CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Arnel Bélizaire revient à la charge - par : lenouvelliste.com

jeudi 29 mars 2012 par Administrator

Haïti : Le député Arnel Bélizaire ne souscrit pas à la décision de la Chambre basse de classer le dossier relatif à son arrestation en dépit de la responsabilité du chef de l’Etat, Michel Martelly, prouvée dans le rapport de la commission d’enquête spéciale.

Emblématique opposant à Martelly depuis son arrestation suivie d’une brève incarcération, le député de Delmas/Tabarre revient à la charge avec un lot de documents de plus d’un millier de pages pour tenter de prouver la nationalité américaine du chef de l’Etat. Ces documents remis à la commission sénatoriale d’enquête sur la nationalité des membres de l’exécutif seraient accablants aussi pour des ministres et secrétaires d’Etat.

Membre de la commission d’enquête qui peine à remettre son rapport définitif, le sénateur Steven Benoît a confirmé le dépôt des documents par le député Arnel Bélizaire qui revient d’une mission intéressée aux Etats-Unis. Le sénateur Benoît s’est gardé de révéler le contenu du lot important de documents qui pourraient déboucher sur une mise en accusation de celui qui a accédé à la magistrature suprême depuis dix mois. Ces documents pourraient être d’un certain intérêt, a laconiquement indiqué le commissaire Benoît.

Le député Bélizaire soutient avoir découvert à travers ses recherches menées dans des institutions américaines que le 56e président d’Haïti fonctionnait sous trois identités différentes : Michel Joseph Martelly, Michaël Joseph Martelly et Michel Olivier Martelly. Le dernier nom est aussi celui du fils aîné et conseiller du chef de l’Etat. Le statut matrimonial de l’un ayant pour épouse Sophia Saint-Rémy et sa date de naissance, correspondant à celle du chef de l’Etat, 12 février 1961, feraient la différence entre le père et le fils, soutient avec force le député Bélizaire. Le parlementaire souhaite poursuivre le président Martelly pour « faux, usage de faux et abus de confiance ».

Le sénateur Steven Benoît a informé, par ailleurs, qu’une troisième lettre avait été adressée au chef de l’État pour lui rappeler de soumettre à la commission certains documents, notamment son passeport datant de 2009 à 2012 et une copie de la carte de résidence qu’il avait remise à l’ambassade américaine. Le passeport encore valide et la carte de résidence, a indiqué le parlementaire, seront d’une importance "capitale" pour l’avancement et la fin de l’enquête. La plateforme Religions pour la paix, qui avait offert ses bons offices pour faciliter un dénouement de la crise, n’a pas trouvé encore la meilleure formule pour obtenir du président Martelly les pièces jugées utiles à la commission d’enquête spéciale du Grand Corps.

En attendant de soumettre son rapport définitif à l’Assemblée, la commission a confirmé la nationalité américaine de l’un des ministres démissionnaires. « C’est important de poursuivre l’enquête sur les membres du gouvernement démissionnaire dont certains, qui se rebellaient contre le Premier ministre Garry Conille, ont la promesse d’une reconduction dans le prochain gouvernement », a estimé Moïse Jean-Charles, président de la commission ad hoc. La commission, dans un rapport préliminaire, a affirmé les nationalités étrangères de trois secrétaires d’Etat, notamment Georges Racine (Intérieur), Elsa Baussan Noël (Patrimoine) et Jean-Claude François (Enseignement supérieur). La commission s’est gardée de révéler le nom du ministre qui aurait un passeport américain en sa possession.
Lors d’une séance tenue le 22 mars 2012, la Chambre basse a convenu de la nécessité de classer « l’affaire de l’arrestation du député Arnel Bélizaire » tout en reconnaissant l’implication du président Martelly dans l’arrestation du député qui revenait, en octobre 2011, d’une mission en France. Une déclaration proposée par un groupe de députés ne souhaitant pas poursuivre le président de la République a été approuvée par 48 membres de ladite Chambre.

« Considérant qu’il convient d’éviter que le pays devienne une entité ingouvernable, nous décidons que le moment est inopportun pour mettre en accusation le chef de l’Etat », lit-on dans la déclaration. Ce document a été approuvé par la majorité des députés suite à la présentation du rapport de la commission qui enquêtait sur l’arrestation d’Arnel Bélizaire. Dans le rapport de la commission présidée par le député Danton Léger, les enquêteurs avaient reconnu que le président Martelly était l’auteur intellectuel de l’arrestation du député Bélizaire.

Source : www.lenouvelliste.com








Accueil | Plan du site | info visites 314986

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site NOUVELLES D’HAITI  Suivre la vie du site Revue de la Presse en Haiti   Politique de publication

Haitimonde Network