CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Coopération : L’exécutif à la recherche de meilleures performances

jeudi 19 juillet 2012 par Administrator

Plusieurs hauts cadres du gouvernement participent, du 18 au 20 juillet, aux travaux de révision du portefeuille de projets financés par la BID. Cet exercice, qui s’étend sur trois jours, vise à dresser les goulots d’étranglement rencontrés à l’exécution de ces projets de coopération afin d’en améliorer la performance.

Avec 135 opérations actuellement en cours en Haïti, la BID est devenue, à la suite du séisme de 2010, la principale source d’aide multilatérale du pays. Cependant, selon les recommandations de certains ministères, plusieurs aspects de ce partenariat mériteraient d’être revisités afin de dynamiser l’appareil de l’exécutif. « Le défi n’est pas dans les études mais dans l’exécution des projets », a reconnu Eduardo Almeida, représentant résident de la Banque interaméricaine de développement (BID), à l’ouverture de ces assises lancées, ce mercredi, par le Ministère des Finances (MEF).

Faire le point sur les avancées et les retards de cette coopération est d’autant plus important qu’elle représente durant la décennie en cours un partenariat spécial pour Haïti. A travers elle, en effet, une allocation annuelle de 200 millions de dollars jusqu’en 2020 est promise au pays. Aussi les six secteurs prioritaires identifiés dans la Stratégie-pays pour Haïti jusqu’en 2015 (éducation, transport, énergie, eau et assainissement, développement du secteur privé) pourraient-ils bien contribuer à la concrétisation de la vision de transformer le pays en une économie émergente d’ici 2030, inscrite dans le Plan stratégique de développement d’Haïti.

Toutefois, les interventions de la BID, ne couvrant pas assez le territoire national, risquent d’entraîner un « impact lent sur le développement », craint le ministère de la Planification. Une meilleure harmonisation entre les objectifs et les résultats de l’institution multilatérale s’impose, selon ce ministère, qui regrette aussi le peu de cas fait par le plan de la BID du secteur santé.

Grande absente à cette réunion, la ministre des Finances, Mme Marie Carmelle Jean-Marie, qui s’est fait représenter par son chef de cabinet, M. Alfred Métellus. Ce dernier a mis en relief plusieurs failles dans la coopération haïtienne avec la BID. Parmi ces dernières, la lourdeur et la complexité des procédures propres à l’institution multilatérale constituent une préoccupation de premier plan pour le grand argentier de la nation. Autre critique figurant dans son allocution est « la sélection et la mise en avant de l’UNOPS, imposé comme gestionnaire des programmes dans les secteurs du transport et de l’éducation au détriment des instances nationales qui mériteraient d’être renforcées ».

« Nous avons besoin de la BID dans le renforcement institutionnel d’Haïti », a souligné M. Alfred Métellus. Il a, en ce sens, invité les participants à ces sessions de travail à « un examen sans complaisance » de cette coopération afin d’en identifier les lacunes et d’y apporter des améliorations. Un plan d’action devrait émaner de ces sessions afin d’améliorer l’efficacité de l’aide et d’augmenter les impacts réels sur la vie des citoyens.

Le représentant de la ministre des Finances a aussi annoncé la mise sur pied d’une structure de suivi et de coordination au sein du MEF afin de rendre désormais l’exécution des projets plus performante. Les actions stratégiques devant être définies au niveau de la présidence et la Primature seront au centre des discussions entre la BID, le chef de l’Etat et le Premier ministre le 7 août prochain, a annoncé le représentant résident de la BID.

Membre fondateur de la BID, Haïti a joué un rôle important dans la création de l’institution, a rappelé Ericq Pierre, conseiller senior au bureau exécutif pour l’Argentine et Haïti à la BID. Aujourd’hui, le pays est membre de la seconde chaire la plus importante après celle occupée par les Etats-Unis. « Mais nous avons des droits que nous n’utilisons pas suffisamment », a fait remarquer le conseiller, invitant les Haïtiens à une meilleure appropriation de l’institution.

« Un partenariat pour une décennie de croissance et de développement », tel est le thème de ces assises de discussions. Un exercice semblable de revue conjointe des portefeuilles a été effectué les 27 et 28 juin dernier entre le gouvernement et la Banque mondiale.

Carl-Henry CADET

aloccarlo@hotmail.com

Voir en ligne : Le Nouvelliste







Accueil | Plan du site | info visites 342417

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ECONOMIE & SOCIETE  Suivre la vie du site Perspectives   Politique de publication

Haitimonde Network