CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Conflit salarial - Par : Jean Erich René

dimanche 31 mai 2009 par Erich Jean René

Conflit salarial - Par : Jean Erich René

USA, 2009-05-29

La loi sur le salaire minimum en Haïti soulève entre l’Exécutif et le
Législatif une controverse susceptible de provoquer un chambardement
social. S’il est politiquement correct de fixer un salaire minimum, il est
rationnellement indispensable de tenir compte des normes de travail. La 48e
législature haïtienne n’a pas fait preuve de mauvaise foi en réclamant 200
gourdes par jour pour nos travailleurs. Elle reste dans les limites du
Décret du 24 février 1984 actualisant le Code du travail. Au chapitre des
salaires les articles 136 et 137 motiveraient leurs décisions :

Article 136. Tout travailleur manuel ou intellectuel aura droit à un
salaire minimal fixé par la loi.

Article 137. Le salaire minimal est fixé par loi ou décret sur rapport
motivé du Conseil supérieur des salaires au ministère des Affaires
sociales. Il sera périodiquement ajusté en fonction des variations du coût
de la vie ou toutes les fois que l’indice officiel de l’inflation fixé par
l’Institut haïtien de statistique et d’informatique accuse une augmentation
d’au moins 10 pour cent sur une période d’une année fiscale.

Est-ce que l’initiative de nos députés a comme ressort un procès-verbal
dressé par l’autorité légale en la matière, nulle autre que le Ministère
des Affaires sociales ou du moins ont-ils agi, à la veille des élections,
de leur propre gré ? L’arbitraire tue la loi !

Quelle est la variation du taux d’inflation au cours de l’exercice fiscal
2008-2009 ? S’agit-il d’une inflation en tire-bouchon c’est-à-dire dont les
retombées sur le secteur industriel forceraient les entrepreneurs à
ajuster le prix de vente de leurs marchandises relativement aux prix de
revient. En une telle occurrence, le salaire minimum doit être élevé à un
autre plancher afin de l’indexer dans la même proportion que l’indice du
coût de la vie. Nos patrons seraient obligés d’acquiescer haut les mains à
la demande de nos législateurs. Toutefois selon l’Indice des Prix à la
Consommation (IPC) publié au cours du mois d’avril 2009, l’Institut
Haïtien de Statistiques et d’Informatique annonce un léger accroissement
de 0,1 %, passant de 159,8 à 160,0. En glissement annuel, c’est-à-dire par
rapport au mois d’avril 2008, l’IHSI annonce une tendance à la désinflation
continue avec une variation de 0,1 %. Quelle mouche a donc piqué nos
députés ?

Dans une telle conjoncture nos législateurs devraient tenir compte des
normes relatives au secteur de l’emploi et au statut de l’employé. Pour
éviter certaines entorses, l’étendue de l’Application de la Loi sur le
salaire minimum devrait épouser le relief du marché du travail haïtien. Si
le salaire minimum représente le salaire le plus bas que l’employeur puisse
offrir à un employé, toutefois certains travailleurs, compte tenu de leurs
champs d’activité, ne sont pas assujettis à la loi sur le salaire minimum
stipulée par la Chambre Basse. D’où la nécessité de dresser un tableau
définissant une fourchette de salaires.

En voulant bien faire, nos législateurs, par manque d’attention, ont allumé
un brasier qu’ils ne pourront pas éteindre. Logiquement cette loi sur le
salaire minimum est encaissée à bout portant par le personnel de maison et
de service d‘autres branches d’activités de sous-emploi qui exigent son
application tout de suite. La bonne et le gérant, en plus de leurs salaires
sont logés, nourris, blanchis et souvent vêtus. Tel n’est pas le cas dans
le secteur de l’industrie où les travailleurs doivent supporter tous les
frais y compris le transport qui coûte assez cher. Daniel Fignolé a perdu
le pouvoir en 1957 pour avoir utilisé ce discours au cours de sa campagne
électorale tandis que son personnel de service, lui a fait remarquer Mme
Fignolé, n’était pas aussi bien payé qu’il le clame dans ses meetings. Nos
députés seraient-ils prêts à verser 200 gourdes par jour à leur personnel
de soutien ?

Nous militons pour un salaire minimum réaliste. Les travaux agricoles sont,
le plus souvent, exécutés sur une base de fraternité entre les membres
d’une même communauté rurale. Entre compères et commères, parents et
alliés, on s’arrange pour organiser la corvée au lever du jour jusqu’à 3
heures. On donne à boire et à manger à l’équipe des travailleurs qui
entreprennent les travaux des champs au son de la vaccine. On leur apporte
le feu pour allumer leurs pipes à l’heure du repos. Une pitance leur est
versée en fait de salaire dans la Caisse de l’association. Elle sera
rétribuée sous forme de viande ou Attribution, la veille du jour de l’An.
Le salaire minimum unilatéral de 200 gourdes de la Chambre des Députés
vient de sonner le glas de l’Agriculture paysanne.

Le développement durable, selon les lunettes de Paul Collier, par le biais
de l’industrie textile est mort-né. Tout l’objectif des Zones Franches
repose sur l’exploitation de notre main d’œuvre à bon marché. D’un côté,
dans la mesure où les calculs de rendement sont basés sur un ratio de $ 1
US pour 40 gourdes, le salaire minimum sera de $5 US par jour. Actuellement
le CODEVI, cette zone franche en pleine production à Fort Liberté, n’offre
que $2,50 US par jour. De l’autre côté si la dégringolade de la gourde se
poursuivra à cause de nos rapports d’échange qui vont continuer à baisser,
suite à la chute progressive de nos exportations, on va assister à une
poussée inflationniste. L’Etat haïtien devrait prêcher d’exemple en offrant
à ses employés, un salaire minimum mensuel de 4.000 gourdes. Selon la
théorie quantitative, la monnaie ne serait qu’un voile à court et moyen
terme (Jean Baptiste Say). L’augmentation de la production locale est notre
unique planche de salut. Ce prisme déformant de la réalité nationale est la
cause principale de notre déchéance. Le mot bourgeois est mal placé dans ce
contexte. Dans les pays développés, une grille est dressée pour les
différentes catégories d’emploi afin d’éviter le conflit salarial
générateur de dissensions sociales.








Accueil | Plan du site | info visites 385449

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site FOIRE D’OPINIONS  Suivre la vie du site Textes d’Opinion   Politique de publication

Haitimonde Network