CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Copa del Rey : L’effort dans le mal - par : lemainhaiti.com

jeudi 9 février 2012 par Administrator

La domination barcelonaise depuis ces quatre dernières années ne s’est pas manifestée que dans les résultats.

Si on excepte les nettes victoires 4-2 contre Bétis le 15 janvier, 4-1 contre Malaga le 22 janvier, les scores de Barcelone du début de l’année sont serrés :Espanyol Barcelone 1-1, Osasuna 2-1, Real Madrid 2-1, Real Madrid 2-2, Villareal 0-0, Valence 1-1, Real Sociedad 2-1 et le dernier en date, Valence 2-0, il n’y a qu’à Madrid lors de la victoire 1-2 en quart de finale aller de Coupe que Barcelone a été égal à lui-même.

À considérer les bonnes tenues des adversaires de Barcelone lors de tous ces matchs, une alternative s’impose à notre esprit : soit les équipes espagnoles, malgré la faiblesse relative de leurs effectifs, ont fini par trouver la solution idoine aux innombrables problèmes techniques et tactiques que leur posent les hommes de Guardiola, soit ceux-ci connaissent un moment, assez long quand même, de baisse qui dépend uniquement d’eux-mêmes, comme d’un tennisman qui commet des fautes non provoquées par l’adversaire. Nous privilégions le mérite des adversaires qui font un « effort dans le mal », comme le dit un des ouvrages d’Anténor Firmin.

La domination barcelonaise depuis ces quatre dernières années ne s’est pas manifestée que dans les résultats. La manière aussi raffinée qu’intelligente fait la réputation de la marque Barça. Depuis le 8 janvier, le Barça ne maîtrise plus ses matchs de bout en bout. Les amoureux de statistiques retiennent que d’une moyenne antérieure de 70 % de possession de balle, il est passé à 63 % avec des pointes totalement à l’avantage des « petits ». Mais cet effort est consenti dans le mal des limites individuelles. À part Real Madrid, aucun autre ne dispose d’aussi fines gâchettes que les Messi, Ronaldo, Fabregas, Benzema, ou un Villa aujourd’hui blessé.

Mais les deux points les plus importants dans cette nouvelle donne du football espagnol sont surtout le pressing courageux et réussi des adversaires et les nombreuses occasions de but qu’ils se créent. Dans un match de Barcelone depuis le début de l’année, on assiste à des luttes aériennes en veux-tu en voilà, des dégagements en touche, des arrières qui dégagent. C’est que, Ossasuna ou Villareal, Espanyol, Real ou Valence, se sont dépouillées de leur peur et de leur complexe technico-tactique pour engager la bataille dans le camp même du Barça, pressant avec énergie, intraitable dans les duels, coupant les trajectoires, contrariant donc dans l’œuf les manœuvres létales blaugrana.

Les adversaires du Barça, ce faisant, créent des brèches dans une citadelle que l’on croyait imprenable. Real a marqué en tout début de match par Benzema lors du 1-3 en championnat. Higuain a raté un face à face avec Pinto au retour des quarts de finale de la Coupe du Roi, a vidangé un cadeau de Pinto dans le même match. Le Barça a souffert le martyr le 2 février à l’aller des demi-finales (1-1) à Valence. Un début de match fulgurant des « Che », Pinto obligé de jouer de la main en dehors de la surface de réparation, le Barça poussé dans les cordes comme un boxeur de niveau inférieur. Ce mercredi, le Barça n’a esquissé sa véritable première attaque qu’à la 10e minute. Feghouli aurait dû marquer pour Valence sur cette reprise en pleine surface de réparation de la 3e minute. Dès le coup de sifflet initial de la 2e mi-temps, Jordi Alba a tiré sur le pied gauche de Pinto dans un face à face qui aurait pu mettre les deux équipes à égalité, alors que le Barça avait ouvert le score contre le cours du jeu (13e minute, Fabregas). Il l’aggrava en fin de match (82e, Xavi) non sans être resté en permanence sous la menace d’une égalisation de Valence privé de Soldado.

Indépendamment des aléas du genre indisponibilité de certains titulaires ou répétition de matchs qui peuvent expliquer la baisse de régime du Barça, il y a donc lieu de retenir essentiellement les nouvelles dispositions tactiques des anciens faire-valoir peu riches en individualités offensives. En même temps, les culés ont démontré vaillance, courage, humilité, toutes vertus qui leur permettent de se vêtir sans complexe du bleu de chauffe ouvrier en attendant qu’à leur tour ils s’adaptent à ces nouvelles difficultés.

Patrice Dumont

patricedumont21@hotmail.com








Accueil | Plan du site | info visites 322634

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site SPORTS & CULTURE  Suivre la vie du site Actualités Sportives   Politique de publication

Haitimonde Network