Accueil | Plan du site | info visites 273964

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site GOUVERNANCE & POLITIQUE  Suivre la vie du site Politique   Politique de publication

Haitimonde Network