CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Chaos à Martissant - Le Nouvelliste.com

lundi 18 octobre 2010 par Administrator

Haïti : Pas de mots pour qualifier le tableau hideux laissé par les dernières averses qui se sont abattues sur le Centre-ville de Port-au-Prince dans l’après-midi du jeudi 14 octobre. La partie sud de la capitale (incluant la zone du Bicentenaire, les 5 avenues Bolosse jusqu’à Fontamara), ont été tellement comblées par des alluvions que jusqu’à présent, les circulations automobile et piétonne y sont quasiment paralysées.

Transformée en porcherie par les eaux boueuses, Martissant offre une image calamiteuse. Tôt dans la matinée, des enfants allant à l’école tenant les chaussures en mains, sautaient à cloche-pied pour se frayer un chemin dans la marre boueuse qui inspire la honte à plus d’un ; les ouvriers et fonctionnaires se rendant à leur travail ont dû peiner longuement dans cette circulation dense. Il fallait avoir des nerfs solides pour ne pas éclater lorsqu’on est sur le point de perdre une journée de travail.

Jusqu’au milieu de la matinée du vendredi, l’eau jaunâtre semblait maintenir le même niveau au grand désarroi des automobilistes. Dans un paysage aussi apocalyptique, les berlines étaient dépassées par la situation. On les voyait au bord de la route comme des objets inutiles, abandonnées par leurs propriétaires.

Des piétons précautionneux, souillés de boue par inadvertance, ont dû rebrousser chemin rageant de colère, maudissant les irresponsables et les aspirants au fauteuil présidentiel et au Parlement, dont les effigies pullulent pour le meilleur ou pour le pire tous les recoins de la zone.

Dans cet environnement chaotique, qui obligeait les automobiles à s’immobiliser, certains jeunes chômeurs impénitents se frottaient les mains. Ils offraient leurs services aux plus offrants.
Le meilleur moyen de locomotion dans cette galère était le dos d’homme. Pour la traversée d’un lieu à un autre, cinq gourdes par tête. Qui dit mieux ? Les femmes aussi ne faisaient pas de chichi. Elles grimpaient hardiment sur le dos de ces vigoureux jeunes gens qui ne se faisaient pas prier. Un marché spontané était ainsi né. Les petites gens sans boulot profitaient de ce rare moment pour se donner une activité.

Il y a une certaine lassitude à assister impuissant à la répétition des dégâts causés à la moindre averse à Port-au-Prince. Le problème de la route de Martissant pose depuis des décennies une équation difficile à résoudre. Le séisme du 12 janvier est venu compliquer la situation avec les décombres entassés dans la rue, parfois même dans les égouts, obstruant davantage les exutoires.

L’inaction et le mutisme des dirigeants joints à l’ignorance des riverains ont contribué à fragiliser cette route si fréquentée et si vitale pour la communication entre Port-au-Prince et le Grand Sud. A l’heure où on parle de reconstruction nationale et d’élections, laquelle place le problème de la route de Martissant occupe-t-il dans l’agenda des prétendants à la magistrature suprême ?

Cyprien L. Gary et

Claude Bernard Serrant








Accueil | Plan du site | info visites 297018

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site NOUVELLES D’HAITI  Suivre la vie du site Revue de la Presse en Haiti   Politique de publication

Haitimonde Network