CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

8 000 gourdes, salaire de base des enseignants de nos enfants

mardi 24 septembre 2013 par Administrator

Les enseignants haïtiens, surtout ceux des écoles publiques, ont toujours dénoncé leurs mauvaises conditions de travail. Mais jamais ils n’ont eu le courage de dévoiler au grand public leur salaire de misère. Nous avons toujours honte de le faire, a révélé la secrétaire générale de la CNEH lundi sur les ondes de Radio Magik 9.

Le salaire mensuel de base d’un enseignant se situe entre 7 000 et 8 000 gourdes, soit moins de 200 dollars américains, a-t-elle confié au micro de Roberson Alphonse à l’émission Panel Magik. C’est une injustice criante, a-t-elle martelé tout en précisant que le salaire des professeurs du niveau secondaire est dans la même fourchette, et ce, sans aucune considération pour leur degré de qualification ni le nombre de leurs années d’expérience.

Pour joindre les deux bouts, certains enseignants n’ont d’autre choix que d’aller vendre leurs services comme lavandières à des particuliers, a rapporté Mme Lourdes Edith Joseph indignée. Selon la secretaire générale de la CNEH, la présentation de l’éducation à grand renfort de publicité comme l’une des cinq priorités du pouvoir en place n’est que pur discours. Comment parler de l’éducation comme l’une des priorités de l’actuel gouvernement quand, dans la grille salariale em vigueur dans l’administration publique, les professeurs sont placés au rang des petits personnels, s’est-elle interrogée.

Dénonçant le manque de centres de formation d’enseignants qui pose déjà un sérieux problème dans le système éducatif en Haïti, Lourdes Edith Joseph estime que cette situation n’est pas sans conséquence sur le nombre restreint des professeurs qui fournissent le pain de l’instruction à nos enfants. « C’est ce qui explique que les jeunes normaliens formés ne veulent plus rester dans le système. Ce qui sont restés, le font juste par amour ou parce qu’ils n’ont pas d’autres sources de revenus », a lancé Mme Lourdes, qui critique l’insouciance des autorités par rapport aux conditions de ses pairs.

« Nos enfants seront toujours très peu performants aussi longtemps que les professeurs sont traités de cette manière », a fait remarquer la syndicaliste. Jeudi, dans une conférence de presse. La Confédération nationale des éducateurs et éducatrices d’Haïti, a par rapport à la faillite de notre système d’éducation, exigé le recrutement et la formation de 100 000 enseignants en collaboration avec l’université. Constituée de treize organisations membres, la confédération a également exigé l’établissement d’un plan de carrière pour la professionnalisation de l’enseignement, l’offre d’une école publique de qualité et de proximité pour 4 millions d’apprenants, un meilleur traitement et des conditions de travail décents pour les enseignants.

Lourdes Edith Joseph a par ailleurs dénoncé le Programme de scolarisation universelle gratuite obligatoire (PSUGO), qui, selon elle, ne profite qu’à un petit groupe d’affairistes et affaiblit les écoles publiques. Elle a invité les autorités concernées à faire preuve de plus de volonté en vue d’apporter une vraie solution au problème de l’éducation du pays et éviter que le fondement de notre société soit ébranlé.

Confronté également à des problèmes similaires, un groupe de vingt-cinq professeurs de l’Université d’Etat d’Haïti menacent d’observer un mouvement de grève à partir du 1er octobre et paralyser du coup la rentrée universitaire.

Danio Darius








Accueil | Plan du site | info visites 322634

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site EDUCATION  Suivre la vie du site Jeunesse & Education   Politique de publication

Haitimonde Network