CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Après les partis politiques, les parlementaires rencontrent la société civile

mercredi 28 août 2013 par Administrator

Les parlementaires ont rencontré, mardi, des membres de la société civile et du secteur privé des affaires sur la conjoncture politique, dans le cadre des trois journées de consultation entamées par le corps législatif avec les différents secteurs de la vie nationale. L’organisation des élections et l’avenir immédiat du Parlement étaient au centre des discussions qui se sont tenues à l’hôtel Montana.

Après avoir rencontré les partis politiques la veille, les membres du corps législatif se sont entretenus avec des représentants des organisations de la société civile et du secteur privé des affaires sur la situation politique actuelle. Les médias invités à la rencontre de mardi étaient très peu représentés dans les discussions alors que les principaux leaders de la société civile ont répondu à l’invitation du Parlement.

Les discussions se sont essentiellement déroulées sur l’avenir immédiat du Parlement haïtien en rapport avec l’éventuel départ du tiers du Sénat en janvier 2014. Il était aussi question de l’organisation des prochaines élections. Tout au long des échanges, parfois très houleux, les parlementaires ainsi que les participants ont critiqué l’administration Martelly. Certains n’ont pas épargné les parlementaires dans leurs critiques, qui, selon eux, ont attendu le pire pour faire appel à la société civile.

« Il s’agissait pour nous d’alerter la société d’une manière générale sur la menace qui pèse sur les institutions alors que nous devons faire face à des turbulences politiques », a déclaré le président de la Chambre des députés, Jean Tolbert Alexis, qui évoquait des suspicions au sujet de la volonté de l’exécutif de dissoudre prochainement le Parlement. « On n’a pas à faire marche arrière, en 2013 on ne peut pas revenir dans un pays où l’on dirige par décret. Les pouvoirs sont séparés, égaux et indépendants, pas question pour le pouvoir législatif de se remettre à l’exécutif. Non, le pays ne pourra pas vivre pareil camouflet », a soutenu le député Jean Tolbert Alexis.

Le directeur exécutif de l’Initiative de la société civile (ISC), Rosny Desroches, a indiqué de son côté que « les partisans de la démocratie, de l’Etat de droit sont préoccupés parce qu’il y a une menace qui plane sur le Parlement ». M. Desroches parlant des rumeurs sur la caducité prochaine du Sénat a appelé au respect des attributions de chacun des trois pouvoirs. « Il n’est pas question aujourd’hui de parler de la démission du président de la République, il est question de demander au président de la République de respecter la Constitution, de respecter les lois du pays, de respecter le droit du peuple haïtien de choisir ses dirigeants. M. Desroches a invité les différents secteurs de la société à s’unir pour exiger du président Martelly l’organisation au plus vite des élections législatives et locales. Des élections qui, selon lui, peuvent être réalisées avant la fin de l’année en cours.

Les parlementaires n’ont pas été épargnés des critiques des participants. Les invités du Parlement haïtien ont évoqué des erreurs des législateurs dans l’organisation même de ces trois jours de discussions. Le secrétaire exécutif de la Plateforme haïtienne de plaidoyer pour un développement alternatif (PAPDA), Camille Chalmers, dit voir mal que l’organisation d’une telle activité ait été financée par des bailleurs internationaux. « Je suis très inquiet de voir qu’une rencontre organisée par le Parlement pour un dialogue interhaïtien soit financé en partie par la USAID. L’USAID n’a rien à faire dans un dialogue interhaïtien », a soutenu le professeur Chalmers, qui croit que les sujets abordés dans cette rencontre relèvent strictement de la souveraineté nationale.

D’autres participants ont été plus critiques envers les parlementaires qui, selon eux, ont commis des péchés dans l’exercice de leur pouvoir de contrôle. Pour certains, cette rencontre des parlementaires arrive à un moment où ils sentent leur pouvoir menacé. Un point de vue que rejette le président du Sénat, Dieuseul Simon Desras. Pour le président Desras, il s’agissait pour le Parlement, en tant que pouvoir public, de présenter aux acteurs de la société civile un état des lieux sur la situation politique. « Il était question de remettre en question un pouvoir politique et veiller avant qu’il soit trop tard », a martelé Dieuseul Simon Desras.

L’ancien président du Sénat, Kelly C. Bastien, qui participait à la rencontre, invite les acteurs à trouver une solution sur la conjoncture électorale. Kelly Bastien invite ses anciens collègues au Parlement à définir une position arrêtée du Parlement sur la situation.Il invite le président de la République à tenir compte de la divergence des intérêts et les orienter dans le sens des intérêts du pays. « Le Parlement et l’exécutif, bien qu’ils soient indépendants, sont deux pouvoirs complémentaires. L’un ne peut se passer de l’autre, a conclu Kelly C. Bastien.

Le Parlement haïtien, à l’initiative des présidents des deux chambres, s’entretient depuis lundi avec les différents secteurs impliqués dans la vie politique. Après avoir rencontré les partis politiques et la société civile, les législateurs doivent rencontrer les représentants de la communauté internationale mercredi pour clôturer ces trois journées de discussions.

Louis-Joseph Olivier

ljosepholivier@gmail.com








Accueil | Plan du site | info visites 321309

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site NOUVELLES D’HAITI  Suivre la vie du site Revue de la Presse en Haiti   Politique de publication

Haitimonde Network