CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com
Haïti- République dominicaine

Des Dominicains marchent jusqu’à Haïti pour apporter un message de paix

mardi 11 mars 2014 par Administrator

Sept Dominicains sont arrivés en Haïti dimanche pour clôturer une marche de 13 jours afin de réclamer la paix entre les deux Républiques qui se partagent l’île. Accueillis par la ministre déléguée auprès du Premier ministre chargée des Droits humains et de la Lutte contre la pauvreté extrême, Marie-Carmelle Rose-Anne Auguste, les Dominicains ont également trouvé l’appui des organismes des droits humains comme le GARR, la fondation Zile, les pères Jésuites, le JILAP et le RNDDH pour boucler cette longue marche de 400 kilomètres.

Il est 3h de l’après-midi ce dimanche. Sept Dominicains sont arrivés sur la place de la Constitution. Escortés par des agents de la Police nationale d’Haïti (PNH), ces Dominicains ont voulu remettre au chef de l’État un manifeste pour clôturer cette longue marche qui a démarré le 25 février dernier. Sous le regard des passants et des représentants de certaines organisations qui sont venues accueillir cette délégation, les membres de l’organisation paroissiale dominicaine ont salué le peuple haïtien par un geste plutôt touchant. Ils se sont inclinés face contre terre devant la place de la Constitution pour demander pardon au peuple haïtien de la façon dont les Haïtiens sont traités en République voisine.

Partant de la place de l’indépendance ( Parque Independencia Santo Domingo), les membres de cette organisation paroissiale ont voulu à tout prix apporter un message d’amour et de paix au peuple haïtien jusqu’à la place de la Constitution, au Champ de Mars. Ces Dominicains ont bravé le froid et la peur pour venir dire non à la haine, non à la décision de la Cour constitutionnelle dominicaine qui veut faire des Dominicains d’origine haïtienne des apatrides.

A l’unisson, ces Dominicains réclament l’unité et la paix sur l’île. Selon le leader de cette marche, Rafael Guillén Beltre, Haïti et la République dominicaine doivent renforcer les liens qui unissent les deux peuples. « Nous sommes ici pour apporter un message de paix, d’espoir et d’amour à nos frères haïtiens, a-t-il dit. Le peuple dominicain aime le peuple haïtien et nous sommes condamnés à partager cette île pour toute notre vie. »

Selon lui, la décision de la Cour constitutionnelle ne reflète pas la réalité de la population dominicaine. « Ce sont des gens qui ont le contrôle des médias qui veulent manipuler le peuple dominicain à leur intérêt, a-t-il fait remarquer. Cette marche de 400 kilomètres est une preuve que nous ne pouvons pas laisser des ultra nationalistes jouer avec le peuple des deux Républiques. Nous sommes contre la violation des droits humains et nous continuerons à supporter le peuple haïtien pour dire NON à la décision de la Cour constitutionnelle dominicaine. »

Pour l’ex-coordonnatrice du Groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés (GARR), Colette Lespinasse, cette marche témoigne de la bonne foi de la majorité des Dominicains qui sont contre la décision de l’arrêt de la Cour constitutionnelle. « Cette sentence de la Cour constitutionnelle dominicaine n’est pas partagée par tout le peuple dominicain et nous en avons l’exemple aujourd’hui, a-t-elle déclaré. C’est une minorité dominicaine qui a le contrôle du pouvoir et des médias qui veut mettre le peuple dominicain et le peuple haïtien dos-à-dos. »

Elle a par ailleurs rappelé que cette marche avait un seul objectif : « Dire NON à la décision de la Cour constitutionnelle, qui veut dénationaliser des milliers de Dominicains d’origine haïtienne, a-t-elle précisé. Ensemble, nous continuerons à combattre cette sentence pour que la voix de la raison puisse triompher. » Pour la ministre Rose-Anne Auguste, cette marche est un symbole de solidarité, de paix et d’amour que ces Dominicains ont manifesté à l’endroit du peuple haïtien. « C’est un symbole puissant que nous devons prendre à cœur pour continuer le dialogue entre les deux pays, a-t-elle déclaré. Cette marche prouve encore une fois la volonté des deux peuples de trouver une réponse à la sentence de la Cour constitutionnelle dominicaine qui veut dénationnaliser des milliers de Dominicains. »

Selon elle, le Président Michel Joseph Martelly et le Premier Ministre Laurent Salvador Lamothe ont toujours manifesté la volonté de consolider les liens historiques et d’amitié qui existent entre Haïti et la République Dominicaine. « Cette marche prouve que dominicains et haïtiens sont appelés à vivre en tant qu’habitants d’une même île et faire l’apprentissage de l’amour et du bonheur à l’instar des autres peuples de l’Amérique Latine », a exprimé la ministre Rose-Anne Auguste.

Edwin Paraison, l’ex-ministre des Haïtiens vivant à l’étranger et aujourd’hui directeur de la fondation Zile a, quant à lui, félicité ces sept Dominicains pour leur bravoure. Selon lui, cette marche doit servir de catalyseur pour mener les deux peuples dans la bonne direction. « Nous remercions nos frères dominicains qui ont parcouru plus de 400 kilomètres jusqu’à Haïti pour apporter ce message de paix, d’espoir à travers ce manifeste », a-t-il dit.

Rafael Guillén Beltre en a profité pour remettre à la ministre Rose-Anne Auguste un manifeste pour la paix insulaire qu’elle doit acheminer auprès du président de la République, Michel J. Martelly. Selon lui, ce manifeste représente un message de paix comme un engagement de deux frères qui veulent continuer à vivre ensemble. « Ce message de paix doit nous éviter de tomber dans les pièges des gens qui veulent nous diviser, a-t-il dit. Nous allons acheminer ce même manifeste auprès du gouvernement de notre pays pour dire non à la violence, à la division et à la haine. Ensemble, nous pouvons construire un monde nouveau dans l’amour du Christ. »

Jocelyn Belfort
jbelfort@lenouvelliste.com

Voir en ligne : Le Nouvelliste







Accueil | Plan du site | info visites 404374

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités Nationales et Internationales  Suivre la vie du site Political Crisis   Politique de publication

Haitimonde Network