CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

50,000 abris transitoires d’ici le 31 décembre 2010 ?

vendredi 1er octobre 2010 par Administrator

Nigel Fisher, coordonnateur de l’action humanitaire de l’ONU en Haïti, a annoncé hier que, d’ici au 31 décembre 2010, environ 50,000 abris transitionnels pourront être construits en vue d’accueillir près 250,000 victimes du séisme. Nigel Fisher a indiqué que le processus de construction des abris semi-permanents est en train d’être accéléré rappelant qu’il est prévu actuellement que 136,514 abris transitionnels seront construits d’ici juin 2011.

[NdHL - Nous ne voyons pas où M. Fisher voit une accélération de ces constructions, certes le chiffre de 50,000 est théoriquement possible : 14,378 abris ont déjà construit, le matériel nécessaire à la construction de 15,454 abris provisoires est entreposé sur le territoire haïtien et du matériel pour 31,835 nouveaux abris est en cours d’acheminement vers les ports haïtiens et donc non encore parvenu en Haïti, de plus 120,433 (87%) de ces abris sont déjà financé. Mais le problème reste entier, il ne s’agit ni d’argent, ni de main d’œuvre mais de disponibilité de terrains. Le 8 juillet dernier, Jean-Pierre Taschereau gestionnaire principal aux urgences internationales à la Croix-Rouge canadienne déclarait « Difficile de reconstruire dans les villes comme Port-au-Prince, parce que les décombres du tremblement de terre sont toujours là et dans les campagnes, de vastes terres demeurent inoccupées à cause d’un imbroglio juridique. Il est légalement impossible de construire des abris permanents ou transitoires sur ces terres dont l’identité des propriétaires reste incertaine ». Cette situation reste entière et soulevé par toutes les ONG impliquées dans la construction de ce type d’abris.]

Nigel Fisher aussi indiqué que le processus d’évaluation des maisons se poursuit et que bientôt, beaucoup de victimes du séisme de janvier pourront retourner dans leurs maisons.

[NdHL - Une affirmation qui ne prend pas en compte la situation des personnes déplacées. Sur un total de 227,543 familles enregistrées dans la région de Port au Prince et entrées dans la base de données, 61% ont déclaré être locataires. 20% des familles concernées ont déclaré être propriétaires et pouvoir réparer leurs demeures, 11% ont également déclaré être propriétaires mais ne pas pouvoir réparer leur maison. 9 % demeure inconnu. Près de la moitié des personnes concernées (46%) ont déclaré vouloir vivre dans un camp, des propos confirmés par Fysh Adam, chef du groupe Shelter qui a déclaré récemment « la plupart des victimes préfèrent rester dans les camps, parce qu’elles ne sont pas obligés de payer un loyer ». Comment ces personnes en grande majorité locataire, peuvent elles retourner dans leur logement alors qu’elles ont perdu leurs sources de revenus ?]

Tant que le gouvernement ne prendra pas les moyens qui s’imposent pour régler les problèmes terrien, il ne sert à rien de parler d’accélération et d’objectif de constructions d’abris transitoires. La population dans les camps à besoin d’autres chose que des paroles d’espoir, elle a besoin que le gouvernement agisse et que des terrains soient libérés concrètement. Une fois les terrains libérés les ONG seront en mesure de répondre aux besoins.








Accueil | Plan du site | info visites 314986

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ECONOMIE & SOCIETE  Suivre la vie du site Haiti Reconstruction - Post Earthquake   Politique de publication

Haitimonde Network